Omnes Vulnerant, Ultima Necat
 
AccueilFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 Quand le Mime vint aux Malemort…

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant
AuteurMessage
Dioclès Alcari



Nombre de messages : 119
Date d'inscription : 27/04/2014

MessageSujet: Quand le Mime vint aux Malemort…   Mer 7 Mai - 12:26

Le croassement d'un corbeau retentit dans le bois au moment où le Mime passa au pied d'un vieux chaîne. L'oiseau visiblement dérangé en pleine sieste acheva de faire comprendre son mécontentement par un violent battement d'aile, et disparut dans le ciel nuageux.

Le spadassin regarda l'animal s'éloigner avant de reprendre son chemin à travers les feuillages et les racines. Passer par la forêt en ces jours de pluies n'était peut-être pas le plus pratique, mais le chemin état beaucoup plus court qu'en prenant la route entre le domaine des Malemort et le village le plus proche. De plus, Dioclès avait prit l'habitude de ne pas trop emprunté les routes, pour plus de sûreté. Il connaissait le monde des ombres et des bas fond, et savait mieux que personne que si l'on voulait éviter les bandits et autres détrousseurs, il fallait savoir circuler sur leur propre territoire.

Après une dizaine de minutes de marche à travers la verdure encore humide de la dernière averse, l'épéiste aperçut enfin l'entre du Château de Ségur, dont le donjon dépassait de loin les plus hauts arbres qui entourait le domaine. Dioclès se dirigea vers l'entrée du château d'un pas calme mais prudent, regardant si des gardes étaient postés à l'entrée et dans la cour. C'était en effet le cas : deux bonhommes en cottes de mailles relevés d'un tissu portant les armoiries de la famille Malemort était plantés tels des piquets devant le pont-levis, armée de grande hallebardes. Lorsque le Mime arriva devant eux, une expression de curiosité mêlée à de la méfiance apparut sur leur visage, ce qui amusa l'épéiste. Il fallait bien dire qu'avec sa cape grise dont la capuche lui couvrait le visage, son sac de voyage et son épée au fourreau, le Mime ressemblait plus à un maraudeur qu'à un pèlerin. L'un des gardes s'avança d'un pas, se plaçant devant lui afin de lui barrer la route.

-Halte ! Qui es-tu toi ? Et qu'est-ce qui t'amène sur le domaine des Malemort.

Gardant un visage impassible, Dioclès lui fit signe d'attendre un instant et fouilla dans son sac. Il en sortit un parchemin qu'il déplia et donna au garde. Celui regarda la papier froissé, et jeta un nouveau coup d'œil intrigué à l'épéiste.

-Tu viens pour la place de maître d'armes ? T'as pas vraiment l'air d'un bretteur.

-L'habit ne fait pas le moine. dit le Mime en passant la main sur la garde de son épée.

-Et la lame ne fait pas le guerrier. Ne fait pas trop le malin maraudeur. Passe si tu le dois. Mais on t'a à l'œil, n'oublis pas.

Dioclès reprit le parchemin et passa à coté du garde. Il s'étonnait que les deux hommes le laissent entrer si facilement. Il comprit pourquoi en voyant le nombre de gardes postés sur les murs de l'édifice. Le château de Ségur abritait en son sein une véritable forteresse. Sentant le regard des deux soldats de l'entrée, le Mime fit comme si de rien était et s'avança vers le bâtiment principale, afin d'y trouver les maîtres de maison, ou du moins un intendant qui pourrait le renseigner.

_________________

"On ne me dérange pas quand je consomme mon herbe à fumer !" Dioclès Alcari après avoir occis un bandit qui voulait le dépouiller en pleine forêt.


Dernière édition par Dioclès Alcari le Sam 10 Mai - 8:04, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Foulques de Malemort



Nombre de messages : 76
Date d'inscription : 27/10/2013

MessageSujet: Re: Quand le Mime vint aux Malemort…   Mer 7 Mai - 19:43

Foulques était installé dans la cour du château observant ce qu'il se passait autour de lui, assis sur un petit muret il s’apprêtait à croquer dans une pomme lorsqu'il vit qu'une discussion se faisait à l'entrée du château, curieux le jeune Malmort descendit de son perchoir et vint regarder la scène de plus près. Un homme cagoulé semblait vouloir entrer dans le château et semblait avoir en sa possession un droit de passage, Foulques ne savait pas que les Malemort attendaient de la visite, sa curiosité devint encore plus grande. Mais qui pouvait donc être se mystérieux personnage? Sûrement pas un seigneur, mais pas un paysan non plus, il possédait une épée. Peut-être qu'il s'agissait d'un futur garde.

L'homme à l'allure sombre semblait se diriger vers le bâtiment principal du château, il ne semblait pas connaitre les lieux, le jeune Malemort voulu alors en savoir plus en allant directement s'adresser à lui, après tout peut-être que Foulques lui apportera son aide.

Il rangea alors sa pomme dans une sacoche qu'il dissimulait sous son veston, sacoche qu'il utilisait pour stocker la nourriture qu'il allait parfois prendre discrètement en cuisine. Il se plaça alors en travers le chemin de l'inconnu et l'interpella.


Bonjour messire vous me semblez perdu, je peu peut-être vous aider?

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Argawaen



Nombre de messages : 315
Date d'inscription : 07/04/2010

MessageSujet: Re: Quand le Mime vint aux Malemort…   Jeu 8 Mai - 6:43

[Cosnac, deux jours avant - Terres aux abords de Tulle]

Il était tôt ce matin là à Cosnac, une soixantaine de lieues l'attendait afin de se rendre à Ségur. Cela faisait un petit moment que le vétéran n'avait pas été salué la fratrie Malemort, cela lui changerait de la fratrie Dehuit de Malemort et Canéda. Disons que du côté Malemort les cousins et les cousines se faisaient en grand nombre, et le vieil ours espérait bien y retrouver Elisa.
Lui et Arnaut étaient toujours en froid, une vieille affaire qui avait depuis rendu le climat glacial entre les deux hommes. Son cousin était Juge, ou Procureur à l'époque lorsqu'il voulu lui coller un second procès pour sa trahison. C'était feue sa Suzeraine Lily-Jane qui était intervenue auprès de Sindanarie afin que le procès n'ait pas lieu. Il avait déjà été condamné après tout !
Blanche, cette jeune femme qui ressemblait tant à sa défunte tante, comme disait son épouse, il espérait que Blanche aurait également plus de " couilles " que les hommes du Royaume.
Aldraein, sa cousine par alliance, la dernière fois qu'il l'avait vu c'était lorsqu'il avait reprit ses fonctions de Maistre d'Armes à la COLM, il ne pensait pas la voir à Ségur, certainement avec son cousin d'époux.
Néanmoins, même s'il ne verrait pas ceux qu'il avait le mieux connu il y avait les plus jeunes, et eux méritaient une attention particulière, des Princes et des Princesses de France ça ne s'oublient pas de la sorte !

Après s'être préparé, après avoir fait mettre en place une petite troupe et avoir salué et embrassé toute la tribu le vieil homme put enfin se mettre en ordre de marche. Le Limousin, un Comté qu'il avait quitté pour le Périgord, mais qu'il regrettait parfois. Même s'il allait prochainement déménager à Montpellier le vétéran espérait bien avoir l'occasion de revenir à Cosnac. Enfin ce serait certainement que pour les allégeances aux Comtes et Comtesses nouvellement élus.
Pour l'heure il avait de la route, et Ségur n'était pas à deux pas...


[Ségur, un jour avant l'arrivée du Maistre d'Armes]

Il avait eu de l'avance sur la date, ses hommes partirent se reposer et lui en fit de même. A chaque fois qu'il venait ici il prenait le temps de passer par les jardins, il adorait ce lieu et cela était des plus reposants. Pour Cosnac, bien que ce soit une place-forte il avait réussit à aménager un petit coin de verdure, mais cela n'égalait en rien ceux fait à Lugan. L'air Toulousain rendait les choses plus simples, le climat Limousin n'était pas forcément évident à deviner, et il fallait passer du temps pour que cela ressemble à quelque chose.
Concernant La Chesnelière, sa terre dans le Maine il avait totalement abandonné l'idée. Une place-forte dans un lieu humide et froid, ce n'était même pas la peine. Il s'était employé à faire construire de grandes écuries. Les couples de chevaux offerts par son épouse étant en train d'être entrainés et reproduits afin de créer une garde lourde pour ses propres services.
Le vieil homme partit ensuite dans un petit coin, quand il venait à Ségur il évitait le luxe, il alla se caler dans un lieu à l'écart, en plein air avec une bonne courtepointe et il aviserait demain pour la suite des événements.


[Jour-J, Heure-H]

Debout de bonne heure le vétéran alla directement aux cuisines afin de grignoter un morceau puis alla ensuite se faire une bonne toilette.
Argawaen se rendit dans une pièce libre afin de s'habiller convenablement, la famille savait sûrement qu'il était arrivé mais ne savait certainement pas où il était fourré. Il mit une tenue légère, bourgeoise et prit le soin de prendre un fourreau orné d'argent pour son épée.
Posant sa main sur le pommeau de son épée le Dehuit de Malemort fit envoyer un serviteur annoncer à Elisa qu'il l'attendrait dans la Cour du château afin de lui parler d'une chose qui lui tenait à coeur. Ils avaient eu une discussion concernant un brigand il y a quelques temps, et il aurait aimé en savoir plus, et surtout si cet homme ne prenait pas sa cousine pour une buse.
Se rendant au lieu de rendez-vous il vit de l'agitation à l'entrée du Castel, le Dehuit de Malemort s'approcha lentement et reconnu le jeune Foulgues de dos. Comment cela était-il possible ? Lors de sa venue au petit repas organisé par ses soins il y a quelques mois.
S'approchant du jeune Prince puis venant poser ses mains sur ses épaules Argawaen prit la parole.


Le bonjorn mon cousin, comment allez-vous ?

Puis regardant l'inconnu.

Argawaen Dehuit de Malemort, messer ?

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Dioclès Alcari



Nombre de messages : 119
Date d'inscription : 27/04/2014

MessageSujet: Re: Quand le Mime vint aux Malemort…   Jeu 8 Mai - 14:44

S'avançant vers les vieux bâtiments du domaine, Dioclès vit se placer devant lui un gamin aux cheveux bruns, à l'air fière et assuré qui le regarda dans les yeux, lui demandant ce qui l'amenait en ces lieux. Le Mime put déduire par le veston chic qu'il portait, ainsi que par la grande propreté de sa peau qu'il ne s'agissait pas d'un simple garçon de maison. Cette idée lui fut confirmé par l'arrivé d'un homme barbu qui s'avéra être membre de la famille Malemort. Dioclès observa un bref instant ce nouvelle interlocuteur. Un coup d'œil lui permit de voir que cet homme dans la force de l'âge avait déjà manier les armes à de nombreuses reprises, sa carrure étant une preuve indéniable. Néanmoins, si le Mime était homme d'épée, appartenant au monde des duellistes et des bas-fond, l'homme qui se tenait devant lui appartenait sans doute au monde de la guerre.

D'un geste lent, le spadassin retira la capuche de sa tête, découvrant ainsi son visage grave, barbu et chevelu. Il salua l'homme d'un signe de tête respectueux, et fit de même avec le jeune garçon.

-Dioclès Alcari, messer. Je suis content de croiser l'un des maîtres de famille. Je viens ici pour prendre les fonctions de maître d'armes et de garde du corps.

Il ressortit alors le parchemin qu'il transportait depuis trois jours dans son sac et le tandis au dénommé Argawaen.

_________________

"On ne me dérange pas quand je consomme mon herbe à fumer !" Dioclès Alcari après avoir occis un bandit qui voulait le dépouiller en pleine forêt.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Foulques de Malemort



Nombre de messages : 76
Date d'inscription : 27/10/2013

MessageSujet: Re: Quand le Mime vint aux Malemort…   Ven 9 Mai - 18:33

Le jeune Malemort qui attendait la réponse de l'inconnu fut enfin rejoint par son cousin Argawaen. Encore une surprise, Foulques ne le savait pas présent dans le château, il ne devait être fraîchement arrivé au domaine familial. L'ours le salua et le jeune Malemort lui répondit avec un visage affichant un grand sourire.

Bien le bonjour mon cousin je ne vous savais pas au château, je me porte plutôt bien merci.

Son cousin s'adressa alors à l'inconnu, qui enleva sa capuche, Foulques haussa un sourcil en se disant que l'homme avait vraiment une tête de brigand, il écouta alors la discussion. C'était donc un maître d'armes, de plus un garde du corps, eh bien ça ne lui serait jamais passé à l'esprit. Cet homme allait donc apprendre à Foulques et ses frère à user des armes, l'art du combat et de la guerre passionnent le jeune Malemort, il fit alors un grand sourire à l'homme prénommé Dioclès Foulques attendait avec impatience les séances d'entrainement avec le maître d'armes.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Argawaen



Nombre de messages : 315
Date d'inscription : 07/04/2010

MessageSujet: Re: Quand le Mime vint aux Malemort…   Sam 10 Mai - 8:20

Souriant au jeune Foulques le Dehuit de Malemort inclina ensuite légèrement le visage en guise de réponse puis leva le nez en direction de l'inconnu. Ecoutant ce qu'il avait à dire, puis prenant le parchemin afin de lire ce qui y était marqué le Dehuit de Malemort fronça légèrement les sourcils.

Tout cela me semble bien officiel, et en ordre. Mais n'ayant aucun pouvoir de décision je ne puis vous donner réponse.

Donnant ensuite le parchemin à son jeune cousin.

Qu'en pensez-vous mon Royal cousin ? Tout cela semble correct pour vous ?

Observant le Maistre d'Armes discrètement afin de s'assurer qu'il ne ferait rien de stupide le vieux vétéran rajouta.

Pardonnez ma méfiance, mais un vieux soldat tel que moi est toujours sur ses gardes. Vous savez, bien vérifier que le document est authentique, faire quérir une personne au courante de votre venue afin de confirmer cela, etc etc... Les vieilles habitudes ne se perdent pas.

Laissant sa main se poser sur le pommeau de son épée, Argawaen se demandait ce qu'allait décider son cousin, après tout il était en âge de prendre une décision et il avait hâte de savoir s'il ferait preuve de patience et de méfiance, ou alors d'une totale confiance envers un inconnu.
Leur interlocuteur n'avait pas l'air de ressembler à un homme d'armes, et au vu de sa tenue il avait plutôt l'air de venir tout droit des bas fonds. Ayant vécu une bonne partie de sa vie à la Cour des Miracles le Dehuit de Malemort était d'autant plus sur ses gardes...


Je resterais près de vous mon cousin, si vous le voulez bien.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Foulques de Malemort



Nombre de messages : 76
Date d'inscription : 27/10/2013

MessageSujet: Re: Quand le Mime vint aux Malemort…   Sam 10 Mai - 9:22

C'était la première fois que l'on confiait une tâche "administrative" à Foulques, la venue de sa majorité se faisait sentir, on le considérait à présent plus comme un adulte qu'un enfant. Le jeune Malemort en était fière, il pris avec plaisir la demande de son cousin et regarda attentivement le parchemin appartenant à l'inconnu au profil de brigand.
Le jeune homme regarda attentivement ce fameux parchemin, il était en règle, le sceau contenait bien les armoiries de la famille Malemort, la demande semblait donc officielle. Il regarda alors Dioclès de haut en bas, analysant sa tenue et ses réactions. L'homme semblait plutôt détendu, en tout cas plus que l'Ours Dehuit de Malemort qui était prêt à dégainer sa somptueuse épée en cas de réaction agressive de la part de l'inconnu. Foulques regarda alors le nouveau Maître d'armes dans les yeux puis se tourna alors vers son cousin et lui afficha un grand sourire.


Eh bien c'est que tout ça m'a l'air en règle, je pense qu'il y'a peu d'inquiétude à avoir cher cousin.

Il s'adressa alors directement au nouveau serviteur de la famille.

Bienvenue messire Alcari au domaine Malemort, vous avez sûrement dû faire une longue route jusqu'ici, je vais prévenir mes soeurs de votre arrivée puis nous vous conduirons aux cuisine afin que vous repreniez des forces après votre voyage. Puis je ferai en sorte qu'on vous offre une tenue plus....hum plus présentable.

Il se tourna enfin vers son cousin.

Je vais de suite prévenir le reste de la famille de l'arrivé du nouveau maître d'armes, je vous le laisse mon cousin, je suis sûr que vous aurez beaucoup de chose à vous raconter en tant que guerriers.

Il fit la révérence aux deux hommes et s'en alla trouver ses aînés.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Dioclès Alcari



Nombre de messages : 119
Date d'inscription : 27/04/2014

MessageSujet: Re: Quand le Mime vint aux Malemort…   Sam 10 Mai - 10:16

Dioclès attendit que les deux cousins, puisque tel était leur lien de parenté, étudient attentivement le parchemin. Le seigneur Argawaen n'ayant visiblement pas l'autorité sur le personnel du domaine, ce fut au jeune Malemort que revint la tâche de décider si oui ou nom l'épéiste pouvait passer. Il remarqua que le grand cousin posa doucement la main sur le pommeau de son épée, soulignant sa prudence naturelle au bretteur. Si l'instinct de Dioclès lui cria en cet instant précis que l'homme était dangereux, il ne laissa échapper aucun signe de méfiance et garda loin de sa main sa propre lame, autant pour ne pas donner de fausses idées aux Malemort que parce qu'il dissimulait sous sa cape une dague qui lui assurait une retraite confortable en cas de problèmes.
Néanmoins les vielles habitudes ont la dent dure, et sans en avoir l'air, le Mime était déjà entrain d'analyser le Goliath qui lui faisait face, notant tout de sa corpulence, de sa façon de se tenir, et ainsi de suite.

-C'est tout à votre honneur messer. répondit-il à l'explication du barbu de son air grave.

Enfin le jeune Malemort décréta qu'ils pouvaient faire confiance au Mime. Il s'en alla quérir ses aînés, soulignant qu'il fallait à Dioclès une tenu plus présentable. Il regarda le jeune garçon s'en aller d'un pas rapide. La dernière remarque du gamin l'avait amusé intérieurement. Son cousin avait effectivement l'étoffe d'un guerrier et d'un grand héros de guerre comme on en voit dans les livres, contrairement au Mime à qui le terme d'assassin s'associait beaucoup mieux. Il s'adressa ensuite au seigneur Argawaen.

-C'est toujours amusant de voir les jeunes gens remplis d'allégresse par les tâches importantes qu'on leur confit. Si je ne me trompe pas, votre cousin arrive à l'âge où un homme doit apprendre à tenir une épée. Il m'a l'air d'être jeune homme éveillé. Ça lui sera bénéfique.

Reportant son attention sur le Goliath, Dioclès attendit que les maîtres du domaine viennent enfin à sa rencontre.

_________________

"On ne me dérange pas quand je consomme mon herbe à fumer !" Dioclès Alcari après avoir occis un bandit qui voulait le dépouiller en pleine forêt.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Argawaen



Nombre de messages : 315
Date d'inscription : 07/04/2010

MessageSujet: Re: Quand le Mime vint aux Malemort…   Sam 10 Mai - 15:29

Ecoutant son jeune cousin le Dehuit de Malemort inclina le visage légèrement, ainsi il avait fait son choix. Il n'y avait peut-être rien à craindre en effet, mais il y avait toujours une forme d'hostilité émanant de sa personne.
Argawaen se tourna en direction du futur Maistre d'Armes et relâchait lentement son emprise sur le pommeau de son épée.


Un enfant grandit bien trop vite, pour mes fils il n'y avait pas si longtemps j'étais en train de leur apprendre à se battre, aujourd'hui l'un est en Germanie, et l'autre se balade je ne sais où. Mais une chose est certaine, il y a une femme derrière tout ça. Il est amusant de voir cependant à quel point un jeune garçon est fier lorsqu'on lui confie sa première mission. Le bémol est que la plupart du temps ils sont trop enjoués et font souvent n'importe quoi.

Se taisant un instant avant de reprendre.

Je ne doute pas de mon cousin, et une aide extérieure est toujours la bienvenue. Cependant messer, votre accoutrement n'a rien d'un Maistre d'Armes, mais plutôt d'une personne venant d'un endroit malfamé, des bas fonds ou d'un endroit bien moins fréquentable...

Souriant légèrement le vétéran poursuivit.

Sachez que j'aurais toujours un oeil sur vous, de près, ou de loin. La famille est bien trop importante pour qu'il arrive malheur à l'un d'entre nous. Et cela même s'il y a conflit au sein même de cette dite famille avec certains.

Voilà qu'il faisait son chiant, son protecteur à la noix, mais il avait ça dans le sang, quand on a une tribu de onze enfants, une cousine qui vous considère comme son père, etc etc, il y a pas mal de vieux réflexes qui resurgissent...

Où avez-vous apprit à manier les armes ?

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Dioclès Alcari



Nombre de messages : 119
Date d'inscription : 27/04/2014

MessageSujet: Re: Quand le Mime vint aux Malemort…   Sam 10 Mai - 16:31

Écoutant les dires du Malemort, Dioclès sentit la tension monter entre eux. Même si il avait relâché l'étreinte sur son épée, le seigneur Argawaen n'en avait pas perdu sa méfiance, et fut d'ailleurs des plus directs, lui laissant entendre implicitement, et avec un grand sourire qu'il tuerait sans hésiter le Mime si il devait un jour être une menace pour sa famille. L'épéiste fut bien conscient que si leurs rôles avaient été inversés, sa réaction aurait été exactement la même. La méfiance était légitime, surtout quand il s'agissait de la sécurité de sa famille. Dioclès refoula le souvenir de la dernière armoire à glace qui l'avait menacé ainsi (injustement d'ailleurs). L'homme avait finit la gorge tranchée avant d'avoir atteint la garde de son épée. Il acquiesça aux paroles du Malemort.

-Encore une fois cela est tout à votre honneur messer. Votre méfiance est légitime, et j’entends bien l'estomper par l'enseignement et la protection que j'offrirai à votre famille si elle m'accepte.

Dioclès garda son regard grave en disant ses mots. L'homme était seigneur, et il s'adressait à lui en tant que tel. Mais le spadassin se refusait à faire la révérence à cette épée de Damoclès (je vous préviens, le premier qui fait une remarque sur mon nom, je lui offre un allez simple pour les exercices de nage en hiver  Very Happy )brandit au dessus de sa tête, aussi bien par fierté que pour éviter de passer pour un bonimenteur lécheur de bottes. Son regard soutint celui du Malemort sans tressaillir.

-J'ai apprit les armes en Italie. Mon maître était un forgeron et maître d'armes dans un village non loin de Florence. J'ai donc très jeune côtoyé le milieu des hommes d'armes. Je l'ai quitté il y a quelques mois, afin de suivre mon propre chemin. Quand à ma tenue, Dame Fortune ne m'a pas munit d'une grande richesse matérielle. Ainsi dois-je me contenter de ma tenue de voyages qui reste beaucoup plus adaptée au long trajet que la soie et les pourpoints de tissu.

_________________

"On ne me dérange pas quand je consomme mon herbe à fumer !" Dioclès Alcari après avoir occis un bandit qui voulait le dépouiller en pleine forêt.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Argawaen



Nombre de messages : 315
Date d'inscription : 07/04/2010

MessageSujet: Re: Quand le Mime vint aux Malemort…   Dim 11 Mai - 8:56

Croisant les bras derrière son dos le Dehuit de Malemort écoutait les propos de l'homme. Quand il lui parla de l'Italie il ne put s'empêcher de se souvenir d'Anzio, ce Comté dans lequel il avait combattu en tant que mercenaire afin de chasser le Comte de l'époque qui exerçait une forte pression sur ses voisins afin de prendre petit à petit le contrôle de tout l'Ouest.

L'Italie ? J'y ai été deux ans en tant que mercenaire, du côté d'Anzio, cela vous parle ?

Continuant de marcher aux côtés du futur Maistre d'Armes le Dehuit de Malemort poursuivit.

Je me demande ce que font les autres, j'espère que mon cousin ne s'est pas perdu.


_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Dioclès Alcari



Nombre de messages : 119
Date d'inscription : 27/04/2014

MessageSujet: Re: Quand le Mime vint aux Malemort…   Dim 11 Mai - 10:15

Anzio. Le souvenir d'un capitaine de garde qui avait fomenté une révolte contre les familles de la ville cinq ans plus tôt revint en mémoire au Mime. Les spadassins de Jacopo Delagneri avaient été engagés pour mater les chefs de cette révolte. Sous couvert d'un importante livraison d'armes, ils s'étaient rendu à Anzio, et avaient le soir même investit le repère des conspirateurs. Accompagnés des soldats des familles, ils ne leur avaient laissé aucune chance. Le capitaine avait été capturé, jugé le lendemain et exécuté le jour suivant. Quand à Jacopo et ses frères d'armes, ils avaient été largement récompensés. Et le capitaine ayant été un être belliqueux et cruel, les spadassins avaient accomplit ce travail sans aucun état d'âme.

-Je m'y suis rendu une fois avec mon maître. Nous devions livrer des armes fraîchement forgées à l'une des familles de la ville. Il me semble même que mon maître m'avait demandé d'entraîner l'aîné des enfants durant les trois jours où nous sommes resté pendant qu'il présentait et négociait le prix de son travail. Un élève attentif mais qui se portait plutôt sur l'art de l'esprit que sur celui du combat. Mais je ne lui en ai pas tenu rigueur. C'est grâce à de jeunes gens comme lui que nous pouvons espérer un paix durable dans nos vielles contrées.

Dioclès s'arrêta un instant pour regarder plus attentivement le châteaux dans lequel il avait pénétré, afin d'en admirer l'architecture.

_________________

"On ne me dérange pas quand je consomme mon herbe à fumer !" Dioclès Alcari après avoir occis un bandit qui voulait le dépouiller en pleine forêt.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Gauthier de Malemort



Nombre de messages : 219
Date d'inscription : 14/11/2013

MessageSujet: Re: Quand le Mime vint aux Malemort…   Lun 12 Mai - 20:23

Votre Altesse, un peu de concentration, de grâce !

C'était la énième fois que le précepteur rappelait à l'ordre son jeune élève. Celui-ci ne prenait même plus la peine de faire semblant de s'intéresser aux parchemins remplis de pattes de mouche qu'il avait devant lui. C'était l'heure de sa leçon de latin et rien n'aurait pu lui faire plus plaisir que d'être ailleurs. Les déclinaisons et autres règles grammaticales le poussaient presque à vouloir se jeter dans les douves du château, dans l'espoir d'échapper aux versions et autres thèmes qu'on lui infligeait tous les jours. Il faut dire que la fenêtre grand ouverte sur l'extérieur laissait pénétrer dans la pièce quelque peu sombre des effluves de printemps qui auraient distrait le plus assidu des lecteurs.

C'est qu'il faut si beau dehors, maître Anselme. Ne pourrait-on remettre la leçon à demain ? Ou quand il pleuvra ? Le jeune adolescent leva des yeux désarmants d'innocence sur le vieil homme mais un regard sévère lui répondit. Un énorme soupir s'échappa de ses lèvres et il se força à pencher la tête sur les lignes manuscrites qu'il haïssait pour l'heure plus que tout au monde.

Le jeune prince était bien loin d'imaginer la scène qui se déroulait dans la cour du château, isolé qu'il était dans ses appartements, dans une aile éloignée de l'immense bâtiment. S'il avait su qu'un maître d'armes venait de faire son entrée, il aurait immédiatement sauté sur l'occasion et rien n'aurait pu l'empêcher d'aller voir le nouvel arrivant de plus près, au risque de s'attirer les foudres de Blanche et d'Arnaut, impitoyables lorsqu'il s'agissait de son éducation. Comme si un chevalier avait besoin de savoir décliner pour tenir une lance et défendre les damoiselles du bout de son épée !

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Elisa de Lahaye Malemort



Nombre de messages : 705
Localisation : Limoges pour les bagages
Date d'inscription : 16/02/2008

MessageSujet: Re: Quand le Mime vint aux Malemort…   Mar 13 Mai - 16:42

- Emery laisses ta grande soeur tranquille tu veux bien. Et cessez de crier tous les deux, les jumeaux dorment. Si vous les reveillez vous serez punis !
- Mais Maman, c'est Emelyne qui...
- Chut. Je ne veux pas savoir. Je veux juste du....

On vient taper à la porte du grand appartement qui logeait la Malemort et ses -nombreux- enfants. Non effectivement elle n'arriverait pas a avoir du calme aujourd'hui. Elle n'arriverait pas à rédiger cette missive tellement importante sans entendre un cri ou voir quelqu'un venir la déranger dans sa rédaction. Alors la belle déposa sa plume tandis que la porte s'ouvre sur un valet.

- Votre Grâce, Votre cousin vous fait mander dans la cour du domaine.
- Mon cousin vous dites ?
- Oui Votre Grâce.

Son sang ne fit qu'un tour. Il ne pouvait s'agir que de lui. Cet Ours qu'elle aimait profondément. Alors la Malemort se lève d'un bond. Réajustant sa robe, perdant le peu de crédibilité qu'elle tentait d'avoir devant ses enfants depuis le décès de leur père -ou presque père pour Emelyne- alors qu'elle était prête à sautiller tellement heureuse de pouvoir le revoir et surprise aussi de le savoir à Ségur.
Un regard vers Madeleine, la nourrice et Suzanne, sa dame de compagnie.



- Occupez vous des enfants. Ne les laissez pas réveiller les jumeaux.

La Malemort quitte alors l'appartement pour rejoindre la cour. Descendant les escaliers pour rejoindre le hall d'entrée, la porte s'ouvre et la voilà qui descend le perron, observant non loin de là deux hommes entrain de discuter semble t-il. Une silhouette inconnue et l'autre tellement bien connue pour s'y être réfugiée déjà de nombreuses fois. Un sourire vint alors se déposer sur les lèvres rosées de la Malemort. Oh ça oui, elle était heureuse de le voir ce vieux Ours, comme à chaque fois et pour toujours. Ses pas sont toujours calmes pour l'amener jusqu'à eux. Ses prunelles sont fixés sur lui, sa voix vint alors raisonner brisant simplement leur discussion.

- Vous m'avez fait mander...

Et sans attendre, le petit corps frêle de la Malemort vient se fondre dans les bras protecteur qu'elle a toujours retrouvés et qui ont su tant de fois de la consoler, la protéger, lui donner du courage, la rassurer, l’apaiser.

- Oh mon cousin, je suis réellement heureuse de vous revoir. Je ne vous savais pas à Ségur, ni même en Limousin. Pourquoi ne me l'avez-vous pas dit ?

Elle reste réfugiée dans ses bras, se tournant vers l'inconnu.

- Sieur, bonjour. Bienvenue dans le domaine de Ségur. Je suis Elisa de Malemort, l'aînée de la famille.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Argawaen



Nombre de messages : 315
Date d'inscription : 07/04/2010

MessageSujet: Re: Quand le Mime vint aux Malemort…   Mar 13 Mai - 17:01

Trouvant cet homme de plus en plus intéressant le Dehuit de Malemort commençait à relâcher un peu la pression, mais n'en restait pas moins sur ses gardes. Cependant à la vue de sa cousine Elisa, sa cousine pleine de grâce il ne put s'empêcher de sourire tel un père voyant sa fille revenir après de longs mois de séparations...

Enfin...

Elisa était venue se réfugier dans ses bras, et c'est sans retenue qu'il vint l'enlacer et déposa un baiser sur le front d'Elisa.
Reculant légèrement son visage afin de regarder sa noble cousine le vieil homme avala sa salive avant de prendre la parole.


Ce ne serait plus une surprise ma cousine si je me faisais annoncer à chaque fois... Et puis l'imprévu fait partie de ma façon d'être. Alors me voici devant vous aujourd'hui. Foulques est partit il y a peu, je me demande ce qu'il fait d'ailleurs.

Regardant de nouveau le Maistre d'Armes.

Les pensants pensent trop à mon humble avis. La guerre occupe les hommes, et tant qu'il y aura de la convoitise et de la jalousie, les hommes n'auront pas finis de se mettre sur la tronche mon ami. les hommes d'esprits seront seulement présents pour retarder l'inévitable.

Caressant les cheveux de sa cousine il reportait son attention sur elle.

Alors Elisa, que me racontez-vous de beau ? Vous avez bonne mine et j'en suis heureux. Mais si vous avez besoin d'une oreille attentive je ne serai pas loin. En général je campe aux alentours des jardins ou des écuries, à la belle étoile. Ce luxe de Ségur ne me conviens pas toujours. M'enfin pour l'heure profitons de cette journée, j'attends que le jeune Prince revienne et ensuite j'espère bien avoir l'occasion de bavarder avec vous ! J'ai quelques petites questions...

Souriant doucement l'ours attendait la réponse de l'un et l'autre.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Foulques de Malemort



Nombre de messages : 76
Date d'inscription : 27/10/2013

MessageSujet: Re: Quand le Mime vint aux Malemort…   Mar 13 Mai - 17:49

Foulques était allé prévenir les serviteurs des Malemort de l'arrivée du maître d'armes, tout allait être prêt en peu de temps, le personnel du château était de qualité. Il voulait aussi prévenir le reste de la famille de l'arrivée de Dioclès mais il ne croisa personne, il demanda alors à ce qu'on prévienne les autres à sa place, en fait il pris cette décision lorsqu'il remarqua une charmante jeune servante, ha ce Foulques toujours là à faire son charmeur. D'ailleurs il se rendit à la cour du château avec cette belle brune, qui semblait avoir tout au plus le même age que le jeune Malemort. Il s'étaient bras dessus, bras dessous la jeune fille avait les yeux rivés sur le beau visage du jeune homme et rougissait à chaque fois que Foulques lui adressait un mot.

Le couple arriva au niveau de la cour, le jeune prince pris alors la main de la jeune servante puis posa un baiser sur la main de la jeune fille qui était charmé par le jeune Malemort, il lui adressa un dernier sourire puis alla rejoindre son cousin et l'arrivant. C'est alors qu'il remarqua que sa soeur les avait rejoint, il ne l'avait pas vu de la journée, il arriva donc au niveau du petit groupe puis salua sa grande soeur d'une bise sur la joue.


Bonjour grande soeur, je vois que tu as fait la rencontre de messire Alcari. D'ailleurs nos gens préparent vos appartements en ce moment même maître d'armes.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Dioclès Alcari



Nombre de messages : 119
Date d'inscription : 27/04/2014

MessageSujet: Re: Quand le Mime vint aux Malemort…   Mer 14 Mai - 12:58

Alors qu'il discutait avec Argawaen, Dioclès vit s'approcher d'eux une dame habillé d'une toilette élégante, le genre que les dames de la noblesse mettent lorsqu'elle sont en campagne. Elle se précipita dans les bars du Goliath, visiblement plus qu'heureuse de le voir. Face à cette scène d'intimité, le Mime s'écarta légèrement, ne voulant interférer dans ces joyeuses retrouvailles. Attrapant quelques paroles aux passages, il sut que la dame qui venant de les rejoindre était cousine du seigneur Argawaen. Elle était donc l'une des maîtresses de la famille Malemort. La surprise du spadassin vint surtout du fait que la dame devait avoir le même âge que lui.

*Les nobles commencent leur vie si jeune…* pensa-t-il en constatant le jeunesse de la dame.

Celle-ci finit par porter son attention sur lui. Pouvant enfin s'adresser à un responsable du domaine, Dioclès salua respectueusement Elisa de Malemort et se présenta.

-Je vous remercie Madame. Je suis Dioclès Alcari. Je viens ici pour prendre les fonctions de maître d'armes et garde du corps, ainsi qu'enseigner l'épée à vos jeunes frères et sœurs si ne m'abuse. C'est l'un de vos benjamins qui m'a accueillit en compagnie de votre cousin. D'ailleurs, je crois qu'il revient.

En effet l'oreille du Mime avait été attiré par le son de pas derrière leur groupe. Jetant un coup d'œil, il aperçut la petite scène amusante du jeune Malemort faisant les politesses à une jeune servante. Le garçon semblait être un bourreau des cœurs en devenir, ce qui amusa Dioclès.

-Je vous remercie. dit-il au garçon, son visage toujours neutre. Il reporta alors son attention sur La grande sœur, sortant pour la énième fois son parchemin. Même si les deux hommes l'avaient reconnu comme maître d'armes, il était d'usage qu'il donna une preuve de son identité à la maîtresse de maison.

Il en profita également pour répondre au Goliath.

-Les combattants combattent trop également, vous et moi sommes bien placés pour le savoir. Et si les vices sont humains, les penseurs font partie de ceux qui peuvent apprendre aux autres à les contenir. Et bien que la paix et la tranquillité ne puissent être éternelle, ces penseurs ont le mérite de les maintenir un peu plus à chaque fois qu'elles reviennent.

_________________

"On ne me dérange pas quand je consomme mon herbe à fumer !" Dioclès Alcari après avoir occis un bandit qui voulait le dépouiller en pleine forêt.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Elisa de Lahaye Malemort



Nombre de messages : 705
Localisation : Limoges pour les bagages
Date d'inscription : 16/02/2008

MessageSujet: Re: Quand le Mime vint aux Malemort…   Mer 14 Mai - 16:47

Enfin. Comment ça enfin ? Elle n'avait pas été si longue que cela. Elle avait même presque accourut pour venir se réfugier dans ses bras et pourtant sa mère lui avait dit des nombreuses fois qu'on ne courrait pas pour retrouver les bras d'un homme. Sauf que là ça n'était pas un homme. C'était Cet homme. Elle grimpa alors sur la pointe de ses pieds, décollant les talons de ses bottines du sol pour déposer un délicat baiser sur sa joue.  

J'aime vos surprises mon cousin, assurément.

Reportant de nouveau son attention sur le nouveau maître d'armes, la Malemort se mit à lire le parchemin sans même le prendre dans ses mains. A dire vrai, il semblait avoir déjà été accueillit par l'Ours, et sans nul doute il ne l'aurait pas laissé approcher si ce nouvel homme était un danger pour la famille. Elle se mit tout de même à lire pour vérifier les éléments et la famille et le remercia d'un signe de tête et d'un sourire.

Merci à vous. Je vous souhaite ainsi la bienvenue à Ségur. Je suis ravie de faire votre connaissance et de savoir mes frères entourés d'un homme pouvant leur apprendre comment tenir une épée. Vous verrez, les enfants sont turbulent et joueurs. Mais je ne doute pas que vous saurez leur donner un cadre et un enseignement digne de ce nom, digne de leur nom. Si vous avez besoin de quoi que ce soit, ou des questions concernant les enfants, faites moi appeler, n'importe quand.

Foulques arriva à ce moment là. La Malemort esquissa un sourire en le voyant faire, cela lui rappelait étrangement Hannibal, leur frère adopté qu'elle aimait tant et qui, plus jeune, s'amusait à rendre folle les femmes de chambre, retroussant parfois leurs jupons. Mais pour cela, Foulques était encore bien trop jeune, la Malemort y veillera également. Elle l'embrassa tendrement, caressant délicatement son autre joue avec sa main.

Bonjour petit frère. Merci de l'avoir accueillit, tu dois être satisfait de le savoir ici. Cela te changera les idées et laissera ces pauvres dames tranquilles.

Se tournant vers la domestique, elle l'interpella avant qu'elle ne parte.

Faites quérir Gauthier. Il doit être dans ses appartements avec son professeur de latin. Dites lui qu'une surprise l'attend dans la cour. Il sera ravit lui aussi.

Ses onyx se reportent alors sur son cousin, un sourire toujours sur ses lèvres. La Malemort se pensait tout à coup dans un petit paradis, entouré des siens, oubliant sa souffrance, oubliant les soucis, oubliant les difficultés, oubliant tout. Ne pensant qu'à ses frères, ses soeurs, ses enfants, ses gens et là surtout aux questions de son cousin.

Je suis toute à vous pour la journée mon cousin. Je vous sens l'esprit perturbé et je suis curieuse de savoir par quoi ou bien par qui d'ailleurs. Aristote nous offre la joie et le bonheur de profiter de cette splendide journée auprès des notres, nous ne pouvons gâcher cela. Laissons les cris et les larmes à la nuit.

Ses paroles avaient été dites avec tant d'enthousiasme que personne ne pourrait imaginer que la Malemort s’enfuyait parfois la nuit dans une pièce seule pour laisser aller ses larmes qu'elle retenait parfois une journée durant. Elle était loin du Lyonnais, loin de ses terres et loin de la chapelle où reposait son époux. Loin de ce lieu qui l'avait pourtant accueillit, jusqu'à son départ, tous les matins pour ses larmes et ses prières.
Tant de secrets pour une si jeune et fine dame.  

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Dioclès Alcari



Nombre de messages : 119
Date d'inscription : 27/04/2014

MessageSujet: Re: Quand le Mime vint aux Malemort…   Mer 14 Mai - 19:27

Prenant note des instructions de l'aînée des Malemort, Dioclès rangea son parchemin.

-Je vous ferai savoir mes besoins si il en est Madame. Passez une agréable journée. Monseigneur.

Le spadassin salua les Malemort et fit alors signe au jeune garçon roucouleur de la suivre. Étant donné qu'il revenait des appartements destinés au maître d'armes, le Mime se doutait que la salle d'entraînement devait se trouver juste à côté. Et puis les salles d'armes avaient cette petite odeur de fer et de sueur qui n'échappait jamais à l'épéiste. Ainsi il se dirigea d'un pas soutenu vers son nouveau lieu de travail, pensant déjà à ce qu'il allait faire faire aux deux jeunes garçons.


HRP : Suite à la salle d'arme. Gauthier, Foulques, priez ! Ceci est le premier jour du reste de votre vie.  Twisted Evil 

_________________

"On ne me dérange pas quand je consomme mon herbe à fumer !" Dioclès Alcari après avoir occis un bandit qui voulait le dépouiller en pleine forêt.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Gauthier de Malemort



Nombre de messages : 219
Date d'inscription : 14/11/2013

MessageSujet: Re: Quand le Mime vint aux Malemort…   Mer 14 Mai - 22:42

Un long soupir s'exhala des lèvres du jeune prince, toujours penché sur ses manuscrits latins. Une semonce de maître Anselme l'avait une nouvelle fois rappelé à l'ordre, lui indiquant que l'heure de folâtrer dans le parc du domaine n'était pas encore arrivée. Le jeune adolescent en était à maudire toutes les étoiles du firmament - et Aristote sait que la liste en est longue - avant qu'un toquement à la porte ne précède l'entrée d'une domestique qui, d'un ton quelque peu trop effronté au goût de Gauthier, l'informa qu'il était dispensé du reste de sa leçon et que sa soeur, dame Elisa, voulait le voir dans la cour principale où une surprise l'attendait.

Ni une, ni deux, l'adolescent fut sur ses 2 jambes, dévalant les degrés et filant telle une flèche dans les couloirs. Il n'entendit même pas les exhortations du précepteur de faire attention à ne pas se rompre le cou. Quelques secondes après avoir planté la soubrette avec maître Anselme, Gauthier se trouvait dans la cour, pantelant, les cheveux en bataille et les yeux brillants d'excitation. Il parcourut rapidement la cour du regard et ne vit là qu'Elisa et son cousin Argawaen. Il passa en revue la cour, cherchant sa surprise mais ne vit rien qui y ressemblât. Une moue de déception, vite dissimulée, couvrit un instant ses traits. Il se força alors à revenir à des manières plus convenantes, à la manière des adultes qu'il avait face à lui. Après un rapide révérence, quelque peu maladroite il faut l'admettre, il salua les membres de sa famille, s'appliquant à ne pas se montrer trop enfantin.


Ma soeur, bien le bonjour. Mon cousin, je suis content de vous savoir parmi nous et vous salue également.

Reportant son attention sur Elisa : Vous m'avez fait demander ? Une surprise paraît-il ? Une légère étincelle au fond des prunelles grises indique que l'excitation n'est pas retombée et que l'impatience est grande.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Argawaen



Nombre de messages : 315
Date d'inscription : 07/04/2010

MessageSujet: Re: Quand le Mime vint aux Malemort…   Jeu 15 Mai - 16:34

Amusé en voyant son jeune cousin faire de l'oeil à la servante, ou l'inverse, à vrai dire il n'arrivait pas vraiment à distinguer qui titillait qui.M'enfin Foulques était assez grand pour se dépatouiller de ce genre de fardeau. Le vétéran écoutait attentivement sa cousine parler avec le nouveau Maistre d'Armes et esquissa un sourire à ses propos. L'Italien semblait avoir fait l'unanimité, ou en partie. Il n'avait plus qu'à se mettre au travail désormais.

Où pourrions-nous discuter tranquillement ma cousine ? Je dois admettre que cela resterait dans un cadre privé, mais comme bon vous semblera, je serais votre abonné et me plierais à vos exigences. Du moins seulement pour aujourd'hui. Je n'aimerais point que vous preniez goût à ma bonté.

Son regard fut attiré par la venue d'un autre cousin, Gauthier, il avait l'air en forme.

Gauthier, le plaisir est partagé. J'espère que vous saurez vous montrer digne de l'honneur qui vous est fait. Mais je laisse Elisa vous en parler.

Un honneur ? Il se demandait bien si cela était un honneur, mais autant motiver les troupes au maximum par de belles paroles afin que son cousin se donne corps et âme à la tâche.
D'ailleurs, il n'avait même pas fait attention au Maistre d'Armes qui avait déjà filé en compagnie de Foulques, il avait écouté d'une oreille, il était plutôt absorbé par Elisa. Il se demandait comme tourner ses questions afin d'être le plus diplomate possible. Elle lui avait parlée d'un homme, et malgré le fait qu'elle lui avait dit de ne pas s'inquiéter le Dehuit de Malemort ne pouvait s'en empêcher. Après tout, il avait basculé du côté sombre un jour lui aussi...

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Elisa de Lahaye Malemort



Nombre de messages : 705
Localisation : Limoges pour les bagages
Date d'inscription : 16/02/2008

MessageSujet: Re: Quand le Mime vint aux Malemort…   Jeu 15 Mai - 17:18

A peine le temps de voir la domestique partir pour prévenir Gauthier que le Maîstre d'armes s'enfuit presque avec Foulques en direction de leur nouveau terrain de jeu... Ou pas vraiment de jeu mais on va dire que... Bref !
Elle eut à peine le temps d'écouter son cousin parler quand la tornade arriva. La Malemort eut du mal à se retenir de rire en le voyant. Il semblait comme un fou. Pour sur qui n'aurait pas apprécié se voir stopper durant un cour de latin pour recevoir un surprise... Mais quelle surprise ! La jeune femme vint embrasser la joue de son jeune frère.


Bonjour Gauthier. Comment était ton cour de latin ? En effet une surprise est arrivé pour toi, Foulques et Gregoire également. Il se nomme Dioclès Alcari, c'est ton nouveau maîstre d'armes, il sera là pour t'apprendre à manier l'épée et tous les rudiments pour devenir un jour un Chevalier, pour défendre notre nom et nos terres.

La Malemort regarda un instant son cousin puis elle retourna ses yeux noirs sur Gauthier. L'écoutait-il vraiment ? Avait-il réellement un intérêt pour ce qu'elle était entrain de dire où voulait-il rejoindre son frère dans la salle d'armes ? Mouais. Elle hocha toute seule la tête.

Foulques est avec lui. Ils sont partis dans la chambre qui a été préparé pour ton professeur. Va les rejoindre et surtout sois attentif et écoute bien. Allez file !

Elle se mit à sourire. Pour sur, feue sa mère avait bien travaillé en mettant au monde tous ces merveilleux enfants. Elle reporta son attention vers Argawaen.

Enfin seuls. Sachez que j'ai déjà prit goût à votre bonté et je ne m'en lasserais jamais. Dommage pour vous...

Elle se mit à rire et glissant son bras sous le sien elle l'entraîna vers les jardins pour commencer leur promenade en discutant.

Je vous écoute mon cousin, qu'arrive t-il ?

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Argawaen



Nombre de messages : 315
Date d'inscription : 07/04/2010

MessageSujet: Re: Quand le Mime vint aux Malemort…   Jeu 15 Mai - 17:29

Il se retrouvait donc dans de beaux draps, sa cousine avait prit goût à sa bonté ! M'enfin c'était ainsi...
Patientant d'être dans les jardins, ayant reconnu le chemin, le vétéran se décidait enfin à prendre la parole après avoir été silencieux un instant.


Il y a quelques temps de cela vous m'avez parlé d'un homme... D'un brigand... En êtes-vous toujours éprise ? N'as-t-il point tenté quelconque menace sur vous ou autre ? Je dois être paranoïaque de temps à autre ma cousine, mais cela m'a hanté durant plusieurs semaines...

Marquant une pause, posant sa main sur le pommeau de son épée.

Vous savez par où je suis passé, et ce que j'ai fais, en partie du moins. J'espère qu'il ne vous mènera pas dans le mauvais chemin. Enfin si cet homme vous accompagne toujours.

Le vieil homme avait l'air d'un sot à parler de ça, mais il devait en avoir le coeur net, il était déjà prêt à faire le chemin afin d'aller lui remettre les idées en place... Surtout depuis que sa fille adoptive avait faillie trépasser à la Cour des Miracles en compagnie de sa belle-soeur en voulant faire la grande... Il était d'autant plus protecteur et était prêt à dégainer à la moindre tentative inconvenante...

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Elisa de Lahaye Malemort



Nombre de messages : 705
Localisation : Limoges pour les bagages
Date d'inscription : 16/02/2008

MessageSujet: Re: Quand le Mime vint aux Malemort…   Jeu 15 Mai - 17:59

Heureusement que les jardins n'étaient pas loin, car l'Ours avait décidé de garder le silence, ce qui rendit la jeune femme d'autant plus nerveuse. Qu'avait-elle bien pu dire pour qu'il soit ainsi inquiet jusqu'à vouloir lui parler. Jusqu'à vouloir s'isoler et garder cette conversation privée. Les doigts de la Malemort viennent s'arrondir autour de son bras le tenant fermement pour ne pas tomber sur les petits cailloux. Et puis les jardins furent, et le Dehuit ouvra enfin la bouche pour dire ce qu'il le tracassait. A dire vrai, la Malemort ne s'attendait pas a cela. Il est vrai qu'elle lui avait parlé d'un homme il y a plusieurs semaines pour qui elle avait un léger penchant... Mais à l'époque elle ne s'était pas imaginé la relation qu'ils entretiendraient aujourd'hui. Comment l'expliquer maintenant ?

Disons que ça n'est pas vraiment un brigand... Plus... Hum... Comment dire... Un homme d'affaire.

Elle essayait d'être convaincante, du moins autant qu'elle avait été convaincue.

Je suis bien plus qu'éprise mon cousin. Je l'aime sincèrement. Autant que cette relation est compliquée. Je déteste son nom et son origine, sa famille détesté le mien. Je suis Veuve, il est veuf. Ma fille l'a détesté, son fils souhaite certainement ma mort. Et pourtant, je peux vous regarder dans les yeux en disant cela, je l'aime. Car justement il me fait sentir différente. Je m'épanouie grâce à lui.

Devait-elle parler de cette soirée où il était venu loger sa lame froide dans le cou de la Malemort ? Peut-être pas en faite. Après tout, elle l'avait pardonné et à l'époque ils n'étaient pas... Enfin, non effectivement elle n'en parlerait pas. Il valait mieux. Et puis depuis il s'était rattrapé jusqu'à partir se battre en duel contre un minable... Mais là non plus, elle n'en parlerait pas. Elle reprit ses esprits pour continuer.

Il ne me mènera pas dans le mauvais chemin, rassurez-vous. Il a laissé tomber cette vie en s'installant à Valence. Et il sait également que s'il venait à recommencer il me perdrait à tout jamais. Du moins, j'espère qu'il le sait... M'enfin... Oui cet homme m'accompagne toujours et j'espère qu'il m'accompagnera jusqu'à ma mort.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Argawaen



Nombre de messages : 315
Date d'inscription : 07/04/2010

MessageSujet: Re: Quand le Mime vint aux Malemort…   Jeu 15 Mai - 18:18

Pourquoi donc les femmes étaient-elles toujours attirées par de mauvais hommes ? C'était une question qui resterait sans doute sans réponses pour le vieil homme. A ce jour il savait qu'il ne pourrait aller contre les sentiments de sa cousine envers cet homme. Cependant il pouvait quand même rester près d'elle autant que possible le jour où elle en aurait besoin.
Doucement le Dehuit de Malemort se détacha d'Elisa puis vint se placer face à elle, un léger soupir s'échappa de sa bouche avant que ses mains viennent prendre les siennes. Portant les mains de sa cousine jusqu'à ses lèvres il déposa un doux baiser sur chacune puis prit la parole.


Elisa... Il y a un vieux dicton qui dit que l'amour a ses raisons que la raison ignore. Mais il y en a un dans ma famille qui dit que si l'on fait du mal à une personne que l'on aime, soit sans pitié et rend lui au centuple... Valence est la ville dans laquelle j'ai grandis... J'en connais les moindres recoins et je ferais tout ce qui est en mon pouvoir pour vous vengez s'il devait vous arriver malheur...

Ce qu'il devait être barbant à parler de la sorte, mais il ne supporterait pas de perdre une fille par procuration. Il y a peu son fils aîné l'avait renié, son cadet avait été présumé mort, sa fille adoptive Plumenoire avait faillie trépasser à la Cour des Miracles, la fille de son épouse avait faillie se noyer sans l'arrivée d'une inconnue. Aujourd'hui il craignait plus à la vie des autres qu'à la sienne. Le vétéran était fatigué de voir des gens mourir, il était fatigué d'avoir une vie faite d'un éternel combat... L'une des dernières discussions qu'il avait eu avec sa demi-soeur Amarante était le fait qu'il avait envie d'en finir... Il lui avait même demandé de le faire pour lui, ce qu'elle refusa bien évidemment... Bien qu'il avait un confort de vie, qu'il avait fait pas mal de choses, vu beaucoup du monde, il en avait assez... C'était égoïste de sa part mais quand la lassitude est présente au bout de plusieurs années il ne reste plus qu'une chose à faire.

Je suis certainement lourd avec ça... Mais je ne supporterais pas qu'il vous arrive malheur ma cousine... C'est idiot et égoïste mais vous êtes la seule Malemort qui fut proche de moi, et il semblerait qu'un étrange lien soit présent entre nous. Faite attention à vous, c'est tout ce que je demande... Et si jamais vous perdez pied, vous pourrez toujours trouver refuge dans mes bras.

Relâchant doucement les mains d'Elisa le vétéran fixa son regard de son bleuté puis termina.

Vos sentiments pour lui, je ne pourrais aller contre, c'est votre choix. Sachez seulement une chose Elisa, l'on ne peut totalement abandonner cette noirceur qui a fait partie de nous fut un temps... Elle restera présente, nous appellera, nous poussera à faire des choses ignobles, mais si votre compagnon est un homme d'honneur, alors il fera tout pour vous gardez. Je l'espère pour vous, j'ai peu connu votre époux, mais je le respectais déjà, j'espère que ce nouvel homme se montrera digne de la femme que vous êtes.

Il se tut enfin, laissant le soin à sa cousine de répondre.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Quand le Mime vint aux Malemort…   Aujourd'hui à 13:54

Revenir en haut Aller en bas
 
Quand le Mime vint aux Malemort…
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant
 Sujets similaires
-
» je m'ennuyais quand soudain me vint une idée
» [RESOLU]quand c'est qu'on recontre la cha-cha
» Tu sais que GC devient trop important pour toi quand ...
» Mm-Tequila, panda terre 199 hésitant quand à son stuff
» Tu sais pas quoi faire quand tu seras grand?

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Ségur le Château :: Ségur le Château :: La cour-
Sauter vers: