Omnes Vulnerant, Ultima Necat
 
AccueilFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 La roseraie

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2
AuteurMessage
Alcalnn Blackney

avatar

Nombre de messages : 65
Date d'inscription : 07/01/2008

MessageSujet: Re: La roseraie   Mer 30 Jan - 18:00

Les foudroyants du regard le Vicomte se doutait bien que ces deux là cachaient quelque chose. Mais il n'avait pas l'envie de les tancer. Il haussa donc les épaules et ce contenta de soupirer.

-Et bien messieurs, puisque vous êtes si galant et si soucieux de l'esprit Chevaleresque, escortons cette jeune inocente jusqu'à la salle de bal. Et ce faisant il fit clairement comprendre de ses yeux gris que ce n'était guère autre chose qu'un ordre joliment enrobé...

-Mais dites moi, fit il en cheminant, vous me dites que sa Grâsce Ann a fait un malaise? Il ne la connaissait guère, mais se doutait, vu sa prestance, qu'elle était habituée aux mondanités. Ainsi l'idée d'un malaise due a une agoraphobie était peu probable....

D'où cette curiosité, de plus elle avait portée attention à Nennya, ce qui n'était pas le cas de tout le monde.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nennya

avatar

Nombre de messages : 57
Date d'inscription : 26/01/2008

MessageSujet: Re: La roseraie   Mer 30 Jan - 18:43

Nennya écouta les deux vaches euh les deux chevaliers qui racontaient le récit de l'échappée belle de Nennya. Elle fut surprise car Nith avant qu'elle s'enfuit venait de lui dire qu'elle était assez grande et qu'elle n'avait pas besoin d'être surveillée et qu'il avait une danse à faire avec sa belle. Elle ne put s'empêcher de sourire et d'ajouter:

-Ce n'est pas vous très cher Nith qui m'aviez dit quelques minutes avant ma supposée fuite que je n'étais point une petite fille et que je n'avais pas besoin de chaperon, avant de vous échappez de moi, la terrible fugueuse, pour aller danser avec une dame?

Nennya attendait une réponse, il est vrai qu'elle n'aurait pas du s'enfuit si vite mais elle étouffait que pouvait-elle faire d'autre et de plus personne ne s'enquerint d'elle. Elle avait essayé de s'occuper de dame Ann qui avait fait un malaise mais son étouffement ne lui avait pas permis de prendre des nouvelles de la jolie dame, visiblement, choquée par la missive qu'elle tenait entre ses mains, le vicomte soucieux de la santé de la dame demanda lui aussi des nouvelles.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
nith

avatar

Nombre de messages : 48
Date d'inscription : 27/01/2008

MessageSujet: Re: La roseraie   Mer 30 Jan - 22:13

Essayer de garder contenance... Il est dans une mauvaise passe, mais il va s'en sortir... Après tout, ce n'était pas la guerre... Quoi que... Le Vicomte serait capable de sortir son épée sur un coup de tête...

Une si grande escorte pour une seule dame, on voit qu'elle compte beaucoup à vos yeux, messire!

Oui, parfait. essayer de faire tourner la roue, afin de ne plus être sous les feux des projecteurs... Bon maintenant c'est au sujet d'Ann... Dire la vérité, pour une fois...

Je n'ai pas de nouvelles. Je sais juste qu'elle s'est assise, visiblement bouleversée. Akane s'occupe d'elle, et il y avait déjà beaucoup de monde autour, il n'était pas nécessaire que je reste auprès d'elle, d'autant plus qu'il lui fallait de l'espace pour pouvoir respirer...

Aïe, Nennya rejoignait le camp des inquisiteurs... Elle n'allait pas lui faciliter la tâche... Il avait bien envie de se gratter la tête pour l'aider à trouver une parade, mais cela ferait de lui un menteur cherchant à s'en tirer avec une histoire abracadabrantesque.

Jamais je n'ai dit que vous étiez une fugueuse, chère demoiselle.
Bien sûr, j'ai bien dit que, contrairement à ce que le Vicomte pensait, vous n'aviez point besoin de chaperon. Par contre, il est vrai que nous aurions aimé que vous nous disiez, au préalable, vers quel coin vous désiriez vous rendre, juste histoire de ne pas inquiéter des amis, c'est tout.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nennya

avatar

Nombre de messages : 57
Date d'inscription : 26/01/2008

MessageSujet: Re: La roseraie   Mer 30 Jan - 22:29

Le chevalier semblait chercher explications à son espionage...il avait des gestes qui ne trompaient pas, mais Nennya rigola, elle aimait bien ce Licorneux, se permettrait-elle de répliquer?Certes elle allait le faire à son plus grand plaisir:

-J'aurais pu vous le dire seulement messire vous étiez déjà occupé autre part et je ne me permets pas de déranger un preux chevalier et sa gente dame dans leur romance, mon malaise fut prenant et je ne voulais pas faire comme Ann.


Dame Ann était dans d'excellente main, Nennya était rassurée sur le sort de la dame qui semblait si bouleverser. Ils se dirigèrent vers la salle de bal ou chacun pourrait retrouver sa galante compagnie...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
LLyr di Maggio

avatar

Nombre de messages : 36
Date d'inscription : 29/01/2008

MessageSujet: Re: La roseraie   Jeu 31 Jan - 10:09

Une capeline bien plus chaude vint s'installer sur les épaules de Mel, deux mains fermants une fibule d'Or autour de son cou.
Sourrire convenu, sourrire sincere
Le froid est mordant, la Limousin n'est pas la Champagne
Le bras reprends sa place de guide, une main par habtiude se pose sur une autre tout en marchant.
La force d'une habitude.


Tu es bien songeuse
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Mélissande

avatar

Nombre de messages : 36
Date d'inscription : 17/01/2008

MessageSujet: Re: La roseraie   Jeu 31 Jan - 10:59

Tout d'abord un sourire pour toute réponse à la question posée. Un nouveau silence... une hésitation...

Songeuse... mais tu as tu as tout fait pour que je le sois en m'entrainant dans tes mystères.

Ton légèrement moqueur... mais masquant bien d'autres irrésolutions chez la jeune femme.
Etrange moment de complicité. Envie de se laisser emporter par ce qu'il lui propose (inconsciemment ou non).
Mais peur de laisser ressurgir ce qu'elle n'avait réussi à dissimuler qu'à grand peine. Pourtant cette sensation de légèreté de ce soir... en profiter pour avancer d'un pas?

Inspiration de doute mais elle s'avance alors d'un ou deux pas plus grand pour se placer devant lui, reculant au ryhtme des pas du duc. Ses yeux noisette plongé dans les siens, elle essaie de trouver indice de réponse aux questions qu'elle n'avait pas encore posées.


Si j'étais un mystère, quel mirage voudrais-tu voir apparaître?
Je peux être moi-même qu'un visage ou te rester étrangère... Si j'étais un mystère, quel courage aurais-tu pour me connaître?


Interrogations étranges mais le visage de la louve semble tellement réclamer une réaction...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Le bacul

avatar

Nombre de messages : 7
Date d'inscription : 29/01/2008

MessageSujet: Re: La roseraie   Jeu 31 Jan - 11:06

Il déambulait depuis un moment déjà dans le jardin... A parcourir le labyrinthe végétal en tout sens, il commençait à s'y perdre.

Les femmes... une femme... un jour, il la trouverait celle qui lui conviendrait!

Il n'aura peut-être pas le temps de tout lui dire... au début... mais juste assez que pour tenter la satyre... qu'elle sente qu'il veut lui plaire...
Quand d'un coup d'aile se déplume, son œillet lui ferait de l'œil... Même hululer sous la lune ne lui fait pas peur pourvu qu'elle le veuille...
Pas besoin de beaucoup, mais pas de peu non plus... Par le biais d'un billet fou, lui faire savoir qu'il n'en peut plus...

Oh oui, il s'y perd dans le labyrinthe... mais il y perd surtout toute réalité! A ressacer ses envies et son désir pendant que ses yeux assoiffés et épiants tentent de débusquer la proie.

Elle serait si frêle esquive sous ses bordées d'amour... Il suppose qu'elle suppose qu'il l'aimera toujours... Même si l'affaire n'est pas sûre, ne pas s'enfuir, ne pas s'en faire... Il n'a qu'une seule envie: se laisser tenter! La victime serait si belle et... le crime est si gai.

Stop! S'immobiliser derrière ce buisson! Juste au coin, là! Juste au coin... Des pas légers dans les graviers... une voix de femme... Caché, il ne la voit pas mais la devine très bien! Il n'est plus capable d'évaluer la situation, de se dire que si elle parle, c'est qu'elle est surement accompagnée... Mais sa voix... tremblant presque de ce qu'elle dit... elle arrive pour lui! Il le sait! C'est elle!... Enfin!

Il bondit! Il jaillit de derrière l'arbuste où il se cachait et la saisit par derrière. Son bras droit autour de ses épaules et sa poitrine, la gauche sur ses hanches, il la serre contre lui... Elle se crispe, il la surprise... mais ça l'excite d'autant plus! Il plonge son visage dans la tresse de ses cheveux... inspire profondément et bruyamment pour absorber tout son parfum...


Mmmmmh! Tu t'es faite attendre ma belle!... lui dit-il d'une voix grivoise ne laissant aucun doute sur son état d'esprit graveleux et obsédé. Il était tant emporté par ses hormones qu'il n'en avait pas encore aperçu le noble qui accompagnait la jeune femme.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
LLyr di Maggio

avatar

Nombre de messages : 36
Date d'inscription : 29/01/2008

MessageSujet: Re: La roseraie   Jeu 31 Jan - 12:33

L'homme bondit et empoigne Mel, par reflexion autant que par entrainement, LLyr passe son main dextre sur la garde et déclenche Quand le vent-souffle-sur-la-Montagne, cassant le poignet à la sortie du fourreau en la soie-découvre-une-épaule
Le Katana fend l'air, la technique est précise et contenue. La Lame s'arrete sous le menton de l'homme, une legere pression et la gorge sera ouverte, un faux mouvement de sa part et il sera de même.


Allons mon brave, cela n'est pas des manieres.
Lachez la dame
Maintenant !


Le ton est péromptoire, la seule alterntive c'est pour lui de reculer ou de se faire trancher la gorge comme un porc qu'on égorge.
Pres de ses parties "sensibles", un grognement, des dents commencent à serrer douvement, tres doucement, mais surement, la douleur elle ne va pas tarder...


Des excuses en prime vous sauvegarderez vos bijoux de famille...
Je ne serais que trop vous conseiller de rapidement faire vostre choix.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Le bacul

avatar

Nombre de messages : 7
Date d'inscription : 29/01/2008

MessageSujet: Re: La roseraie   Jeu 31 Jan - 12:51

Le bruit métallique d'une lame qu'on sort de son fourreau... et le bacul n'a pas le temps de sortir son nez des cheveux de la femme et d'ouvrir les yeux pour voir d'où ce sifflement provenait que la lame est déjà sous son menton, piquant son cou.
Moment de surprise passé, il regarde le visage de celui qui le menaçait et répond à ses injonctions... en resserrant son étreinte et en collant sa joue sur celle qu'il détient.

Sourire sarcastique et jubilant. Il laisse exploser un rire gras.


Trop tard, messire! Elle est à moi!

Il la regarde de coté... Quelle était belle prise par la peur... toute tremblante!

Rien qu'à moi... dit-il encore presque soupirant...

Puis la présence du chien se fait sentir... Une légère hésitation envahit le bacul...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Mélissande

avatar

Nombre de messages : 36
Date d'inscription : 17/01/2008

MessageSujet: Re: La roseraie   Jeu 31 Jan - 13:06

Un bruit de branches et de feuillages agités par derrière.
Mel surprise n'a pas le temps de se retourner ni d'éviter l'étreinte forcée de l'assaillant. Il la sert contre lui, il la jauge, il la renifle, il la lèche presque...

Yeux écarquillés, la jeune femme se voit projetée trois mois en arrière! Sensation oppressante d'étouffement. Dégoût du contact répugnant de l'assaillant. Tétanie de se sentir rabaisser au statut de femelle, objet de désir plus bestial qu'humain.
Des images dont elle pensait ne plus avoir souvenir lui reviennent en mémoire. Elle panique de revoir ces soldats fondre sur elle à Mayenne... ils sont trop nombreux... elle ne résiste pas sous leurs coups... mais on ne se contente pas d'abattre une lieutenant ennemie, non... il existe bien d'autres plaisirs à en tirer... Et là!... là... elle se voit... couchée, maintenue... et eux...

Un reflet brillant attire le regard de la louve. Le katana est à une dizaine de centimètres de son visage, pointé sur la gorge de l'homme. Quel beau reflet que celui de ce tranchant. Les yeux de la jeune femme se fixent sur le reflet. La peur s'efface de son visage. Ses traits se détendent. Elle semble changer complètement d'attitude. Détermination froide à ne plus subir...

Les gestes qui suivent sont aussi précis et assuré que ceux du cygne. Par dessous la capeline, les bras de la louve se détendent pour s'emparer de la lame du katana. Les doigts fermement crispés sur la lame à travers le manteau... encourage la course du sabre. La louve achève ainsi le geste que le cygne avait arrêté... le cou du bacul est percé net et laisse s'échapper un sursaut rauque de surprise et de dégout.

Comme s'il avait ressentit l'intention de la louve, Bran avait resserré simultanément les dents sur l'entrejambe... mais l'homme n'avait déjà plus de gorge pour crier sa douleur.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Le bacul

avatar

Nombre de messages : 7
Date d'inscription : 29/01/2008

MessageSujet: Re: La roseraie   Jeu 31 Jan - 13:29

Alors que la présence du chien se fait de plus en plus imposante (ce qui encourageait l'homme à reprendre suffisamment d'esprit que pour réfléchir à la situation^^)... la jeune femme s'agite dans ses bras. Sur le moment ça le fait sourire: ce qu'il adorait ça... sentir une femme gigoter dans ses bras!
Mais...


Aaargh...

Le sourire n'a pas le temps de s'étirer du tiers que la pointe du sabre lui perce la gorge. La lame fine la perce de part en part en son centre lui coupant toute possibilité de respiration. La bouche grande ouverte, il essaie de crier la souffrance qui lui enflamme l'entre-jambe... mais aucun son autre qu'un gémissement soufflé ne s'entend.
Etonnament le saignement n'est pas abondant mais, manquant rapidement d'air et les mouvements de tête du chien aidant, le bacul relache son étreinte et s'effondre. Les yeux grands ouverts, il cesse bientôt de bouger laissant son regard vitreux fixé dans le vide...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
LLyr di Maggio

avatar

Nombre de messages : 36
Date d'inscription : 29/01/2008

MessageSujet: Re: La roseraie   Jeu 31 Jan - 13:33

Il n'avait pas l'intention de tuer, aucunement.
Il savait la vie précieuse mesme celle d'un fou.
La Jumelle était bien maintenu, l'homme lui aussi par le haut et le bas.

Il ne regardait pas l'Homme, il n'en avait pas besoin, la lame lui donnait par le toucher toutes les indications dont il avait besoin. Non, il fixait les prunelles de Mel
Une luerre de folie, une ombre, un traumatisme ressurgi, quelques choses qui l'avait marqué. LLyr en revoyant Mel lui avait trouvé quelque chose de changé, maintenant il savait quoi. Il relacha son intention une fraction de seconde.

Une fraction de trop...

Une main dans la capeline avait pris la lame à pleine main et lui avait imprimé la fin du geste non terminée.

LLyr fit une torsion de poignet et dégagea la lame de la main l'air irrité, deux petit "plocs" avaient retentit vers le bas. L'homme l'a gorge tranchée commençait déjà a basculer.

Le Maréchal d'Armes de France de sa main libre aggripa et libera Mel en la plaquant contre lui, pendant que le corps tombait comme au ralenti, d'abord sur ses genoux, puis sur le gravier dans un bruit mou.

A gros bouillon, le sang s'échappait maintenant de l'entaille béante. Bran recula aussi, a croire qu'il ne voulait pas se mouiller les pattes.


LLyr le siffla
Bran va chercher la Garde et Vite !

Le chien ne demanda pas son reste et fila. LLyr reste quelques instants aux aguets pour se rendre compte si d'autres assaillants n'aillaient pas arriver.

Quant à toi...
LLyr semblait furibond yeux dans les yeux de Mel, l'ombre revint
... nous aurons une explication un peu plus tard sur le present... et sur le passé aussi

regard appuyé, ce traumatisme il le ressentait, il ne savait pas exactement quels details mais il le ressentait.

Sa main libre avait pris la sienne, odeur de fer, main trop moite pour être seulement du à la peur ou à l'action.
Il regarde.
Rouge.
Chaud.

La jumelle par une passe d'armes est essauyée sur la capeline et remise au fourreau.
Il reprend rapidement la main et la tourne, une belle entaille, profonde, heureusement les doigts n'ont rien.
LLyr déchire un bord de la capeline et serre la plaie pour amoidrir si ce n'est arreter l'hémorragie. Trouvez une aiguille et du fils, que la garde se radine et vite.
Tout en serrant son point de compression il plaque Mel contre Lui, sa tete contre son épaule.


C'est fini...
C'est fini...
C'est fini...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Mélissande

avatar

Nombre de messages : 36
Date d'inscription : 17/01/2008

MessageSujet: Re: La roseraie   Jeu 31 Jan - 14:20

Lorsque Llyr dégage son katana d'une torsion de poignet, Mel lache la lame sans dire un mot. Pourtant elle la tenait si fort...
Immobile, comme plongée dans un autre monde, elle voit alors la pointe ensanglantée de la lame... mais elle n'exprime rien de plus que ce que son visage fermé ne laisse paraitre.

Llyr l'aggripe alors et la plaque contre lui. Elle se laisse emportée sans réagir plus. Elle n'entend qu'à moitier, comme un écho lointain l'ordre du maître à son chien. Les mots qui lui adressent ensuite personnellement semble tout aussi lointains. Mais ses yeux... ces yeux métalliques qui la fixent avec tant d'insistance et irritation.

Elle commence à se rendre compte qu'il s'est peut-être passé quelque chose... qu'il y a encore un moment présent.
Il lui prend la main. Elle baisse les yeux pour le regarder la retourner et découvrir l'entaille. Tiens!? Du sang!... Elle saigne... Un pincement de plus en plus puissant apparait. La sensation de douleur revient. Elle réalise qu'elle a mal. Elle se laisse faire...

La main sommairement bandée, il la sert contre lui.


LLyr di Maggio a écrit:
C'est fini...
C'est fini...
C'est fini...
Ces mots là, elle les entend parfaitement. La main gauche bandée du morceau de capeline que Llyr pressait contre lui, la tête contre son épaule, le bras droit libre, elle le remonte pour l'enlacer, le serrer encore plus contre elle...
L'étreinte crispée traduit le désarroi de la jeune femme. Son visage semble avoir repris vie mais c'est maintenant l'horreur du passé et de ce qui vient de se passer qui en tire les traits.

Silencieusement, une lourde larme coule le long d'une joue... elle qui pourtant ne pleurait jamais. Respiration profonde, presque poussive...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Octave le garde

avatar

Nombre de messages : 8
Date d'inscription : 31/01/2008

MessageSujet: Re: La roseraie   Jeu 31 Jan - 14:58

Octave était bien tranquillement en train de profiter lui aussi du mariage en ripaillant en cuisine sur un reste de plateau habilement détourné par un marmiton, et de deviser gaiement avec les autres gardes, quand un des valets détachés au service en salle était arrivé en courant, l'air horrifié

"Hé! Venez faire quelque chose! Il y a un chien qui aboie en continue, et s'enfuit quand on veut essayer de le faire taire!

Et alors? Qu'est-ce que tu veux qu'ça ait à voir avec la garde? On est pas là pour attraper des clébards, nous aut'

C'est madame Blanche qui a demandé de venir vous faire chercher!


Nous fatigue, celle-là... Bon, qui qu'y va?

Evidemment, silence de mort... Fallait pas poser la question, mais en désigner un. Trop tard, maintenant. Maugréant dans sa barbe contre l'ineptie des valets, Octave passa son manteau jaune plus que passé sur les épaules avant de sortir dans cette nuit glacée, à la recherche d'un cabot... C'était-y un travail pour un garde, ça, franchement? Et, évidemment, pas un radis de supplément à en escompter... Ah, cette sale bête était là... Effectivement, elle aboyait en continu devant la porte, empêchant toutes ces élégantes dames de sortir de promener sur la terrasse, c'était franchement dramatique... Ca ferait ça de moins à nettoyer par sa femme, qui travaillait ici aussi, nul doute que la gouvernante en était horrifiée. D'où la convocation d'un garde.

Nan mais tu vas la fermer, oui?

Evidemment, non. Aussi Octave dut-il s'avancer vers le chien, tentant de l'attraper par surprise... Raté. la fois suivante, de même, et encore la suivante... Et le chien qui reculait toujours plus. Au bout d'un moment, il était parti en courant sans demander son reste, et Octave s'était cru tranquille, juste pour l'entendre revenir dans son dos une vingtaine de secondes après avoir tourné les talons...

Mais où c'est-y donc que tu vas m'emmener, toi, idiot?

Le chien avait cessé son manège, voyant qu'il était cette fois suivi en continu par le garde, rapidement contraint d'adopter un petit trot, et ce, juste avant de tomber nez à nez avec trois formes, dont une étendue par terre, au milieu d'une flaque sombre. Un malaise à cause du vin, très certainement... Encore des invités qui ne tenaient pas l'alcool. C'était ça, chez tous ces gens issus d'la haute, habitués aux trucs fins et rafinés... On allait les secouer un peu, tiens, ça leur apprendrait un peu la vie, surtout s'ils avaient vraiment tant bu. Et c'était parti pour un numéro du garde bougon... Bien qu'il n'ait pas réellement besoin de se forcer pour ça.

Holà! Qui c'est-y donc qu'est là? Qu'est-ce que c'est y que vous faites là?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
LLyr di Maggio

avatar

Nombre de messages : 36
Date d'inscription : 29/01/2008

MessageSujet: Re: La roseraie   Jeu 31 Jan - 15:08

Bran s'en vint à coté de son maitre qui le flatta de sa main libre.
Merci Bran, du bon travail.

Avisant le Garde.
Salutations à vous.
Nous avons eu un petit soucis d'ordre, hmmm...technique.
Ce Cadav... cet homme a agressé physiquement la dame. Il n'aura récolté que la Mort.

Vous serez t il possible d'aller querir du monde pour l'enelver je ne voudrais point que des noceurs puissent tomber dessus. Ce n'est pas le bon jour vous en conviendrez

Oh et pendant que j'y pense me faire querir un necessaire de premier soin, une bonne aiguille, du fils et de la lumiere. La dame a besoin de quelques points, le saligot l'ayant blessé. Donnez le à Bran

*LLyr flatte le chien*
il me l'apportera rapidement.

Merci Garde.
Garde, quel est ton nom ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Octave le garde

avatar

Nombre de messages : 8
Date d'inscription : 31/01/2008

MessageSujet: Re: La roseraie   Jeu 31 Jan - 15:18

Eeeh voilà, pas fichus de faire un travail proprement... Quand on s'enivrait, on s'arrêtait avant de mourir, quand même. Même si ça rendait les femmes belles, l'alcool n'était pas une raison pour tuer quelqu'un d'un peu trop entreprenant... Et l'aut' qui faisait comme s'il était chez lui... Ah, et il posait une question et demandait des trucs... Compliqué, toute cette histoire. L'plus simple aurait été d'aller chercher m'dame Blanche, mais elle avait sûrement des tas d'autres soucis, et n'avait probablement pas de goût pour les cadavres... On ne la voyait jamais dans les chasses. Et, du coup, ça serait probablement à lui de nettoyer les taches...

Chuis Octave, 'pitaine de la garde, m'sire... Mais, euh, c'est qui, lui? Et vous?

Désignation du corps au sol pour la première question, et de l'homme pour la seconde. On n'avait jamais appris au pauvre Octave la politesse, non plus... C'est qu'il n'était pas vraiment capitaine de la garde de la maison, mais on lui avait toujours dit de se montrer intimidant, et le vrai pitaine n'était pas là ce soir. Alors, en tant que plus ancien et plus costaud des gardes restants, il le remplaçait...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
LLyr di Maggio

avatar

Nombre de messages : 36
Date d'inscription : 29/01/2008

MessageSujet: Re: La roseraie   Jeu 31 Jan - 15:26

Octave ? Capitaine !
Fort Bien Capitaine, je suis LLyr di Maggio et d'Astralgan, Maréchal d'Armes de France, Premier Maistre d'Hostel leur Majesté le Roy et la Reyne de France, Héraut de Touraine, Duc du Lavardin et Baron du Gault Perche... Je vous épargne le reste...

La Dame est Melissande du Huy, escuyere et lieutenant des Dames Blanches.

Quant à ce pauvre Here, je n'en sais rien quelqu'un qui n'a pas eu le bon sens de se presenter et qui a cru tomber sur une proie facile. Autant dire que ce n'était pas son jour de chance...

Je ne voudrais point vous pressez mais la trousse de premier soin c'est assez urgent il fait voir dans le dos de Mel la main ensanglantée d'où goutte le sang.

Je ne voudrais pas que la Dame devienne pale si vous voyez ce que je veux dire. La salle des Gardes a t elle une infirmerie assez calme pour faire ce travail ?

Conduisez nous je vous prie.


LLyr designe le cadavre
Je ne pense pas qu'il partira de là où il est dans son état.
Par la Rose et par l'Epée allons ! Pressons nous !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Octave le garde

avatar

Nombre de messages : 8
Date d'inscription : 31/01/2008

MessageSujet: Re: La roseraie   Jeu 31 Jan - 15:42

Quoi? Tout ça à la fois? Heuh, mais... Il était où le nom, là-dedans? Quel titre fallait-il lui donner? Bon, optons pour la noblesse... Il avait bien dit "Duc", non? Ca ferait l'affaire.

Ah, la dame est blessée? Montrez donc...

Sans attendre de réponse, il se saisit de la fine et pâle main dans sa grande paluche, observant d'un air dubitatif le pansement en place.

Z'allez rien arrêter du tout, avec ça, vot'Grâce... La d'moiselle ferait mieux de resserrer elle-même les lèvres de la plaie, ça s'ra plus efficace en attendant qu'on trouve de quoi r'fermer ça. M'enfin, vous faites comme vous voulez, hein... J'vais juste vous demander un instant avant d'partir, des fois que quelqu'un viendrait, pour éviter un malaise d'une dame.

Il avait failli oublier la règle d'or "le noble a raison" en voyant ça... En plus le duc n'avait pas l'air commode. Mais bon, ce n'était pas pour ça qu'il attendait... Saisissant les pieds du macchabée, il le tira dans le bosquet - avantage de l'hiver, il n'allait pas massacrer les fleurs - pour le dissimuler grossièrement, jugeant que dans l'obscurité relative des lieux, cela passerait inaperçue... Aucune dame de bonne naissance n'irait regarder là, de toute façon. Le temps de répandre un peu de terre sur le sang encore frais pour le dissimuler ainsi qu'en faciliter le nettoyage ultérieur, et il était prêt à emmener les deux invités.

Bon, v'nez... Par contre, ça s'ra pas aussi reluisant que les quartiers des invités, hein... J'vous emmène à l'écurie, devrait y'avoir de quoi faire l'affaire là-bas.

Ce n'était sans doute pas le moment de les faire croiser Arnoult dans les cuisines... Avec sa joue couturée, il aurait montrée une vision bien effrayante des sutures d'Octave... Il les réussissait quand même généralement mieux.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
LLyr di Maggio

avatar

Nombre de messages : 36
Date d'inscription : 29/01/2008

MessageSujet: Re: La roseraie   Jeu 31 Jan - 15:52

LLyr regarda le garde... Un capitaine hein ? Et lui aurait du se presenter comem l'Archange Gabriel dans ce cas... Il doutait que Nebisa eut recours à un capitaine aussi peu dégrossit...Quoique...

Ce dernier contre tout attente pris la main de Mel, bien entendu pas la bonne puisque LLyr lui faisait un point de compression pour eviter l'hémorragie de la Plaie profonde.

Puis, il alla camouffler tant bien que mal le cadavre tant bien que mal dans la roseraie.

En chemin vers les Ecuries, LLyr avait reflechi à la situation.


Je me chergerai personnellement des coutures Capitaine, il serait mal céans que je vous laisse faire ce travail. Apportez moi de la gnole, une flasque suffira et un linge propre, propre j'insiste, ainsi que du fil et une aiguille.

Oh et pas de "vot'grasce" avec moi. "Maistre" ou "Maréchal" si vous voulez y mettre des formes tout au plus.
*sourrire*

Tous trois repartir. Aucun doute que le garde allait rouspeter dans sa barbe, mais mieux valait cela que de le voir poser ses pattes sales sur une plaie ouverte.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Octave le garde

avatar

Nombre de messages : 8
Date d'inscription : 31/01/2008

MessageSujet: Re: La roseraie   Jeu 31 Jan - 16:11

Ah tiens, le nobliau voulait impressionner la dame, à faire lui-même la couture? Quelqu'un qui selon toutes probabilités n'avait jamais eu à le faire lui-même, ça allait être un massacre... Déjà qu'une suture n'était jamais belle, là, ça promettait. Restait à savoir ce qui avait insufflé au gusse de vouloir s'occuper de ça en lieu et place de quelqu'un qui en avait déjà fait des dizaines... Enfin bon, la règle d'or était ce qu'elle était, et il avait déjà assez abusé, donc n'allait pas contredire. Le noble avait raison... Fallait juste s'arranger pour qu'il ne vous retrouve pas après pour vous accuser du carnage. C'était souvent comme ça aussi, les nobles... Y'avait qu'à voir l'cousin Gustave, qui était maît' rabatteur pas loin d'là... Avec un haussement d'épaules, il répondit donc:

Si ça vous amuse... C'est sa main, après tout, pas la mienne. J'vous emmène quand même aux écuries, où vous préférez ailleurs?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
LLyr di Maggio

avatar

Nombre de messages : 36
Date d'inscription : 29/01/2008

MessageSujet: Re: La roseraie   Jeu 31 Jan - 16:16

Non Capitaine ça ne "M'amuse" pas.
La violence, qu'elle soit sur le champ d'une bataille n'est pas ce que je qualifierai d'amusement.
J'ai trop vu de morts ou de souffrant pour avoir à dire que c'est plaisant.


*regard soutenu*
Ma trousse a pu permettre a certains de ne pas perdre une jambe ou un bras. J'entends bien que cela continue.
C'est une chose de savoir se servir de son arme s'en ai une autre que de devoir reparer aussi ce qu'elle a fait mue par vostre main. Ce n'est pasà un fier guerrier que vous estes que je vais apprendre cela.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Octave le garde

avatar

Nombre de messages : 8
Date d'inscription : 31/01/2008

MessageSujet: Re: La roseraie   Jeu 31 Jan - 16:35

La violence n'est pas un amus'ment, vot'Grâce? Alors, sans vouloir êt'insolent... Pourquoi donc avez-vous jouté hier? Si ça c'n'est pas de la violence, et pas de l'entraînement pour les champs d'bataille... Z'avez pas vu le nombre de blessés?

Aille! Il venait d'enfreindre LA règle d'or, en contredisant le nobliau! Pire, il s'en trouvait soulagé plutôt que mortifié... Restait à espérer que celui-ci soit assez aviné pour ne pas en prendre ombrage. Et, ne pouvant se retenir, une fois de plus, il rajouta, crachant presque les mots:

Vous réparez sans doute, oui, quand c'est noble comme vous qui est atteint... Mais je remarque que votre haine de la violence n'a pas retenu son bras sur l'autre, là-bas! Rien à recoudre, là...

D'un mouvement de bras rageur, il désigne le bosquet dans lequel se trouve un corps qui jamais plus ne se relèvera. Puis, sa colère redescendant lentement, la veine tumescente sur sa tempe se dégonflant en douceur, il se rendit compte de ce qu'il venait de faire, et repartit dans unn grognement à grandes enjambées vers les écuries, sans vraiment se soucier d'être suivi ou non... Finalement, il leur enverrait bien l'Arnoult, histoire de leur rappeler certaines choses. Mais, pour le moment, il s'agissait déjà de se sauver soi-même... Et dire qu'il était d'habitude le premier à dire aux jeunots de se modérer avec les nobliaux... Faudrait songer à arrêter la vinasse quand il y avait des invités. Certes, c'était facile à dire.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Mélissande

avatar

Nombre de messages : 36
Date d'inscription : 17/01/2008

MessageSujet: Re: La roseraie   Jeu 31 Jan - 18:01

A l'arrivée du garde, Mélissande n'avait pas bronchée. Elle était restée le visage caché contre l'épaule de LLyr. Elle n'avait relevé la tête que lorsque le "Capitaine" lui avait pris la main sans réserve. Elle assiste alors à un échange verbal qui s'envenimait pour une raison bien plus futile que l'incident qui l'avait engendré.

D'une voix abattue et particulièrement calme de lassitude, elle s'adresse au garde.


Messire, les apparences sont souvent fort trompeuses... cessez donc de reprocher au Maréchal ce qui est arrivé par ma faute en tous points.
Et au lieu d'éparpiller votre salive
(ben oui, il a dit qu'il crachait les mots^^) j'aimerais éviter de faire de même avec mon sang... et cela vous permettra de rejoindre votre précédente occupation d'autant plus rapidement, ce qui doit être surement plus plaisant que cette situation.

Sans en dire plus, tout en restant pendue au bras de Llyr, elle prend l'initiative du demi-tour et emprunte le sentier pour rejoindre les écuries. La discrétion du lieu lui convenait particulièrement à l'idée d'éviter les oeillades et commentaires qui ne manqueraient pas de fuser s'ils rejoignaient le chateau.
Sans prêter attention à la réaction éventuelle du garde, elle continue sa marche et reste silencieuse jusqu'aux écuries.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Octave le garde

avatar

Nombre de messages : 8
Date d'inscription : 31/01/2008

MessageSujet: Re: La roseraie   Jeu 31 Jan - 20:33

Tiens, v'la t'y pas qu'l'aut' se réveille... Il l'entend qui parle dans son dos, pestant le Très Haut savait quoi, avant de finalement se décider à lui emboîter le pas, comme il put le voir en jetant quand même après quelques pas un coup d'oeil rapide au-dessus de l'épaule. Bon. L'écurie se profile.


[Suite là-bas]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: La roseraie   

Revenir en haut Aller en bas
 
La roseraie
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 2 sur 2Aller à la page : Précédent  1, 2

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Ségur le Château :: Ségur les Jardins :: Le parc-
Sauter vers: