Omnes Vulnerant, Ultima Necat
 
AccueilFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 Biographie Nebisienne II : La Malemort

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
nebisa
Comtesse
Comtesse
avatar

Nombre de messages : 1429
Date d'inscription : 19/11/2006

MessageSujet: Biographie Nebisienne II : La Malemort   Sam 10 Mar - 0:37

Aprés avoir quitté Rocamort, ce village qui m'avait si mal acceuillit, je débutais une longue errance. La peur des hommes me poussait à éviter les villes pour n'avancer qu'en forêt ou dans la campagne... Je passais de longues semaines a errer dans la garigue, les yeux brulés par le soleil, la sang batant aux tempes sous une chaleur de plomb qui me donnait parfois des halucinations. De jours en jours j'avancais vers les montagnes et je finis par me retrouver en Italie...

Cette terre... si belle, si douce et ces gens.. si chaleureux.. oh bien sur au début j'eus quelque mal a communiquer, mais je parvins a me faire embaucher comme fille de ferme et j'appris rapidement le langage essentiel pour exécuter les ordres sans me faire ouspiller par la "padronessa" une femme au tein d'olive et la langue acérée comme un poignard, elle avait la main leste aussi et n'hésiter pas a corriger sévèrement les employés... je garde le souvenirs de ses coups de balais sur mon dos encore aujourd'hui mais c'est ainsi que j'ai appris a être effiace...Je passais l'hiver dans cette ferme, soignant les bêtes et faisant le ménage puis quand le printemps arriva je ramassai mes hardes pour avancer plus loin dans les terres... Florence, Sienne, Pise, Assise la radieuse... la ville du Saint... tellement de plaisir et de bonheur... Je n'avais jamais resentie autant de paix qu'en regarndant le soeil disparaitre derrière les vertes collines de l'Ombrie... Je voulais voir Rome...et le jour ou je foulais du pied cette terre éternelle... j'ai pleuré... sans raison mes yeux de larmes se sont emplies ... Je longeais le Tibre, passant le Capitole pour finir sur l'ntique forum latin ou je passais ma premiére nuit... sous les étoiles je cherchais les fantomes des Césars, les splendeurs du sént et l'éclat de la pourpre impériale, j'appelais la louve tendant l'oreille pour percevoir les cris de Rémus et Romulus... je me sentais...transportée... mon italie...ma patrie... comment pouvais autant aimer cette terre ? Pourquoi ? La réponse m'importait peu, j'aimais et c'était si bon...

J'étais à Rome depuis prés de 3 semaines quand je fis une rencontre qui changea ma vie du tout au tout ... j'errais sur la piazza Navona, mendiant mon pain, quand je fis un vieillard se faire détrousser par un larcineur...attrapant une pierre j'atteignais le voleur à la tempe. Le vieil homme pour me remerciais me tendit quelques piécettes... nous aurions put en rester là quand il remarqua une blessure a mon poignet qui commencait a saigner, il renifla l'air avec l'air surpris et me prit le poignet vivement, m'effrayant au passage. Devant mon air apeuré il se calma et d'un ton onctueux me dit que pour me remercier il m'offrait l'hospitalité dans sa villa sur le Quirinal, une des collines entourant Rome, un coin ou vivaient les plus riches patriciens... Je le suivais sans inquiétude, un noble seigneur au grand coeur... pourquoi aurais eut peur ?

Si j'avais su... Le Signor Ruccio della Rocca était un monstre et j'étais devenue sa proie...sans le savoir encore il allait me révéler a moi même, tandis que je marchais a ses cotés dans les rues de Rome, je ne pouvais deviner encore qu'il serait celui qui ferait de moi Nebisa de Malemort ...

Arrivé dans sa splendide villa le signor della Rocca fit servir un souper fin dans ses apartements, des mets savoureux et des vins millésimés, la pauvre vagabonde que j'étais n'en revenait pas et quand il se mit a m'abreuver de questions, sur mon passé, sur ce que j'étais, sur d'ou je venais, je lui racontais mes aventures sans rien lui caché. Folle que j'étais... le vin m'embrouillait l'esprit est bien vite je perdais conscience de la réalité...

Le lendemain matin je me réveillais dans un grand lit à baldaquins, entre des draps immaculés à la douceur inédite pour moi... me levant je m'apercu que je portais une longue chemise de nuit en dentelles sans doute hors de prix... Je m'admirais une psyché en tournant sur moi même quand le signor pénétra la chambre... se regard amical et doux allant de ma tête à mes pieds ... il me prit la main et me fit assoir sur le lit. Il m'expliqua que dans la nuit il avait réfléchit et qu'il avait décidé de faire de moi sa protégée, il assurerait mon avenir et mon éducation et serait comme un pére pour moi. Mon histoire l'avait touché, du moin je le pensais, et il voulait faire une bonne action... il me dit que sa femme et sa fille étaient mortes il y a des années et que la solitude lui pesait...il me dit...oh tellement de choses...

Tenant toujour ma main dans la sienne il porta a ses lèvres mon poignet, à l'endroit ou je m'étais blessée la veille, ses lèvres s'attardérent sur la fine cicatrice y exercant une fine pression, quand enfin il consentit a s'écarter il me demanda mon nom. Je lui expliquais maladroitement mon amnésie et il parut fasciné, les yeux brillants d'une avidité que je pris pour de la compasion il me dit qu'a partir de ce jour je serai "Nebisa" à mes questions il n'oposa qu'un sourrire énigmatique et je finis par renoncer... aprés tout j'avais un toit au desus de la tête, sur le dos un vêtement précieux et face à moi un protecteur généreux... Le rêve ne dura pas...

Je séjournais depuis quelques semaines chez le Signor Ruccio, prenant des couleurs et des formes que donnent une alimentation saine et abondante, de l'assurance même au fur et a mesure que le spectre de la misére s'éloignait... oh bien sur parfois l'attitude de mon protecteur n'était pas sans me surprendre...

je l'avais surprit une nuit au pied de mon lit une dague a la main, il m'avait expliqué avoir craint l'intrusion de "briganti" et avoir tremblé pour ma vie... une autre fois il entra dans une colére noire alors quand il me fit escalader un arbre du parc et m'interdit de sortir durant une semaine...mais je ne m'alarmais pas, je me disais qu'il prenait seulement trop a coeur ma sécurité...si j'avais sut...par la déesse ...si seulement j'avais put deviner que...

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://segur.activebb.net
 
Biographie Nebisienne II : La Malemort
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Biographie de Viken
» Biographie Guigoux
» Biographie Hero Kokoto
» [RP] Biographie de KurtWagner, X ème Duc de Champagne
» Biographie de Kasumi

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Ségur le Château :: Ségur le Village :: L'histoire-
Sauter vers: