Omnes Vulnerant, Ultima Necat
 
AccueilFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 Faiblesses...

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Louis_de_Malemort

avatar

Nombre de messages : 24
Date d'inscription : 16/02/2008

MessageSujet: Faiblesses...   Ven 22 Mai - 9:44

Depuis quelques temps il devenait pénible à Louis de se concentrer sur ses leçons. La fatigue l’emportait trop rapidement. Combien de fois il se surprit en train de somnoler la plume à la main. Et ça commençait à faire quelques semaines que ce phénomène sévissait. Ca va passer, se répétait il, tu es presque un homme et non plus un fragile bébé. Non Mais !!

C’est parce qu’il devenait un homme qu’il forçaient son corps a s’endurcir. Il passaient son temps libre à chevaucher aux alentour du château, par tout temps… Et malgré le printemps la météo n’était pas des plus clémente. Mais c’était du pipi de chat à coté de sa traversée du royaume lors de la grande Tournée Royale…

Également, le maniement de sa petite épée était devenu une passion. Dans la salle d’arme il s’exerçait encore et encore. Et quand il était seul il « empruntait » une lame plus grande et lourde. Noyé dans sa sueur il tentait de se servir ce ces armes d’adulte contre un pauvre poteau de bois.

Mais depuis quelques jours ce sont des crises de toux qui l’ennuyait le plus… D’abord ce n’était que le matin, ensuite le soir, puis après des efforts. La crise s’allongeait de jours en jours. Et depuis quelques heures, Louis s’était aperçu du sifflement de sa respiration.

Cette nuit promettait d’être difficile se dit il…

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Louis_de_Malemort

avatar

Nombre de messages : 24
Date d'inscription : 16/02/2008

MessageSujet: Re: Faiblesses...   Lun 25 Mai - 15:36

Comment se fait il que le froid et le chaud trouvent une entente pour rompre mon corps ? La sueur coule et détrempe mes vêtements de nuit tandis que je frisonne au contact de ce même vêtement mouillé. La toux se fait plus violente, je n’ai plus de répit…

La femme de chambre me surveille avec un air inquiet, notre nourrice a été prévenue de mon état. J’ai honte de faire encore appel à elle maintenant que je suis presque adulte. Elle va arriver en courant d’ici peu affolée accompagné de Maman encore plus affolée… Ca va commencer la ronde des pleurs, des vas et vient, des médecins, des médications à prendre comme lorsque j’étais petit et faible. Je détestais ces périodes d’infantilisation extrême ou juste la souffrance physique était prise en compte, mon corps était le point de focalisation de la maison mais mon âme était laissée à l’abandon dans son bain de souffrance et d’ennui. Il n’y avait que Lune qui de temps en temps m’aidait à faire passer le temps et à améliorer le moral.

A tout réfléchir vivement que Maman vienne, car il y avait une chose d’unique et d’agréable lorsque on est malade c’est que Mère est là. Les moments de tendresse se multiplient et ça c’est plus précieux que de l’or même si je suis devenu grand maintenant.


Maman… gémit le petit Malemort.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
nebisa
Comtesse
Comtesse
avatar

Nombre de messages : 1429
Date d'inscription : 19/11/2006

MessageSujet: Re: Faiblesses...   Dim 31 Mai - 15:51

La Comtesse était arrivée voilà peu à Ségur, veuillant profiter de quelques jours de repos sur ses terres de Ségur avant de regagner la capitale, le Louvre et son exigeance codifiée, rêglementée, en permanence par les devoirs d'une charge qu'elle chérissait mais qui s'avérait bien souvent telle une gangréne dévorante.

Ce matin là, la Malemort prévoyait de traiter les urgences accumulées au cours des derniers mois, recevoir ses metayers ayant besoin d'un jugement seigneurial, répondre à quelques courriers et faire le tour du verger...

La camériste achevait de tresser les longs cheveux de sa maitresse quand une nourrice affolée déboula dans les apartements privés de la Comtesse pour l'informer que "Messire Louis était malade"... Pour que la donzelle en arrive à une telle inquiétude, se présente devant la Comtesse ... c'était bien que l'enfançon devait aller mal...

Sans attendre plus d'explication, c'est une Malemort au visage fermé qui s'élance dans les couloirs pour rejoindre l'aile des enfants et l'apartement de Louis qui git sur son lit, toussant et s'agitant. Penchée sur le lit, elle passe une main tendre et légère sur le front brulant du garçonnet, reconnaissant une forte fiévre, signe que l'organisme se trouvait pris par l'assaut des humeurs malines combattant en son centre...


Louis ? Je suis là, mon trésor...

Elle parlait doucement, d'un ton apaisé pour ne pas inquiéter l'enfant et feindre une assurance qu'elle ne ressentait jamais lorsqu'un patient lui était proche et cher, chair de sa chair en l'occurance.

Et bien... Que t'arrive-t-il donc ? Depuis quand te sens-tu mal ?

La question aurait pu s'adresser à la nourrice qui chiffonait machinalement un bord de son tablier, embarassée à l'idée que la crainte de la mére se transforme en fureur de la Comtesse... il suffira de quelques mots pour que le mal de l'enfant se change en culpabilité de la domestique et aboutisse à son renvoi... or la Malemort payait bien, et les gages aussi élevés étaient rares.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://segur.activebb.net
Louis_de_Malemort

avatar

Nombre de messages : 24
Date d'inscription : 16/02/2008

MessageSujet: Re: Faiblesses...   Lun 1 Juin - 16:42

Lorsqu'il entendit la voix de sa mère, durant un instant la souffrance se tu. Il sentit ses mains son odeur. Elle était enfin là, comme auparavant... Moment de bonheur avant de replongé dans les abîmes de la souffrance.

Mère...

Puis vient une violente crise de toux qui plia en deux le corps du jeune adolescent. Avant de poursuive il déglutit et tenta d'inspirer. Durant ces pénibles moments son regard ne quitta le regard de sa mère. Un regard familier mais inquiet, qui le dévorait pour voir chaque signe de sa souffrance.
Louis tenta de sourire.


J'ai mal à la gorge et à la poitrine, je crois que j'ai trop forcé sur les promenades mère. Je suis désolé de vous vous inquiéter pour si peu. Je pense que quelques jours au chaud et au repos me feront le plus grand bien.

Louis conclu par une autre violente toux qui semblait interminable. Il essayait de calmer cette crise afin de calmer l'inquiétude des gens présent dans cette chambre, en vain. Une voix faible et sifflante sortit de sa bouche.

Mère j'ai si chaud, j'étouffe...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
nebisa
Comtesse
Comtesse
avatar

Nombre de messages : 1429
Date d'inscription : 19/11/2006

MessageSujet: Re: Faiblesses...   Dim 14 Juin - 16:10

Tachant de demeurer paisible pour ne point alarmer l'enfant, la Comtesse chuchote qu'on lui apporte sa besace, un broc d'eau et des linges. Sans cesser de caresser le front, les tempes et les joues de son fils, elle palpe au passage sa gorge et délace le haut de sa chemise.

Nous allons enlever cela, tu te sentiras mieux... regardes comme tu transpires, ta chemise est baignée comme si tu sortais de la riviére... Louis, je vais écouter ta respiration, respires profondément, aussi fort que tu peux...

La fiévre rongeait le pauvre corps qui tressautait sous ses assauts comme une marionette au grés des envies de celui qui tient les fils, l'angoisse maternelle s'accentue encore tandis qu'elle appose son oreille sur la poitrine de l'enfant, les yeux fermés, concentrée...

Le sifflement qu'exhale les poumons n'est pas des plus rassurants, même si, à l'heure actuelle, l'absence de crachats glaireux semble indiqué que le mal est encore combattable...

Elle avait souvent dut soigner de pauvres héres atteint aux poumons et savait parfaitement qu'un temps arrive ou le mal a trop endommagé le corps pour qu'il puisse encore être question de guérison... le sang rendu par la bouche, le souffle que l'on ne peut reprendre, la suffocation qui peu à peu étouffe et tue... Mais Louis ne sera pas de ceux là... pas tant qu'elle aura une once d'énergie à mettre dans sa guérison... son garçon, son fils, si blond, si lumineux qu'à premiére vue on peine à croire Malemort, jusqu'à ce que, d'une audace, une malice il dissipe le doute, jusqu'à ce que ses yeux pétillants, si noirs, n'évoquent assurément ceux de sa mére...


Mon petit soleil, tu vas prendre la potion que je vais te donner, elle fera baisser un peu la fiévre et tu pourras te reposer... Il va falloir prendre des forces pour terrasser cette vilaine maladie...

Prenant place prés du bord du lit, elle s'assoit avec douceur, prenant des mains de la domestique la fiole médicinale dont elle sait l'âpre saveur mais qui, grace à la sauge qu'elle contient, devrait faire baisser la fiévre dans un premier temps...

Je vais rester prés de toi, maintenant bois ceci, en suite, je préparerai un emplâtre pour ta gorge et tes poumons et nous te couvrerons... Je sais que tu as chaud, mais il faut bien te couvrir pour forcer les humeurs malines qui t'assaillent à sortir, à te libérer... Tu comprends ?

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://segur.activebb.net
Louis_de_Malemort

avatar

Nombre de messages : 24
Date d'inscription : 16/02/2008

MessageSujet: Re: Faiblesses...   Ven 17 Juil - 20:29

Oui mère...
La voix était faible et rauque. Louis rassembla ses forces pour se mettre assis et saisir le récipient. Un dernier regard vers sa mère et il but le liquide. Pouah c'était amère! mais il se força de tout boire. Ce simple geste le laissa sans force et s'abandonna dans les bras et le regard de sa mère.

Les domestiques le changèrent il revêtit une chemise propre. Également, les draps trempés de sueurs furent enlevé. Dans un demi sommeil Louis se laissa faire, et continuait de contempler sa mère donnant les ordres aux domestiques. Souvent, leurs regards se croisèrent et un demi sourire se dessina sur la bouche de l'enfant.


Peu de temps après il sentit une douce sensation de fraîcheur, sans doute la médecine qu'il avait but quelques temps auparavant. Mais une violente crise de toux lui rappela qu'il était qu'au début de la voie de la guérison, enfin il espérait... Il se retrouva bien emmitouflé dans diverses couvertures et sa tête reposait sur un bel et gros oreiller. Seuls dépassaient sa tête et son bras gauche tenu tendrement par Mère.

Merci Mère de vos efforts. Grâce a vous je vaincrai cette maladie… Je me souviens bien de la dernière fois que j’ai du garder le lit. J’avais mangé trop de biscuits aux raisins, votre attitude était moins conciliante qu’aujourd’hui…


PS HRP: désolé du retard ça m'était totalement sorti de la tete.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Faiblesses...   

Revenir en haut Aller en bas
 
Faiblesses...
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» FAIBLESSES DES MONSTRES
» faiblesses,astuces et aides pour tous les monstres
» -Les faiblesses des new monstres-
» [Résolu] Faiblesses du Nargacuga
» [Résolu] narga : nouvelles faiblesses ?

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Ségur le Château :: L'aile privée :: Appartement des jeunes enfants Malemort-
Sauter vers: