Omnes Vulnerant, Ultima Necat
 
AccueilFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 Tombeau de Barahir

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
nebisa
Comtesse
Comtesse
avatar

Nombre de messages : 1429
Date d'inscription : 19/11/2006

MessageSujet: Tombeau de Barahir   Ven 22 Jan - 13:43


_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://segur.activebb.net
nebisa
Comtesse
Comtesse
avatar

Nombre de messages : 1429
Date d'inscription : 19/11/2006

MessageSujet: Re: Tombeau de Barahir   Dim 24 Jan - 11:45

Les sculpteurs embauchaient à prix d'or avaient travaillé vite et bien, du bout de ses doigts tremblant, Nebisa caressait à présent la représentation glacée de son fils, éternellement jeune, beau et sourriant, figé dans le marbre immaculéen... Son doux visage, comme endormi par le sort d'une fée jalouse lui faisait face, les yeux clos à jamais pouvaient seuls attester que l'incroyable énergie du jeune Malemort ne se pouvait transfigurer...

De part et d'autre du cénacle mortyphére, deux candélabres brulaient la méche de gros cierge, leur flamme vacillant au gré de la brise qui pénétrait la chapelle, des siéges placés prés des absides et, en face, un gros livre des vertus, relié et enluminé... point de religieux, il n'en était pas besoin pour une simple célébration, l'office funébre avait déjà eut lieux, en privé et sans témoin...

Ses lévres venant effleurer celles du gisant, une derniére caresse avant de se redresser, une priére muette pour pouvoir trouver en elle la force de tenir un jour de plus à la destruction de sa sérennité, au vide qui la ravage et à la douleur lancinante de l'absence que l'on sait sans retour et la voilà qui se reprend, moins Nebisa, plus Malemort que jamais... car tous doivent ignorer les larmes, la souffrance et la peur d'une créature à peine suffisamment forte pour feindre de ne les pas connaitre, mais apeurée, toujours, que l'on perce à jour sa carapace et que l'on expose au grand jour toute sa détresse, sa faiblesse et ses doutes...

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://segur.activebb.net
dragonet

avatar

Nombre de messages : 16
Date d'inscription : 25/01/2008

MessageSujet: Re: Tombeau de Barahir   Dim 24 Jan - 16:45

Il s'etait glissé dans le chateau de Segur, presque comme un voleur, ignorant le fait de devoir se presenter à l'entrée ou toute autre mondanitée.

Il connaissait moins bien le chateau de Segur que le domaine de chabriére, mais assez pour pouvoir s'y glisser sans être vu. Pour lui, ce lieu etait toujours celui d'où il avait vu Nebisa se jeter dans le vide, et il n'aimait guére ce souvenir.

les raisons qui l'avaient fait venir etaient multiples et complexes...le fait d'avoir connu lui même la mort de deux de ses enfants, le fait qu'il voulait s'assurer que Nebisa ne "partirais pas" a son tour, le fait que même si ce sentiments n'etaient pas partagé, il considerait la progeniture Malemort comme des neveux qu'il avait vu croitre et grandir.

Certe Barahir, comme alienaure du reste, ne l'avait pas aimé, mais ça restait des gamins, elevés sans pére, et avec une mére aimante mais pas assez presente, et on ne pouvait leur en vouloir de manquer pour certains de stabilités. Il ne leur en voulait pas de leur vivant, il en serait de même à leur mort.

Nebisa etait presente, ses levres sur le gisant, il s'ecarta pour ne pas être vu et troubler son recueillement, plongeant dans les ombres. Il songea à l'epoque où elle etait comtesse, et lui son prevot et amant. Combien de fois c'etait il tenue ainsi, à son ainsi, veillant à la proteger à son insu. Il ferma les yeux, accueillant en lui les tenebres..
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Elisa de Lahaye Malemort

avatar

Nombre de messages : 705
Localisation : Limoges pour les bagages
Date d'inscription : 16/02/2008

MessageSujet: Re: Tombeau de Barahir   Dim 24 Jan - 20:51

Elle s'était enfermée longuement dans sa chambre. Se demandant si sa présence était obligatoire. Hésitant, depuis sa dernière vision de lui dans l'Hostel de sa mère à Saint-Paul. La jeune de Lahaye ne voulait pas revivre cela... Et pourtant sa maternel avait insisté pour que chacun de ses enfants soient présent a ses côtés pour rendre hommage à Bara...

Elisa s'était donc préparée, en silence. Enfilant sa robe de deuil... Cette robe qu'elle détestait à chaque fois qu'elle la voyait. Laissant ses cheveux ténébreux tomber jusqu'au milieu de son dos, ils bougeaient avec le moindre de ses mouvements de tête.

Une fois prête, c'est avec une difficulté extrême qu'Elisa rejoignit la chapelle où reposait le tombeau de son cher et tendre frère, son Bara. Ses poings étaient serrés, ses lèvres fermées, son teint blanchâtre et sa corps de plus en plus amaigrit. Si elle le voulait, la Malemort aurait pu passer entre deux barreaux des grilles de Ségur, tellement son corps n'était plus.
D'abord le décès de son père, puis suivit de quelques semaines son frère. Malgré ses sourires, Elisa n'était plus elle même. Elle avait rejoint Ségur quelques jours plus tôt. Le Limousin serait son refuge le temps que le deuil passe, le temps que son cœur se remette de ses pertes. D'autant plus qu'aujourd'hui, Louis-Marc n'était plus là pour la soutenir.
La Lahaye-Malemort était désormais seule pour prendre soins d'elle...

Elisa pénétra alors dans la chapelle. Apercevant en premier sa mère, puis un homme assez grand et d'un certain âge qu'elle ne connaissait pas.
La Malemort avança lentement jusqu'au corps de son frère. Ses pas de plus en plus petit... Elle arriva enfin jusqu'à lui... Et comme elle l'avait prédit ses yeux s'emplirent de larmes en le voyant là devant elle, lui qui n'était plus lui...
Sa main se posa sur son corps de pierre... puis ses genoux vint de nouveau heurter le sol. Mains toujours posées sur lui, tête qui se heurtent à ses bras. La jeune Malemort ne supportent plus ce calvaire..
Et c'est d'entre ses lèvres, dans une murmure...


Mon Bara... Oh mon Bara, comme tu me manques. Je t'en conjure... Je t'en supplie, reviens-moi... Reviens-nous !

Ses larmes coulaient, ses paroles étaient saccadées par le rythme de ses larmes et de son souffle coupé. Elle resta près de lui de longue minutes. Ne voulant l'abandonner, ne voulant céder sa place. Et pourtant... ses mains se posèrent sur ses genoux... Elisa se relevant, elle s'approcha du visage de l'ainé Malemort... Et elle posa un baiser sur ses lèvres de pierre, ses lèvres si froide.
Tremblante, elle se retourna, regard vers le sol... A quelques pas d'elle un banc. La damoiselle s'y posa...

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Aliènaure

avatar

Nombre de messages : 182
Date d'inscription : 07/09/2007

MessageSujet: Re: Tombeau de Barahir   Dim 24 Jan - 21:45

Elle avait quitté le Château de Souvigny et le Duc Lanfeust avec hésitation. Devait-elle emmener sa fille ou bien la laisser aux bons soins d'une nourrice? Elle n'était pas sûre que Sixtine ait sa place en ce genre de circonstances. Mais l'enfant aurait sûrement la capacité de distraire quelques temps sa grand-mère.

Avant de rejoindre la chapelle, Aliénaure regarda la petite fille dormir dans son berceau. Que deviendrait-elle si le destin venait lui ôter celle qui était toute sa vie, désormais?
Soupirant pour chasser cette sombre question, elle quitta la pièce en adressant un regard à la nourrice engagée pour l'occasion et se dirigea sous le ciel gris dans les jardins.

Quand ils étaient enfants, lors de leurs nombreuses parties de cache-cache, Barahir venait souvent s'y réfugier. Il savait que la chapelle était un endroit trop mystique, trop sombre pour elle. Et elle préférait le voir gagner leur jeu plutôt que de se risquer dans ce lieu.
Mais aujourd'hui...
Arrivée à l'entrée de la chapelle, ses yeux se posèrent sur sa mère, droite, digne, semblant vouloir cacher sa souffrance. Puis sa sœur.
Oh, Barahir et elle avaient coupé les ponts après maintes mots lancés par lui sans rien savoir. Mais il était resté ce grand frère adoré pour les autres, et sa disparition brutale les affectait profondément.

Alors qu'elle allait entrer pour rejoindre mère et soeur, elle s'arrêta brusquement.
Il avait osé venir. Aussi méprisant que détestable...

Mâchoire serrée, poings blanchis, Aliénaure se posta devant Dragonet.


Vous n'avez rien à faire ici. Barahir vous détestait autant qu'un homme peut en être capable. Jamais il n'aurait voulu vous voir à moins de cent lieues de lieu... Déguerpissez.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
ursin

avatar

Nombre de messages : 8
Date d'inscription : 19/01/2007

MessageSujet: Re: Tombeau de Barahir   Dim 24 Jan - 21:53

Le vieil Ursin de lasteyrie avait pris connaissance de la funeste nouvelle du trépas du fils de son amie Nébisa.
Il avait connu ce jeune homme, l'avait vu grandir en limousin puis avait suivit ses pas vers d'autres contrés.
Ils s'étaient rencontrés plusieurs fois.
Le jeune Malmort avait eu à un moment la volonté d'entrer ches les Hospitaliers et ils avaient discuté d'une union avec sa fille.
Mais rien de cela ne s'était fait.
Une dernière fois il s'agissait de venir lui rendre hommage
Nébisa avait comme de coutume fait les choses à la perfection.
Ursin reconnaissait bien là la comtesse
Même éplorée par le deuil qui la frappait dans sa propre chair tout comme lui avait été frappé il y a peu elle savait rendre les plus beaux hommages
Il entra donc dans la chapelle et se mit au fond de l"édifice de manière à ne pas troubler le recueillement des lieux.
Il se mit à genoux et pria.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
nebisa
Comtesse
Comtesse
avatar

Nombre de messages : 1429
Date d'inscription : 19/11/2006

MessageSujet: Re: Tombeau de Barahir   Dim 24 Jan - 21:59

Je lui ai demandé d'être là... Ce jour n'est pas fait pour les disputes, et je ne veux rien entendre sur ce sujet, Aliénaure, je n'aurais pas la force de supporter cela...

Un mince sourrire aux lévres, elle ne pouvait fournir d'avantage à l'instant, et elle hoche la tête en direction de Drago, le remerciant de sa présence... Qu'importe les mots, il avait été là bien souvent pour elle et les siens, quand d'autres, lui devant infiniment plus, n'étaient plus depuis longtemps... alors, oui, il avait le droit d'être là aujourd'hui aussi... si Aristote impose des tréves le dimanche, elle même pouvait bien mettre les conflits entre parenthéses vu l'occasion...

Son attention revenant vers Elisa, elle va, en silence, prendre place prés de la jeune fille, cherchant sa main pour l'étreindre et lui donner courage.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://segur.activebb.net
dragonet

avatar

Nombre de messages : 16
Date d'inscription : 25/01/2008

MessageSujet: Re: Tombeau de Barahir   Lun 25 Jan - 16:31

Il ignora la jeune alienaure, il savait à l'avance qu'elle n'apprecierait guére sa venue, et remercia d'un mouvement de tête Nebisa.

Le véritable sens de l'amitié Aristotélicienne était aussi d'être capable d'aimer ceux qui vous detestez, de passer outre le monde des hommes lorsque face à la mort, on se retrouvait face à Dieu. Mais bien que mére, Alienaure etait encore jeune pour comprendre tout ça.Tout comme les méres se reconnaissaient pour avoir vecus une souffrance commune, ceux qui avait été eprouvé par la vie se reconnaissait entre eux, et Nebisa tout comme Dragonet avaient connu bien des souffrances.. tout comme Ursin d'ailleurs, lui aussi ayant perdu un enfant.

Il fit un signe de salutation au comte de Comborn, et comme des années plus tôt, lorsqu'ils etaient frére, il s'installa à ses cotés pour prier, le plus sincérement possible, pour le salut de l'âme de Baharir, et pour que toute colére quitte son âme défunte pour recevoir en son coeur l'amour de Dieu.

La priére n'avait rien d'un geste de convenance, celle ci bien souvent il s'en moquait, mais elle etait sincére. Il pria egalement pour nombre de morts qui lui manquait, Dege, chaton, Mei li, catherine, made, .....se plongeant dans un recueillement sincére.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
sebbe



Nombre de messages : 40
Localisation : Gien la Rebelle
Date d'inscription : 22/06/2009

MessageSujet: Re: Tombeau de Barahir   Lun 25 Jan - 19:33

Sebbe entra, il appercu son cousin et entendit quelques échanges de paroles, il n'y préta guere attention.

Il se présenta devant... salua celui qui repose désormais à jamais mais ne dit rien. Il en était ainsi avec la mort... sebbe avait trop vu de champs de bataille pour parler aux disparus, avait trop vu d'amis et d'amours disparaitre pour faire apparaitre quoi que ce soit.

Après quelques instants passés la, il alla saluer Ursin, simplement en silence, respectant ainsi l'ambiance de la malheureuse circonstance.

Il salua les autres personnes présentes avant d'aller rejoindre sa comtesse, faisant fi des convenances, lui prenant la main pour signifier, meme si elle le savait, qu'elle n'etait pas seule en ce moment. preuve en était les quelques personnes ici présentes.

Il la regarda, toujours sans mot dire... Les mots sont insignifiants.. les regards et les faits sont bien plus parlant en ces moments.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Lunedor

avatar

Nombre de messages : 144
Date d'inscription : 18/01/2008

MessageSujet: Re: Tombeau de Barahir   Lun 25 Jan - 19:52

Peut-on décrire le néant?
Il faudrait être le plus accompli des poètes ou le plus sage des penseurs pour s'en approcher. Ni de l'un, ni de l'autre elle ne peut se targuer d'être. Elle n'ira pas.

Comment décrire l'absence sans décrire la présence?
Elle n'ira pas.
Comment décrire la présence quand tout souvenir s'est évanoui??
Elle ira.

C'est un visage impassible que présente Lune' lorsqu'elle arrive à la chapelle du domaine. Elle ne s'approche pas. A quoi bon?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Aliènaure

avatar

Nombre de messages : 182
Date d'inscription : 07/09/2007

MessageSujet: Re: Tombeau de Barahir   Lun 25 Jan - 20:16

C'est mâchoires serrées que la mini Malemort regarda sa mère repartir. Non seulement il l'avait salie, humiliée, quelques mois plus tôt, mais il fallait qu'il vienne salir cette journée. Mais tout se payerait en temps et en heure.

Redressant le menton, Aliénaure vit du coin de l'œil sa sœur arriver.

La perte de ce frère tant chéri avait sans doute été la plus dure pour elle.
Soupirant, elle se dirigea vers la porte et saisie la main de sa cadette.


Tu as bien plus ta place ici que bien d'autres. Il n'aurait jamais voulu te voir derrière, en retrait.

Mèche repoussée derrière l'oreille juvénile, joue caressée en un geste maternel.


Viens. Même s'il ne m'aimait plus, notre place n'est pas ici mais à ses côtés.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Lunedor

avatar

Nombre de messages : 144
Date d'inscription : 18/01/2008

MessageSujet: Re: Tombeau de Barahir   Lun 25 Jan - 21:29

Je donnerais n'importe quoi pour reposer à ses côtés...

Elle se laisse guider, comme une marionnette, s'accrochant à cette main qui la mène, seul élément vivant de ce tombeau. Il t'aimait, Alié, sois en sûre. Trop pour savoir te le montrer et prouver, mais il t'aimait.

Proches du gisant, elles s'arrêtent. Un pas de plus et elle le toucherait. Mais ce pas, elle ne le fera pas. Peur de la réalité, envie de garder le souvenir du dernier contact qu'elle a eu avec lui. Si froid, si ... mort.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Hannibal

avatar

Nombre de messages : 270
Date d'inscription : 31/07/2009

MessageSujet: Re: Tombeau de Barahir   Mar 26 Jan - 10:30

C'est dans ces moments là où tout le monde pleure et regrette que certains vivent cela différemment. Hannibal eu toujours ce genre de caractère enflammé mais rude qui le laissait inébranlable même dans le désarroi. Même si ce n'était pas le sang tempétueux des Malemorts qui coulait dans ses veines mais bien celui des fracassants Saincte Merveille et des si lointain Cassel, il se sentait proche de cette famille en pleure pour un frère qu'il avait trop peu connu.
Il avait onze ans quand cela arrivait mais il savait que a famille avait besoin d'un homme fort et ce fut sa place en cet instant.

Il s'approcha alors du gisant avec un aplomb sans faille comme sa tenue, pas de marque de deuil sur son visage et son habit. Il arriva juste à côté de ses soeurs ne les regardant pas pour le moment et il déposa une étrange fleur aux reflets cuivrés au niveau de ses mains.


Crétin !


C'était le seul mot qui lui revint à ce moment là, le dernier mot que ce maudit frère lui avait dit après une enième dispute. Certains le prendront surement mal mais c'est bien la dernière chose qui le tracassait.

Il se retourna toujours aussi flegmatique vers ses sœurs et aperçu Aliènaure et Lunedor peinées mais se soutenant puis un peu plus loin la Malemort forte mais finement sensible comme une moutarde dijonnaise tenter de réconforter Elisa.

Il avança vers la jeune enfant plus vieille que lui mais tellement plus ému et d'un geste naturel il l'étreignit sans une larme mais avec tout e réconfort d'un frère.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Louis_de_Malemort

avatar

Nombre de messages : 24
Date d'inscription : 16/02/2008

MessageSujet: Re: Tombeau de Barahir   Ven 29 Jan - 18:06

Louis avait eu du mal a entrer dans ce lieu. A chaque pas il voulait faire demi-tour, courir se réfugier au fond de son lit pour échapper à cette tristesse. Mais qu'il soit ici ou à mille lieux cette tristesse serait toujours la car elle était en lui.

Dans la chapelle, il ne voyait que les dos des personnes assises sur les banc ou debout qui priaient ou chuchotaient.
En s'approchant la gorge serrée il vit le gisant de son frère. Il était magnifique... Partir si tôt si beau. Quel gâchis. Il aperçut alors sa mère les yeux humides mais digne, comme toujours...
Son regard se porta sur l'étreinte de ses sœur et de son frère à quelques pas de lui... Ce tableau d'amour fraternel peu habituel chez les Malemort acheva de briser sa dernière résistance. Une larme coula de sa joue.

Il était là devant ce tombeau, immobile, incapable de se mouvoir, le regard fixe, et la mâchoire tremblante. Perdu dans cette petite chapelle, perdu dans l'immensité de sa peine et du deuil.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Aliènaure

avatar

Nombre de messages : 182
Date d'inscription : 07/09/2007

MessageSujet: Re: Tombeau de Barahir   Dim 31 Jan - 18:53

Je donnerais n'importe quoi pour reposer à ses côtés...
Il t'aimait, Alié, sois en sûre. Trop pour savoir te le montrer et prouver, mais il t'aimait.


Regard porté sur une Lunedor méconnaissable.

N'as-tu pas d'autres imbécilités à me sortir?

La douleur et le deuil faisaient délirer sa sœur. Mais elle la sermonnerait plus tard. Quand elle aurait la force de l'entendre. Ce qui, pour le moment, était fort dur à concevoir. Elle devrait d'ailleurs en parler à sa mère. Parce que l'état léthargique dans lequel sa cadette se trouvait l'inquiétait au plus au point. Il ne manquerait plus qu'elle commette un acte irréparable...

Aliénaure ne put réprimer un sourire en entendant Hannibal lancer un Crétin bien senti mais si véridique.
Puis son cœur se serra à nouveau quand Louis le suivit devant le tombeau fraternel. Il était là, comme figé, dans sa souffrance.
Tendant sa dernière main libre vers lui, elle saisit ses doigts pour le rapprocher d'elles.

Viens avec nous, petite teigne.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Louis_de_Malemort

avatar

Nombre de messages : 24
Date d'inscription : 16/02/2008

MessageSujet: Re: Tombeau de Barahir   Dim 31 Jan - 21:27

Il entendit la voix de sa sœur et sentit sa main l'attraper. Il sursauta à ce contact et repris conscience de l'activité qui l'entourait. Il se sentit emporter et se retrouva dans les bras de Aliénaure, Lunedor et Hannibal.

Il était presque étouffé par tout ces cœurs et ces chagrins, mais le contact chaleureux de ses semblables lui procurait un mince réconfort. Sensation qui était une veilleuse dans la nuit de sa douleur. Il s'y raccrocha et serra plus fort encore les corps de ses compagnons de deuil.

Sans un mot, ses sanglots séchés, la tête sur l'épaule de sa sœur, il appréciait ce havre de paix cette communion de tristesse qui allégeait son fardeau. Louis d'une voix mal assuré chuchota tout bas.

merci d'être là.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Aliènaure

avatar

Nombre de messages : 182
Date d'inscription : 07/09/2007

MessageSujet: Re: Tombeau de Barahir   Dim 31 Jan - 21:46

La gorge d'Aliénaure se serra aux mots de son frère.

Oui, elle éprouvait un grand chagrin. Oui, elle avait aimé Barahir, puis avait souffert de son rejet, de ses insultes. Mais aujourd'hui, en cette chapelle, alors qu'il était sous la pierre froide, reposant à jamais devant eux, elle ne savait quel sentiment l'emportait sur l'autre.

La colère... Oui, une grande colère contre cet abruti fini qui l'avait traitée plus bas que terre pour des idées fausses qu'il s'était faites.
La colère contre cette guerre du Berry qui leur avait enlevé ce frère.
La colère contre celui qui aurait dû l'épouser et qui s'était défilé.
La colère contre celui qui était parti sans ne jamais revenir, la laissant seule avec sa fille, dans un duché si peu connu.
La colère contre l'homme en général.

Ou bien était-ce la tristesse?
La tristesse de devenir l'aisnée de cette manière?
La tristesse de voir sa mère encore amoindrie par une disparition?
La tristesse de voir ses frères et sœurs plus touchées qu'elle-même?

Soupirant, elle redressa le menton, serrant encore plus la main de cette sœur trop longtemps absente, et de ce frère la dépassant presque d'une tête, maintenant.
Aujourd'hui, elle devait être cette mère qu'elle avait été quand la sienne était absente. Aujourd'hui, elle devait être celle qui accueillait, remerciait, soutenait.


Je serais toujours là quand vous en aurez besoin.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Elisa de Lahaye Malemort

avatar

Nombre de messages : 705
Localisation : Limoges pour les bagages
Date d'inscription : 16/02/2008

MessageSujet: Re: Tombeau de Barahir   Jeu 4 Fév - 10:46

Enfin sur son banc.... Son corps si lourd, son cœur aussi. Elisa voulait partir, partir en courant et ne plus jamais revenir dans cette chapelle maudite. C'est à ce moment là que sa mère arriva près d'elle, lui attrapant la main pour la réconforter.
Elisa la regarda un instant. Comme faisait-elle pour rester elle dans de telle circonstance. Sa mère semblait s'être forgé une carapace repoussant toutes les attaques. Oh.. Comme Elisa aurait aimé avoir la même. Mais malheureusement la jeune fille était bien plus fragile que sa mère. La vie ne l'avait surement pas encore assez forgée pour réussir à surmonter des aventures aussi dure les unes que les autres...

Quelques instants après, ses pensées furent stoppées par son "petit" -et pourtant bien plus grand qu'elle- frère qui la prit dans ses bras. Elisa se laissa faire. Posant sa tête sur l'épaule d'Hanny, lui qui venait d'insulter son frère en le voyant... Lui qui ressemblait déjà beaucoup plus à sa mère adoptive qu'Elisa.
Elle resta donc blottit dans ses bras, profitant de la chaleur de son corps, pour réchauffer le froid immense qui l'envahissait depuis plusieurs semaines maintenant, depuis toutes ces pertes.

Aucun mot ne sortie de sa bouche, mais l'envie ne lui manquait pas de remercier son frère dans ce tendre geste. De le remercier de la force qui lui rendait.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Cristòl

avatar

Nombre de messages : 7
Date d'inscription : 26/01/2010

MessageSujet: Re: Tombeau de Barahir   Dim 7 Fév - 15:49

Guidé par Henri au blason tout enquerre, ce qui avait fait sourire l'éternel héraut que Cristòl de Sìarr était, il arriva à la chapelle, qui n'était plus ni toute fraîche, ni bellement éclairée, mais qui, dans son délabrement, avait quelque chose de touchant, au-delà du réel. Un grand soleil d'hiver éclairait la pelouse. C'était par un temps comme celui-là que Margot les avait quittés.

Par un temps comme celui-là qu'il venait honorer le départ de l'un des hommes qui lui avaient été de la plus grande amitié, et sans lequel Saint-Félix n'aurait pas été repris aussi aisément.

Il entra dans la chapelle, et s'agenouilla au fond, sur la pierre froide, dans sa grande cape de voyage. Il voyait la pierre sur le gisant... Le visage du jeune Malemort avait toujours été empli de vie et d'un grain de folie. La pierre lui allait mal. L'éternité marmoréenne...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Lunedor

avatar

Nombre de messages : 144
Date d'inscription : 18/01/2008

MessageSujet: Re: Tombeau de Barahir   Dim 7 Fév - 17:30

Le temps s'était fait immobile. Les minutes ne s'écoulaient plus. A l'image du gisant, elle s'était figée, n'écoutant que d'une lointaine oreille les quelques phrases qui s'échangeaient. Toute parole serait vaine face à la réalité. D'ailleurs sa présence ici ne changerait rien. Comme si on pouvait espérer face à la fatalité.

Elle n'y tint plus. Elle étouffait. Se dégageant de l'étreinte malemortienne, elle sortit, cherchant dans le mouvement un moyen de lutter contre l'immobilité de la pierre, comme la froideur du caveau, contre l'irréversibilité de la mort.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Cristòl

avatar

Nombre de messages : 7
Date d'inscription : 26/01/2010

MessageSujet: Re: Tombeau de Barahir   Lun 8 Fév - 23:41

Des pas allaient et venaient dans la chapelle.

Le Vicomte des Fenouillèdes récita bien des prières. Il recommandait au Très Haut l'âme de celui qu'il aurait voulu prendre à son service, comme compain, comme bras droit, comme ami coûte que coûte.
Il priait les Saints que le jeune Malemort avait le plus admirés, de ce qu'il en savait. Saint Arnvald...

Mais en fin de compte, quoiqu'habitué aux replis méditatifs, il ne trouva pas la sérénité dans cette chapelle, où d'autres priaient, qu'il n'avait pas salués, auxquels il n'avait pas parlé.
De la famille ?
Il ne connaissait pas la famille du Malemort, quand bien même celui-là avait toujours arboré bien haut le croissant de son sang.

La nature lui offrirait la sérénité la plus propice à la prière. Finalement, il ne savait pas vraiment pourquoi il était venu... Car il n'avait eu de cesse de prier pour son ami, dès qu'il avait appris sa mort. Et il ne priait pas mieux ici, face à un gisant de pierre avec si peu de vie, quand le seigneur de Ligneyrac en avait tant.

Était-ce de l'agacement, de la déception ?
Il se leva, en silence, et sortit.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
nebisa
Comtesse
Comtesse
avatar

Nombre de messages : 1429
Date d'inscription : 19/11/2006

MessageSujet: Re: Tombeau de Barahir   Sam 13 Fév - 11:21

Le silence dans cette chapelle oubliée semblait tissait comme un linceul, au dehors, même les oiseaux du parc s'associaient à la douleur dont regorgeait l'édifice, leur chant s'était tu comme en signe de deuil.

Debout, droite face à l'effigie de marbre, le visage fermé, le corps roide, en un maintient ne devant qu'à l'extréme fermeté d'une force d'âme déjà bien trop aguerrie à ces exercices là... cependant, l'esprit de la Malemort est loin, bien loin de Ségur et de cet instant, elle revisite les souvenirs d'une époque plus heureuse, une époque enfuie, une époque oubliée de tous, qu'elle continue de chérir en silence, pour elle seule, dans son coeur de glace...

La naissance de Barahir... Tonnerre, Dolomite... Angedelune avait accouché la veille de ses jumeux, elle même avait du aider la maitresse de son mari à donner le jour aux enfants de ce dernier, cruelle ironie qu'elle avait accepté en silence, pardonnant la faiblesse de l'homme en croyant en la sincérité de ses regrets et l'assurance que cette traitrise resterait unique... Si la Malemort aujourd'hui riait avec mépris d'une telle bêtise, celle qui n'était encore que Nebisa n'avait pas envisagé un seul instant qu'un homme disant l'aimer pouvait lui mentir... Barahir était né donc, couché dans le berceau de son demi frére, de sa demie soeur... La Malemort pouvait encore resentir avec une acuité terrible la peur qui avait été la sienne lorsque les douleurs de l'enfantement avaient commencée, sa terreur devant l'ampleur des vague de souffrance tordant ses entrailles, le spectre de la mort venant froler son corps haletant et l'idée effroyable de perdre cet être inconnu qu'elle abritait en son sein, qu'elle aimait déjà, sans le connaitre... le sang, les larmes, la sueur et... enfin... un petit être de chair, tout frippé, tout collant, hurlant avec fureur pour informer le monde de son arrivée, réposant sur son sein... Le premier regard échangé, cet étonnant mélé de reproche qu'elle avait pu lire dans ces yeux sombres... "Que fais-je ici?" semblait-il lui dire... Et, dans ce lit de souffrance, dans la modeste chambrette de la taverne municipale de Tonnerre, Nebisa lui avait promis de le protéger, de se vouer à son bien être, de l'aider, de l'enseigner, de lui donner la plus belle des vies...

Pour finalement rompre ce serment prés de vingt ans plus tard...

Un hoquet douloureux s'échappe de ses lévres, gémissement étouffé, comme par une main invisible venant enserrer sa gorge pour lui ordonner de se taire. Ses ongles viennent s'enfoncer dans la paume de ses mains tandis qu'elle garde les yeux ouverts, secs et froids... Elle savait que cette souffrance là ne la quitterait jamais, à peine se pourrait-elle dissoudre parfois, se faisant oublier, d'abord quelques minutes, puis une poignée d'heures, ou une paire de journées, pour revenir en suite lui exploser au visage lorsqu'elle s'y attendrait le moins...

Ainsi va la vie de ceux condamnés à la survie...

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://segur.activebb.net
nebisa
Comtesse
Comtesse
avatar

Nombre de messages : 1429
Date d'inscription : 19/11/2006

MessageSujet: Re: Tombeau de Barahir   Ven 23 Avr - 20:21

Alors que les invités arrivent...

Entre ces murs ou le temps semble se dissoudre, il fait toujours frais. Un rayon de soleil, à travers un vitrail, vient caresser la joue de pierre figurant le jeune Malemort endormi à jamais...

Venant s'assoir prés du tombeau, comme jadis elle venait le soir prés de son lit, bailler un baiser, border l'enfant et chasser les mauvais rêves, Nebisa... dans sa parrure de fête, coiffée, parfumée, couverte de soie, d'or et de pierre, elle effleure les contours de se visage parfait, figé dans la mort...


J'aurais dut venir plus tôt mais... je n'en avais pas la force... Ta soeur se fiance aujourd'hui... je t'entend rire de là bas... Et oui, Aliénaure va prendre mari, puisse-t-elle trouver ce bonheur qui me fut toujours refusé... Son promis est Auvergne, il me semble sincére dans ses sentiments...

Si la fête sera belle, je ne m'inquiéte pas moins pour Lune', si tu sais, mon chéri, dans quel état elle se trouve, depuis que tu nous as quitté... on la croirait aussi morte que toi et pourtant, la colére bouillone en elle... elle a choisit le baptéme, est partie pour l'Abbaye pour en revenir... je n'arrive plus à communiquer avec elle, je ne sais pas si je dois la battre comme plâtre ou l'embrasser jusqu'au rammener la chaleur sur son visage... j'ai peur qu'elle ne se remette pas de t'avoir perdu... Elle a déjà tant soufffert, le temps passe et je doute chaque jour qu'elle recouvre jamais la vue, chose que je ne pourrais jamais lui dire, tu penses bien... Et malgré sa jolliesse et son nom, l'absence d'un titre a hérité, associé à sa cécité... la condamne assurément au célibat... ma pauvre petite Lune' ne mérite pas cette destinée...

Heureusement, tes autres fréres et soeurs vont biens, je ne pourrais survivre à d'autres maux... Louis reste plongé dans ses ouvrages, il ne met pratiquement jamais le nez dehors, c'est autant moins de périls qu'il encourre...

Et Elisa, cette petite fée est revenue en Limousin, lassée de l'Anjou... tu la verrais, mon chéri, elle est presque femme maintenant, et belle comme une fleur qui s'épanouie chaque jour... bientôt son coté Malemort va poindre et elle trainera les coeurs aprés elle, c'est immanquable .. Bon courage à qui se prendra dans ses filets, il aura fort à faire pour dompter ma petite furie .

Mais j'y pense, tu ne sais pas qu'Hannibal est entré au conseil ? Et bien il est juge, oui monsieur, même s'il se fait appeler "Cassel" et qu'il s'acoquine avec la demie soeur de Feue sa mére quand c'est mon lait qui le tint en vie, moi qui changea ses braies... oui bon ma boniche ... mais c'est presque pareil... enfin bon, il ira loin... Je suis sure qu'il peut finir Comte un jour... Tu imagines ? Mon fils régnant sur le Limousin... un Sainte Merveille posant son fessier sur les traces d'Hasdrupal... mais nous avons le temps bien sur, rien ne presse...

Oh, j'allais oublier... Arnaut ... il est devenu un sacré galopin.. Je pense qu'il me tient rancoeur de mon manque de disponibilité, ceci dit, il se garde d'aborder le sujet... Je pense l'envoyer au Collége d'ici quelques semaines, rencontrer d'autres enfants de son age lui fera du bien et il verra Paris... puis je serais plus prés aussi...

Blanche et Foulques vont bien, ils grandissent, ils sont plutot sages même si je soupçonnent leurs nourices de ne point me dire toute la vérité ... Qu'ils profitent de leur enfance, le temps viendra bien assez tôt ou leur position d'héritier les privera , à jamais, de leur innocence...

Mais je dois te laisser, mon coeur, les invités vont arriver, ta soeur ne me pardonnerait jamais de lui faire faux bon un tel jour ... Je reviendrais bien vite, je te le promet... Tu me manques, mon chéri, chaque jour... il me manque une partie de moi même et c'est toi qui l'as emportée...

Déposant ses lévres contre la pierre, elle soupire, repousse ses larmes et se retire...

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://segur.activebb.net
Lunedor

avatar

Nombre de messages : 144
Date d'inscription : 18/01/2008

MessageSujet: Re: Tombeau de Barahir   Lun 10 Mai - 20:42

[Lendemain des fiançailles]

A l'heure où blanchit la campagne, où les oiseaux hésitent encore à lancer leurs trilles et où la rosée vous saisit de ses doigts humides et glacés, une silhouette quitte le castel. Elle porte longue robe de soie noire aux délicats ornements de perles figurants des croissants de Lune. A son pas pressé, on songe qu'elle a rendez-vous. Les esprits suspicieux soupçonneraient quelque galante affaire, ce en quoi ils n'auraient pas vraiment tort. Elle a effectivement rendez-vous.

Lunedor, car c'est bien d'elle dont il s'agit, gagne le but de sa sortie, la chapelle du domaine. Le chemin est long qui l'a menée jusqu'ici, depuis les maillots de l'enfance vécue en ces lieux. Enfant vive, enjouée, coléreuse aussi, frappée en pleine éclosion, elle lutta pour refaire bourgeons et fleurs mais n'y parvint jamais complètement. Malgré tout, elle essayait, tournant sa tête vers la lumière, cet astre qui la faisait grandir, ce tuteur qui la soutenait. Qui ignore la bienfaisance des rayons sur une frêle corolle ignore le secret de la vie. Ah certes, l'astre était ignorant de cela et la fleur ne comprit qu'il la faisait vivre qu'au moment où il disparut. En vain, elle chercha la douceur de ses rayons passés mais leur souvenir ne rendait que plus cruelle leur absence présente. Jusqu'à aujourd'hui.

Aujourd'hui elle va retrouver son astre. Aujourd'hui et pour toujours, la fleur s'épanouira en une éclosion parfaite et éternelle.

Enfin, elle est arrivée.

La chapelle.
Le gisant.
Barahir.

Les mains posées de part et d'autre du visage de pierre, elle éprouve une dernière fois le néant qu'il symbolise et qui va s'achever.
D'un geste lent, savourant ce moment, elle dégage un petit poignard du fourreau qui le maintient à sa ceinture. Elle éprouve la pointe aiguë sur son index où une goutte de sang vient perler. Puis elle dégage son poignet. Lentement, l'acier entame la chair tendre. Le sang coule.

Rassemblant ses forces avant qu'elles ne s'éteignent dans ce monde pour renaître dans l'autre, elle prend appui sur le tombeau et, se hissant, vient reposer dans les bras de celui qui n'est plus, la tête de l'une au creux de l'épaule de l'autre, les bras dans le vide d'où s'écoule le sang qui vient rompre les dernières entraves qui la retenaient ici-bas.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Arnaut

avatar

Nombre de messages : 647
Date d'inscription : 10/09/2007

MessageSujet: Re: Tombeau de Barahir   Ven 4 Juin - 14:23

L’excitation l’avait tiré bien tôt de son sommeil d’enfant. La journée s’annonçait des plus belle. Arnaut tenait à profiter de chaque instant en compagnie de sa famille, hier élargie. Des fiançailles, un jour de fête qui semblait ne pas avoir de fin. Le cœur d’Arnaut exultait littéralement de joie. C’était un jour où le doute n’était pas de mise. Sentant bouillonner en lui l’ivresse de l’amour, son esprit, pourtant si jeune, compris soudainement les délices et l’utilité des rites religieux. Pétillant de vie, en proie à un amour fou pour sa mère qu’il ne voyait que trop rarement, il se décida naïvement à lui faire plaisir en allant déposer un bouquet de fleur sur la tombe de son frère, certains que ce geste trouverait échos dans le cœur de sa mère.

Ainsi emprunta-t-il le chemin de la chapelle en ruine. Une fleur ouverte, une goûte de rosée exaltant sa fraîcheur, une feuille un peu trop aiguisée lui lacérant finement les mollets, la nature ventait ses charmes. Emprunt d’une énergie débordante, il se mit à courir jusqu’à sentir brûler ses poumons. Aujourd’hui, aucune limite ne se dresserait contre lui. C’est une fois devant l’entrée de la chapelle qu’il se laissa reprendre son souffle. A quelque pas, une fleur aguicheuse interpella son esprit. Ce serait elle ! Elle qui aurait l’honneur de reposer sur la pierre. Après l’avoir délicatement amputé de ses racines, il pénétra dans la chapelle.

A sa grande surprise, le tombeau n’était pas vide. Une silhouette immobile se tenait sur la pierre. Il ne fallut que peu de temps pour la reconnaître.


-« Lunedor ? C’est toi ? »

Les yeux rivées vers le gisant, il s’avança sans voire la nappe de sang écoulé. Sa conscience apeurée tenta faussement de le corrompre. Ses oreilles s’étaient mises à bourdonner, effaçant le bruit des gouttes de sang qui perlaient, qui de leur flop, semblaient scander le temps. Son esprit naïf assistait à une scène qu’il se refusait à comprendre, à une réalité qu’il rejetait de tout son être. De sa main, il tenta d’interpeller celle qui ne semblait être qu’endormi. Son regard se brouilla, les larmes saturant sa vision, avant de s’écouler sur sa joue. Il se mit à crier le nom de sa sœur. Il criait si fort, comme pour nier ce que son esprit lui imposait. Non Lunedor n’était pas morte. Rien ne pouvait mettre à bas un Malemort. Menteurs ! Pris d’une violente rage, il tira le corps de sa sœur, qui chuta, inébranlable, vers le sol. Il amena ses mains pleines de sang au niveau de son visage, couvrant sa vue, ses larmes et son crie. Tiraillé par le supplice, il se jeta sur le sol, souillant sa tenue du sang de sa sœur. Il remarqua que ce n’était plus Lunedor, mais un cadavre qui gisait près du tombeau. Une autre. Un mannequin de chair et d’os. La ressemblance de Lunedor. Après avoir mis sa main dans celle de sa défunte sœur, il ne ressentait plus cette énergie qu’elle émettait, cette flamme qui le réchauffait. Un double, pâle et froid. Il pleura, recroquevillée, incapable de dire quelque chose, tenant entre ses doigts les mains déjà glaciales qui lui avaient tant donné. Puis le voile se fit. S’abandonnant au chagrin, il sombra dans l’inconscience au coté de sa sœur.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Tombeau de Barahir   

Revenir en haut Aller en bas
 
Tombeau de Barahir
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Le tombeau de Balin
» Le Tombeau de Jorbak [2.0]
» Le Tombeau familial des Vardek
» LE SECRET DU TOMBEAU
» [Guide] Trouver le tombeau de Duriel

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Ségur le Château :: Ségur les Jardins :: La chapelle-
Sauter vers: