Omnes Vulnerant, Ultima Necat
 
AccueilFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 (Taverne du Loup blanc) Pour l'honneur d'une Princesse.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Gauthier de Malemort

avatar

Nombre de messages : 219
Date d'inscription : 14/11/2013

MessageSujet: (Taverne du Loup blanc) Pour l'honneur d'une Princesse.   Dim 2 Nov - 17:26

Les quelques jours que Gauthier avait passé à Ségur avaient été idylliques. L'essentiel de la maisonnée étant à Limoges pour s'occuper du reste de la fratrie, le jeune homme avait eu le château pour lui seul, fait rarissime. Le temps, froid mais sec, lui avait permis de s'adonner à un de ses passe-temps favoris : la chasse. Avec de la pratique, il avait réussi à compenser le handicap de sa main estropiée et il chevauchait (presque) aussi bien que son frère Foulques. Il avait donc arpenté le vaste domaine de sa soeur, chassant sangliers, renards et cerfs. Il aurait même pu ajouter un loup à son palmarès mais, en souvenir de sa mère, ces bêtes étaient laissées tranquilles dans les domaines Malemort. Il avait passé ses soirées au coin du feu dans la grande bibliothèque, la pièce selon lui la plus accueillante de la vaste bâtisse. Ses repas avaient été frugaux, ainsi qu'il l'avait demandé aux cuisines, ne voulant guère répéter les excès auxquels sa caste était habituée et dont le récent mariage du Comte d'Aubusson avait été le parfait exemple.

Une pensée occupait cependant le fond de son esprit et le taraudait d'inquiétude. L'éloignement de Limoges n'avait en rien atténué la préoccupation que les derniers rapports de ses serviteurs sur les allées et venues de sa soeur Mélisssandre avaient fait naître. Il avait pris son courage à deux mains pour écrire au Duc d'Aumale, dans le dos de Blanche, qui n'avait pas besoin d'être impliquée dans l'affaire, si affaire il y avait, en ce moment. Le pigeon était parti avant le départ du Prince pour Ségur et, ainsi qu'il l'avait écrit dans le pli, le jeune adolescent prenait ses repas du midi tous les jours à la taverne du Loup blanc, un peu à l'écart du bourg de Ségur, s'attendant à voir entrer le Duc un jour ou l'autre.

En ce jour, brumeux et donc humide, le Prince était attablé à sa place favorite, le feu de la grande cheminée de la salle ronflant derrière lui lui chauffant agréablement le dos. Les reliefs d'une terrine de lièvre aux truffes venaient juste d'être débarrassés par une servante, qui les avait remplacés par une fricassée de marcassin au cerfeuil, l'un des plats préférés du garçon.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Dioclès Alcari

avatar

Nombre de messages : 119
Date d'inscription : 27/04/2014

MessageSujet: Re: (Taverne du Loup blanc) Pour l'honneur d'une Princesse.   Dim 2 Nov - 18:05

Quelques jours plus tôt

La nuit était tombée sur les rues de Limoges. Dans un coin reculée, des bruits de discussions se faisaient entendre. Trois hommes parlaient vivement, et deux d'entre eux semblaient bien paniqué.

-Maitre Alcari, je vous en supplie. Nous agissons simplement sous les ordres de Monseigneur Gauthier...

-Et moi sous les ordres de sa sœur aînée Blanche de Malemort, chef de la famille, et par extension VOTRE maîtresse. Et ses ordres sont assez clairs : ma fonction, hors de l'escrime est de veiller à la sécurité de ses cadets.

-Mais enfin...

Le Mime coupa net à la protestation par un geste de la main.

-Suffit. Retournez auprès de Messire Gauthier sur le champ. C'est déjà un miracle que Mademoiselle Mélissandre ne vous ai pas repéré. Un garde saoule aurait put donné l'alarme avec votre discrétion de bœuf. Et vous ne direz pas un moment de notre rencontre à Messire Gauthier. Faites lui votre rapport, comme d'habitude.

-Très bien messire.

Le Mime laissa là les deux serviteurs et reprit la piste qu'il suivait. Il avait découvert quelques jours plus tôt que Gauthier envoyait fréquemment ses gens en sortie nocturne, et avait ce soir découvert pourquoi. Et cela ne l'avait guère rassuré. La jeune Mélissandre semblait effectivement s'être éprise de quelqu'un, et cela n'annonçait rien de bon. D'autant que ce quelqu'un se trouvait être non moins que le Duc d'Aumale. Dioclès N'était pas intervenu lorsqu'il les avait surprit, rien de fâcheux ne semblant se produire. Non, ce que le Mime redoutait, outre le fait qu'il faudrait tôt ou tard confronter sa petite protégée à la réalité, était ce que risquait de faire son aîné quand il saurait ce qu'il en était, soit une énorme bêtise.



Aujourd'hui

Assis au fond de la taverne du Loup Blanc, habillé d'un vieux veston à capuche usé qu'il dissimulait pour qu'on ne puisse l'identifier, Dioclès fumait tranquillement sa pipe. Avant anticiper les faits et gestes de son apprenti depuis plusieurs jours, il était arrivé une bonne heure à l'avance à la taverne, et avait put voir le jeune Malemort se présenter. Évidement, le garçon ne le repéra pas et consomma un repas fort copieux. Dioclès nota se détails, afin de faire perdre ces quelques calories à son apprenti escrimeur durant leur prochain entraînement.

_________________

"On ne me dérange pas quand je consomme mon herbe à fumer !" Dioclès Alcari après avoir occis un bandit qui voulait le dépouiller en pleine forêt.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
aeglos.

avatar

Nombre de messages : 36
Date d'inscription : 07/04/2012

MessageSujet: Re: (Taverne du Loup blanc) Pour l'honneur d'une Princesse.   Dim 2 Nov - 18:46

Segur... Cela faisait bien longtemps qu'il n'y avait plus remis les pieds. Il se souvenait de la première fois, quand, accompagné par son père, ils avaient ramené Blanche auprès des siens.. Il avait l'impression que cela remontait à une autre vie. Et d'une certaines manières, c'était le cas, il avait tellement changés depuis, était passé par tellement de choses différentes, que cela soit personnel ou professionnel d'ailleurs. Son rang même avait évolué, il était venu un fils de noble et aujourd'hui il était duc d'Aumale. Presque tout avait changé, juste un point restait le même, dans son cœur, une princesse Malemort régnait en maîtresse incontestée, même si la princesse en question avait changé depuis. Il avait à une époque rejeté la faute sur Blanche, puis sur lui même, maintenant, il comprenait que ce n'était la faute de personne au fond, c'était le simple court de la vie, qui parfois, savait ce montrer cruel, ainsi le monde était fait, rien n'est simple et rien n'est rose, même pour le sang noble. Une autre chose avait changé depuis la dernière fois, il avait été invité de marque, alors que cette fois, c'était presque en cachette qu'il allait venir, dans une rencontre discrète d'une auberge du bourg. Au loup blanc lui avait dit le prince de Malemort.

Il avait d'abord était étonné de recevoir cette lettre, mais rapidement il se dit que ça allait bien arrivée un jour ou l'autre. Au final, il était même soulagé que ce ne soit pas Blanche qui ai écrit cette missive et que le Malemort ne souhaite pas qu'elle soit au courant pour l'instant. Cela lui laisserait l'occasion de lui en parler lui même, comme il l'avait prévu. Il fallait juste que le temps joue encore un peu en sa faveur et il le pourrait. Mais dans l'immédiat, il faudrait d'abord qu'il fasse en sorte de calmer le jeu et empêche le prince de tout faire capoter. Pour éviter le bain de sang, ou au moins de larmes, il fallait éviter une fausse note, il ne lui restait donc qu'à faire en sorte que leur entretien évite que cela arrive. D'ailleurs, de fausses notes, il en imaginait de plusieurs sortes, dont l'une d'entre elle impliquait que le sang cool. Encore blessé de son précédent duel, et n'ayant pas envie qu'un nouveau éclate, il avait pris ses dispositions et prévenus plusieurs membres de sa garde en qui il avait parfaite confiance pour qu'ils investissent les lieux. Voulant garder une certaine discrétion, et voulant éviter pour que cela passe pour une petite armée en déplacement, tout en garantissant que rien de fâcheux n'arrive, après tout, ils avaient tous eu comme mission non pas seulement de le protéger, mais d’éviter à tout prix que du sang Malemort coule. Il savait que Melissandre tenait aux siens et ne voulait pas qu'ils soient blessés. Ce fut donc une demi douzaine qui arrivant par groupe de 3, s’installèrent dans l'auberge et commander à manger ou à boire, histoire d’être un minimum discret. Pour bien faire, il avait même fait en sorte que des membres de sa garde montpeyroise participe, pour éviter qu'une escouade de femme débarque dans la taverne et soit trop voyante. De sa garde personnel, seule Leona l'accompagnait et restait avec lui.

Il avait compris aux termes de la lettre qu'il était déjà jugé coupable, et d'une certaine manière, il savait qu'il n'était pas en plein milieu du droit chemin, pour autant, il considérait ne pas en être sorti, même si restant sur les bordures, et ne pas avoir commis de fautes. Cela combinait à son orgueil personnel, il était clair qu'il ne venait pas en coupable, mais au moins comme un égal face au frère Malemort inquisiteur. Aussi, c'est bien droit et fier qu'il resta quand il entra dans la taverne, suivit de sa capitaine, il lui glissa quelques mots à pour qu'elle l'attende près de la table ou il venait de repérer Gauthier. Il se dirigea vers ce dernier, qui était entrain de manger, et tout en le saluant, s'assied en face de celui qui lui avait demandé de venir.


Votre Altesse Royale.

Conscient que son rang lui permettait de s'adresser à lui en premier et de lui parler sans dérogations aux règles de bienséances, il en profita. En face de lui ce tenait peut être un prince de sang, il n'en restait pas moins un jeune homme et l'Orkney avait côtoyé et tenu tête, quand il le fallait, à bien plus impressionnant au cours de sa carrière.

Vous m'avez demandé de venir, me voici.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Gauthier de Malemort

avatar

Nombre de messages : 219
Date d'inscription : 14/11/2013

MessageSujet: Re: (Taverne du Loup blanc) Pour l'honneur d'une Princesse.   Dim 2 Nov - 19:52

Le jeune Malemort avait enfourné une autre bouchée de la délicieuse fricassée qu'il avait presque finie lorsque la porte s'ouvrit, laissant passer le Duc et une femme l'accompagnant. Cela faisait déjà un certain temps que Gauthier ne l'avait vu et, pour être honnête, s'il ne l'avait pas attendu, il ne l'aurait pas reconnu. Il était jeune lors du dernier séjour du Duc à Ségur et il n'avait pas franchement prêté grande attention à la personne d'Aeglos.

Gauthier interrompit donc son mouvement et observa le Duc venir jusqu'à lui. Il ne se leva pas, son rang l'autorisant à ne pas le faire. Il leva un sourcil étonné à voir Aeglos s'asseoir en face de lui, sans y avoir été invité, mais ne dit rien. Le sujet de l'entretien était déjà assez source de tension comme cela, sans avoir besoin d'en ajouter pour un petit souci de protocole. Le Prince prit le temps de mettre son écuelle d'étain de côté et porta à ses lèvres un gobelet de même métal rempli d'eau claire. Il n'aimait pas le vin.
D'un geste vif de sa main estropiée, toujours gantée de cuir, il dégagea la mèche rebelle lui barrant le front et entama la conversation.


Votre Grasce, léger hochement de tête, soyez le bienvenu à Ségur. J'imagine que vous trouver ici doit vous rappeler des souvenirs. Très léger étirement des lèvres pour ce qui pourrait passer pour un infime sourire à la subtile (quoique...) mention de Blanche. Je vous remercie d'avoir répondu avec autant de rapidité à mon... invitation. L'infime pause avant le dernier mot ne laisse aucun doute sur la véritable nature de cette "invitation" que le Duc aurait pu difficilement refuser. J'espère que vous ne m'en voulez pas de ne pas vous recevoir au château mais nous savons l'un comme l'autre que vous n'y seriez pas forcément le très bienvenu, même si je suis le seul à l'occuper ces jours-ci.

Derrière ces mots, l'adolescent voulait montrer au Duc que Blanche n'était en rien concernée par l'affaire qui les occupait. Bien au contraire, il ne voulait absolument pas qu'elle soit au courant. Raison pour laquelle il avait pris cette initiative. Tout juste majeur, bientôt en pleine possession de l'ancien Duché de son père, il avait profité de l'occasion pour essayer de s'affirmer au sein de la fratrie. Blanche était plus qu'occupée avec le Conseil et Foulques, généreux et bon par nature, n'aurait certainement rien trouvé à redire à la situation. C'était donc à lui, l'aîné des Malemort-Armantia, d'intervenir avant qu'une catastrophe n'arrive. Il devait cependant avouer que l'homme en face de lui l'impressionnait quelque peu mais l'orgueil légendaire du jeune homme n'en laissait rien voir.

Avant d'entrer dans le vif du sujet, peut-être voulez-vous vous sustenter ou vous rafraîchir ? La route depuis Limoges n'est guère agréable par ces frimas. L'adolescent, malgré son jeune âge, savait l'importance de commencer les discussions difficiles par un geste conciliateur. Sa lettre au Duc n'avait laissé de toute façon aucun doute sur la position dans laquelle le Prince jugeait son interlocuteur. Une cuillerée de miel ne pourrait faire de mal avant le vinaigre qui ne manquerait pas d'être versé par la suite.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Dioclès Alcari

avatar

Nombre de messages : 119
Date d'inscription : 27/04/2014

MessageSujet: Re: (Taverne du Loup blanc) Pour l'honneur d'une Princesse.   Dim 2 Nov - 20:13

L'arrivée du Duc attira fortement l'attention de la clientèle de l'auberge, ainsi n’échappa-t-elle pas à Dioclès, observant la cène de loin. Les deux nobles se retrouvèrent face à face, et même de sa position le Mime pouvait sentir la tension entre eux. Néanmoins les deux restèrent fort calmes, ce qui rassura un peu le maître d'arme, bien qu'il sache que le caractère fougueux de Gauthier puisse rapidement reprendre le dessus. Un détails cependant attira son attention. Le fait que Gauthier soit venu seul, bien qu’imprudent, n'était pas un fait étonnant. En revanche l'absence de gardes à l'extérieur et la présence d'une unique protectrice à l'intérieur le marqua. Quelque chose n'allait pas. Dans ce genre d'affaire, un noble avec de l'expérience ne venait jamais seul, encore moins face un jeune seigneur enclin à un surplus de bravoure et de protection fraternelle. Le regard du Mime glissa alors sur chacune des tables. Il en nota deux dont les hommes n'avaient pas semblé étonnés par l'arrivée d'un second noble : il n'avaient pas levé le nez de leurs chope. Un sourire infime passa sur la bouche du spadassin.

*Grossière erreur Monseigneur d'Aumale. pensa-t-il, Dans ce genre de situation, la mise en scène vaut tout autant que l'affaire et la prudence.*

Continuant à fumer sa pipe, il prit une gorgée de l'hydromel qu'il avait commandé avant l'arrivée de Gauthier. En position de spectateur, le Mime avait l'avantage sur tous les protagonistes dans cette vaste ironie dramatique, ironie qui s'accordait parfaitement avec son épée posée au coin du mure, et avec les deux dagues attachées sous sa cape.

*Pas d’imprudence Messire Gauthier. Ce que vous vivez là a plus d'importance que vous ne l'imaginez.*

_________________

"On ne me dérange pas quand je consomme mon herbe à fumer !" Dioclès Alcari après avoir occis un bandit qui voulait le dépouiller en pleine forêt.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
aeglos.

avatar

Nombre de messages : 36
Date d'inscription : 07/04/2012

MessageSujet: Re: (Taverne du Loup blanc) Pour l'honneur d'une Princesse.   Lun 3 Nov - 16:05

Le duc n'était pas dupe et voyait bien les piques envoyés par le jeune prince, à cela il pensa qu'il avait bien fait de faire venir un certains nombres de personnes de sa garde, il ne savait comment le jeune homme pourrait réagir à l'entretien et cela éviterait que les choses ne tournent mal. A moins bien sur qu'il ai lui même emmené nombre de ses gardes ici, mais à ce moment là, cela ne serait pas en ses moyens d'éviter que le sang coule, à moins qu'il ne manœuvre bien les choses, ce qu'il avait l'intention de faire d'ailleurs. Il ne comptait pas se faire un allié du jeune homme en face le lui, mais ne voulait pas s'en faire un ennemi non plus. Mais même s'il ne comptait pas s'en faire un ennemi, il ne manqua pas de répondre, avec un léger sourire, aux propos du Malemort.

Je vous en prie. Je n'ai jamais rejeté d'invitation venant de votre famille, je n'allais pas commencer maintenant.
D'autant que je n'avais aucunes raisons de le faire et que le sujet me tiens à cœur.  


Oh il savait que la lettre du prince avait la tournure d'une convocation très légèrement déguisé, mais il n'était pas du genre à se laisser intimider par le rang d'une personne et préférait le montrer dès le début de la discutions, non pas telle une provocation, mais pour établir les choses, il n'était pas là en sujet, il était là, tout au moins, en égal.

Quand aux lieux, ne vous inquiétez pas, je n'en prend pas ombrage, et nous serons bien mieux ici pour discuter... tranquillement.

Cette fois ce fut à lui d'accentuer l'un de ses mots. Pour souligner à la fois la volonté commune de rester discret sur leur échange, tout en montrant qu'il n'avait pas l'intention que cela soit à couteaux tirés. Plus que pour répondre aux questions que ne manquerait pas de poser le Malemort, il était ici pour Melissandre, qu'il n'avait d'ailleurs pas mise au courant de cette entrevue clandestine. Il savait que les choses étaient quelque peu compliqué avec les siens ses derniers temps et s'il pouvait aider à apaiser d'une manière ou d'une autre, ou tout du moins éviter que ça empire, il ferait son possible.

J'accepterais volontiers un verre d'hydromel, ou à défaut de prune.

Il n'avait ni faim ni soif, aillant pris ses dispositions sur la route, questions d'habitudes, mais pour avoir passé un nombre incalculable d'heure à mener des discutions diplomatiques avec parfois des homologues qui rêvaient de voir sa tête au bout d'une pique, il savait qu'il valait mieux accepter les propositions, au moins pour ne pas créer des tensions inutiles. Car les tensions crées pouvaient avoir un certain intérêt, s'il permettait d'établir un statut quo ou tenter de créer une situation de force dans la discutions ou le débat. Mais il avait déjà fait en sorte de montrer qu'il n'était pas un vulgaire laqué qui répond quand à l'appelle, pas besoin d'en faire plus pour le moment, d'autant qu'il se doutait qu'il y avait déjà de fortes chances pour que cela arrive par la suite. La discutions qui allait arriver n'était pas sur le sujet le plus bateau qui soit. D'ailleurs, le duc n'aimant pas laisser traîner quand le sujet était presque sur les lèvres, autant le lancer directement plutôt que de tourner deux heures autour du pot.

Vous parliez d'entrer dans le vif du sujet, votre Altesse Royale, je vous écoute?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Gauthier de Malemort

avatar

Nombre de messages : 219
Date d'inscription : 14/11/2013

MessageSujet: Re: (Taverne du Loup blanc) Pour l'honneur d'une Princesse.   Lun 3 Nov - 16:31

Aux mots du Duc, le Prince fit un signe au tavernier qui se hâta de venir prendre sa commande. La chope d'hydromel ne tarda pas à arriver, ainsi qu'un nouveau carafon d'eau claire pour le jeune homme qui se servit immédiatement et but quelques gorgées, écoutant attentivement son interlocuteur. Comme il s'y était attendu, l'homme qu'il avait face à lui n'était nullement impressionné de se trouver là et il avait suffisamment vu son monde pour ne pas être particulièrement mis mal à l'aise par un titre de Prince du sang. Gauthier posa donc son gobelet d'étain et reprit le cours de la discussion où le Duc l'avait laissé.

J'ai bien noté votre "tranquillement", Votre Grasce, et croyez bien qu'il est dans mon intention que cela se passe ainsi. Nous sommes entre gens civilisés, de bonne naissance et nul besoin que cela en vienne à des actes déplaisants. D'ailleurs, je suis venu seul, pour vous montrer ma bonne volonté : nul garde, nul serviteur. De toute façon, à Ségur, qu'aurais-je à craindre ?

Sur ces derniers mots, le Prince planta son regard dans celui du Duc et lui adressa un sourire ironique. L'allusion était peu subtile : sur les terres de sa soeur Blanche, le jeune homme savait compter sur l'appui de ses gens et il aurait été fort malvenu de la part du Duc d'en douter et de tenter quoique ce soit, surtout s'il voulait garder l'affection de Mélissandre. Il continua donc :

Votre présence en ce lieu m'indique que vous avez reçu mon pli. Vous savez donc de quoi il retourne et pourquoi je vous ai fait mander. Mes gens m'ont indiqué que ma soeur, la Princesse Mélissandre, s'était rendue à plusieurs reprises dans votre hostel limougeaud. Outre que je ne m'explique pas la raison première de ces visites, sachant l'état de votre relation avec notre aînée la Princesse Blanche, j'avoue être perplexe quant à vos motivations. Cela ne vous a-t-il pas suffi de briser une Malemort ? Vous en faut-il une autre à votre tableau de chasse ?

À la pensée de la triste histoire de Blanche et d'Aeglos, le jeune homme sentait la colère monter en lui. Bien sûr, il ne connaissait pas tous les tenants et aboutissants de l'affaire et, en bon Malemort qu'il était, il avait immédiatement pris fait et cause pour sa soeur, sans chercher à savoir quels auraient pu être ses torts éventuels. Gauthier prit une profonde inspiration, cherchant à se maîtriser, avant de continuer :

Qui plus est, ma soeur aurait passé la nuit en votre hostel. Je n'ose imaginer ce qu'il s'y est passé mais, en homme du monde que vous êtes, vous n'êtes pas sans savoir les effets d'une réputation salie sur une jeune fille du rang de Mélissandre. Les domestiques glosent et il ne faut qu'une étincelle pour détruire la vie d'une femme bien née, a fortiori lorsqu'il s'agit d'une Princesse du sang. Inutile d'ajouter que Limoges est une cité bien provinciale où les ragots se propagent plus vite que les poux et autre vermine.

Le jeune homme se tut, n'ayant déjà que trop parlé et attendit une réaction de son interlocuteur.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Dioclès Alcari

avatar

Nombre de messages : 119
Date d'inscription : 27/04/2014

MessageSujet: Re: (Taverne du Loup blanc) Pour l'honneur d'une Princesse.   Lun 3 Nov - 18:45

Dioclès sentit dans les paroles du Malemort une forte animosité. Ce qu'il redoutait commençait à arriver. Le Duc n'avait même pas eu besoin de faire lui même allusion à Blanche pour que le prince s'énerve. Et maintenant Gauthier était entrain de se monter tout seul. Mais pour le moment, intervenir serait la pire des erreurs. Si les choses tournaient mal, le Mime devait garder l'effet de surprise et agir en second. Le Duc allait de voir faire très attention à ses futurs paroles si il ne voulait pas que ça tourne au désastre.

*Ce n'est pas bon. Vous auriez dut amener des hommes Gauthier.*

Continuant à fumer sa pipe, le Mime attendit.

_________________

"On ne me dérange pas quand je consomme mon herbe à fumer !" Dioclès Alcari après avoir occis un bandit qui voulait le dépouiller en pleine forêt.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
aeglos.

avatar

Nombre de messages : 36
Date d'inscription : 07/04/2012

MessageSujet: Re: (Taverne du Loup blanc) Pour l'honneur d'une Princesse.   Lun 3 Nov - 19:07

Il acquiesça avec un léger sourire en voyant que le jeune prince avait compris son allusion absolument pas subtil, de toutes manières, nul besoin de subtilité lorsque l'on évoquer vouloir éviter que les choses ce passent mal. Ce fut la tentative d'intimidation déguisé qui suivit qu'il agrandit légèrement son sourire, il préféra cependant ne pas répondre, il n'avait aucun intérêt à dévoiler ses cartes dès le début de la partie, il ajouta juste un point qui pourrait peut être servir de frein à toutes tentatives héroïque pour protéger l'honneur d'une sœur sans savoir tout les tenants et aboutissements d'une histoire. Le Malemort, ayant comme tout Malemort un caractère normalement bien trempé, combiné à l'impétuosité de la jeunesse, mieux valait prévenir que guérir. Il soutient le regard du prince sans sourciller et conserva, tout son calme et son sourire.

Absolument rien bien entendu. Quand à moi, je ne me déplace jamais seul.

Les quelques mots glissaient avant que le Malemort ne reprenne permettrait de faire comprendre à l'adolescent en face de lui qu'il savait ce qu'il faisait en venant ici, et s'il pensait l'avoir fait tomber dans un piège, le loup se briserait les crocs en voulant refermer la gueule. Cependant, le duc, au fond de lui, espérait qu'ils n'aient pas à arriver à une telle extrémité, bien qu'il commençait à en douter en voyant la réaction du Malemort et l’énervement monter en lui, trahit par ses respirations pour ce calmer. Le jeune homme semblait impulsif, ce qui pourrait gêner quand aux possibilités de finir la discutions dans le calme. Enfin, il fallait quand même espérer et l'Orkney savait qu'il devrait trouver les mots juste pour rassurer le frère inquiet pour sa sœur qui se trouvait en face de lui. Car, pour lui, il était évident que ce n'était que cela, un adolescent inquiet pour sa petite sœur qui voulait la protéger. Il se demanda un instant comment il aurait réagit à sa place, mais laissa rapidement l'idée de coté, ils n'avaient absolument pas le même caractère. Le laissant finir, ses tirades, il s'adossa à son siège, but une gorgée d'hydromel avant de répondre. Il s'était demandé un instant si la boisson allait contenir du poison, mais il se dit que le Malemort devait être encore trop jeune pour tenter ce genre de choses et devait surtout vouloir des réponses. Il décida de lui répondre d'une voix calme est posée.

J'aurais tout d'abord envie de vous répondre que cela ne vous regarde pas. Vous n’êtes pas le chef de famille Malemort, est outre le fait que j'estime n'avoir à rendre de compte à personne, si je devais le faire se serait devant Blanche. Tout en sachant que je ne souhaite pas qu'elle soit au courant pour le moment pour des raisons qui me sont propres et vous exposerez peut être durant cette discutions.

Oui bon, il devait tempérer les choses, mais si le Malemort voulait commencer à envoyer des piques, il devait s'attendre à en recevoir également. Pour autant, n'étant pas dans un combat de coq et voulant arranger la situation, il continua d'une voix posée, histoire de mettre un peu d'eau dans le vin.

Cependant, je comprend les inquiétudes, relativement légitime, qui vous animent. Aussi, en vertu, entre autres, de cela, je veux bien vous éclairer sur certains points.
Mais avant cela, sachez que les raisons de ma séparation avec Blanche ne regarde qu'elle et moi, si elle souhaite en parler, libre à elle, je ne m'y oppose absolument pas, mais ce n'est pas moi qui les révélerait. Sur ce point, vous n'aurez pas d'éclairage de ma part, si ce n'est que la peine qu'à ressentie Blanche, bien que malheureusement avérée n'était et n'est pas du domaine de ma volonté. Ce point abordé, passons aux suivants.


Il but une nouvelle gorgée d'hydromel, histoire de s'hydrater la bouche, puis reprit, toujours aussi calme et détendu. Il savait que le Malemort l'attendait au tournant et pourrait surement réutiliser ce qu'il disait, aussi, ce contentait il de dire la vérité tel qu'il la voyait et essayer d'expliquer certaines choses au jeune homme.

La raison première visite est assez simple, elle résulte d'une proposition que j'ai faite à Blanche un soir à l'Astaroth III, concernant certains points de... bienséance, que Melissandre avait du mal à aborder et ayant été, entre autre, grand maître des cérémonies au Louvre et ayant déjà éduqué une princesse de France sur le sujet, je me suis proposé pour tenter, par une autre approche, de les lui inculquer. Points qu'elle a maintenant retenu me semble t'il d'après ce que j'ai pu en voir. D'ailleurs, sa dame de compagnie était présente ce jour là.

Il n'évoqua volontairement pas la fois ou Melissandre était venue dans le but de l'assassiner pour laver l'honneur de Blanche. Il savait que Melissandre préférait éviter que cela se sache et ne sachant pas si Gauthier était au courant, il la mis sous silence, au pire, il pourrait toujours l'évoquer par la suite s'il l'était. Mais en attendant, il ne comptait pas trahir la confiance de Melissandre, même si cela mettait à mal la suite de la discutions.

Quand à la nuit que votre sœur a passé à l’hôtel, je dois pour cela lui présenter mes plus grands remerciements. Vous n’êtes pas sans savoir que sa Grasce Victoire est une bretteuse hors du commun, ayant, pour une raison obscur à ma mémoire, accepté de la défié, j'ai malheureusement pour moi pu constater cela de visu et assez douloureusement je dois dire, ayant été blessé à l'épaule.

Il défit légèrement son pourpoint pour montrer au Malemort son épaule encore bandée, pour prouver ses dires, puis remis correctement ses vêtements tout en continuant. Il savait qu'il venait de montrer une magnifique cible qu'un adversaire aurait à utiliser en cas d'attaque, mais par la même, il voulait montrer au Malemort qu'il ne le voyait pas comme un ennemi.

Aussi, ayant appris ma blessure, elle est venue s'en inquiéter à l’hôtel et de par ses connaissances dans le domaine de la médecine, a aidé Leona que vous avez vu m'accompagnant tantôt, qui est la capitaine de ma garde, à faire en sorte de faire tomber une méchante fièvre et éviter que la blessure ne s’inquiète. L'heure qu'il était alors, si je me souviens bien entre deux états comateux du à la fièvre, étant fort avancé, j'ai proposé à Melissandre de dormir à l’hôtel pour éviter d'avoir à traverser la moitié de la ville de nuit. Limoges est relativement sure, il n’empêche que cela reste une capital de province, surtout de nuit. Aussi, vous pouvez sans crainte imaginer ce qu'il s'est passé cette nuit, quand à moi, assommé par les plantes, la douleur et la fièvre, j'en suis réduit à la même chose, mes souvenirs étant très brumeux, ce que vous comprendrez sans doute si cela vous est déjà arrivé. Donc, si vous craigniez pour l'honneur de votre sœur, sachez qu'il est sauf, et que je ferais tout ce qui m'est possible pour que cela ne change pas, vous avez ma parole sur ce point, quelque soit l'importance que vous lui donnez.

Il marqua une pause, légère gorgée pour s'humecter la bouche, juste assez pour cela, n'ayant pas envie d’être ralentie par l'alcool, que cela soit ses gestes ou son esprit, d'ailleurs son verre était encore à moitié plein. Cela fait, il continua sur sa lancée. Il avait conscience e monopoliser quelque peu la parole, mais le Malemort voulait des explications, et bien il lui les donnait.

Quand aux glossements des domestiques, je ne pourrais vous dire comment sont ceux des limougeaux, les miens viennent tout droit d'Aumale et me sont fidèles, je leur confierais ma vie sans hésiter. Aussi, vous n'avez rien à craindre pour la réputation de votre sœur sur ce point, jamais ils ne parleraient de ce qu'il se passe dans mon hôtel à qui qu'on que.

Il était vrai qu'il aurait confié sa vie sans hésiter à n'importe quelle personne travaillant dans sa maison. Les duc d'Aumale avaient toujours fait tout leur possible pour améliorer la vie de leur gens, et, il savait que ses gens l'aimaient autant que lui même les aimait. De plus, Léona et avant elle Michel faisait des contrôles réguliers parmi ses gens pour s'assurer que l'entourage du duc était sur. Avec les demandes qu'il avait faites en revenant à Limoges, il n'avait absolument aucunes inquiétudes. Quand au fait qu'ils ne racontent rien, ils savaient que le duc serait contre et furieux si cela arrivait, ce dernier n’avait donc aucunes raisons de s’inquiéter. Pour autant  il demanderait à Leona de faire en sorte de revérifier, une faille était toujours possible, et lorsque cela concernait la princesse, il n'en voulait aucune.

Pour finir, sachez que je ne considère pas les femmes comme des proies à chasser et à ajouter à un tableau de chasse au nom d'un orgueil extrêmement mal placé dans ce genre de cas. Quand à mes motivations, elles ne concernent à l'heure actuelle que Melissandre et moi même. Je peux cependant vous assurer, que je n'ai aucunes volontés de lui causer le moindre tord ni d’être source de souffrance pour elle.

Il finit par finir sa tirade, il lui semblait avoir répondu à toutes les questions, direct ou sous entendues du Malemort et attendait maintenat de voir la réaction de ce dernier et découvrir s'il avait d'autres questions à lui poser, ce qu'il, il en était sur, n'hésiterait pas à faire si tel était le cas et auquel il répondrait autant que possible. Apres tout, s'il était ici, c'était également pour cela.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Gauthier de Malemort

avatar

Nombre de messages : 219
Date d'inscription : 14/11/2013

MessageSujet: Re: (Taverne du Loup blanc) Pour l'honneur d'une Princesse.   Lun 3 Nov - 19:55

Le Duc fut prolixe et ses explications, nombreuses, claires et a priori franches. Cela étonnait d'ailleurs le jeune homme qui s'était attendu à plus de résistance, Après tout, il n'était qu'un adolescent et, en théorie, le Duc n'avait pas de comptes à lui rendre. Le jeune Prince l'écouta donc attentivement, à moitié surpris de voir son vis-à-vis se montrer aussi honnête. Il le laissa prendre quelques gorgées de son hydromel, un tel discours devant provoquer une soif intense. Il ne le quittait pas des yeux, cherchant à deviner ce qui se cachait derrière cette façade semblait-il ouverte. Il prit le temps de penser à ce qu'il venait d'entendre, avant d'éclaircir quelques points.

Votre Grasce, je vous prierais de me porter un minimum de crédit et de ne pas insulter mon intelligence : je ne suis en rien intéressé par les détails de votre histoire avec Blanche. Cela vous concerne tous deux et, si jamais je voulais avoir des détails, je les demanderais directement à ma soeur. De même, je ne souhaite guère savoir ce qu'il s'est réellement passé lorsque Mélissandre est restée une nuit chez nous. Je suis au-dessus de ces détails-là.

Tout ceci fut dit d'un ton hautain, histoire de bien faire comprendre au Duc que le Prince ne l'avait pas fait venir pour obtenir de lui des détails qui auraient fait la joie des bas-fonds de Limoges durant des jours. Il n'était nullement préoccupé par ce genre de choses mais davantage par leurs conséquences.

Par contre, les suites éventuelles de tels agissements me préoccupent. Je ne suis peut-être pas l'aîné des Malemort, ainsi que vous l'avez fort judicieusement fait remarquer, mais je n'en suis pas moins l'aîné des Malemort-Armantia et, par là-même, en partie responsable de mes soeurs de sang, Mélissandre et Mélusine.

Un temps de pause, le temps de penser à ce qu'il voulait dire ensuite.

Je vous remercie, Votre Grasce, de votre franchise et m'en étonnerais si je ne vous savais pas homme courageux. Vos explications semblent raisonnables mais elles ne répondent en rien à mon inquiétude. Si je vous entends bien, ma soeur s'est éprise de vous, ainsi qu'en témoigne son comportement durant votre convalescence. Dois-je supposer que vos sentiments à son encontre vont dans le même sens ? Vous m'excuserez de vous le demander ainsi de but en blanc mais la question me semble légitime puisqu'il s'agit de ma soeur.

Le jeune garçon se tut sur ses mots. Il en était arrivé à l'un des noeuds du problème.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
aeglos.

avatar

Nombre de messages : 36
Date d'inscription : 07/04/2012

MessageSujet: Re: (Taverne du Loup blanc) Pour l'honneur d'une Princesse.   Mar 4 Nov - 0:46

S'il y avait une chose que l'Orkney ne supportait pas, c'était qu'on lui réponde de manière hautaine, en grande partie du à l'éducation qu'il avait reçu, ses parents lui ayant appris très jeune que même s'il était noble, il n'en restait pas qu'il devait toujours respecter les autres comme des égaux, et même si ce n'était pas toujours possible aux vues des rangs, il s’efforçait de le faire, ayant appris que le mépris n'apportait que le mépris et la haine. Aussi, il s'efforçait toujours de ne jamais être hautain, et quand une personne en face de lui l'était, il avait le plus grand mal à le supporter. Il faillit d'ailleurs répondre de manière cinglantes aux propos du jeune Malemort. Par chance, et du à de nombreuses années d’expérience, il sut se retenir. La tension entre les deux hommes diminuaient et il ne voulait pas mettre le feu aux poudres. Il avait besoin, si ce n'est d'un soutien, tout du moins que Gauthier ne soit pas un ennemi. Alors, Pour Melissandre, il prit sur lui et ignora les premiers propos du prince de sang.  

Il décida pour des raisons proches de laisser de coté le passage sur son rôle dans la famille, qui, selon l'Orkney, ne servait qu'à flatter son égaux. Cela soit par pur orgueil, auquel cas, il aurait de plus en plus de mal à le supporter, soit pour compenser la période difficile qu'était l'adolescence, surtout entouré de femmes. Car, la maison Malemort était sans aucun conteste une maison plus féminine que masculine, bien que cela n’enlève rien à la masculinité de ses membres mâles. Mais pour un jeune homme en pleine adolescence et orphelin, cela ne devait pas toujours facilité les choses. Le duc décida de mettre son comportement sur le compte de cette raison et écouta avec plus d'attention la suite. Suite qui se révéla taper en plein centre du problème.

Le duc l'observa quelques instants, histoire de réfléchir. Il ne savait pas s'il devait opter pour une réponse totalement franche et honnête, jouant ainsi cartes sur table ou presque, ou répondre tout simplement que cela ne le regardait pas, malgré ce qu'il pouvait penser. Les deux avaient des avantages et des inconvénients. Le premier, d'éviter des tensions supplémentaire et prouver ainsi sa bonne foi. La seconde, lui permettre d'avoir plus de temps pour réfléchir et faire évoluer les choses. Car, si après avoir choisi la deuxième option, les choses tournaient mal entre les deux nobles, cela n'arrangerait pas les affaires de l'Orkney. Finalement, il préféra opter pour la première option, qui, même si risquait, pourrait au final l'aider lui et Melissandre, et ce point là comptait plus que le reste. Au pire, il serait dans la mouise jusqu'au coup, mais si cela aidait la situation de la princesse, cela pouvait valoir le coup.


Je suis d'accord avec vous, Votre Altesse Royale, sur le point que la question est légitime, aussi je vous en excuses. Apres tout, si nous sommes ici tout deux, c'est pour aborder, le sujet, alors, autant le faire. Esquisse un leger sourire avant de reprendre un visage plus neutre. La réponse en revanche, est quand à elle bien plus personnelle, vous en conviendrez. Pour autant, comme je vous l'ai dis précédemment, je ne souhaite nullement causer de tord ou de douleur à Melissandre, et vous mentir aurait de grandes chances de lui en causer.
Donc, pour continuer sur une discutions franche avec vous, les sentiments que j'éprouve à son égard vont, en effet, dans le même sens.


Suite à ses propos, le regard de l'Orkney se planta dans celui du Malemort, un regard qui cherchait à anticiper toutes réactions de sa part, car, il savait que suite à ses mots, le jeune homme en face de lui pouvait à la fois réagir de manière calme et posée, comme il pouvait partir au quart de tour comme l'avait montré son énervement un peu plus tôt et comme les jeunes nobles de sont ages étaient prompts à le faire. Il était ainsi prêt à anticiper et à réagir à toutes éventualités, et il savait que Léona qui était proche et savait lire la tension sur le visage neutre de son seigneur, serait prête également. Mais, son regard cherchait également à savoir ce qu'allait en penser le Malemort. Non pas que cela joue sur ce qu'il pouvait lui même en penser, mais c'était d'une certaine manière une prise de température de ce que ces faits pouvaient donner comme réaction dans la maison de la princesse. Apres tout, il savait qu'un jour ou l'autre, il en parlerait à Blanche, alors, autant voir ce que cela pouvait donner sur l'un des frères avant.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Gauthier de Malemort

avatar

Nombre de messages : 219
Date d'inscription : 14/11/2013

MessageSujet: Re: (Taverne du Loup blanc) Pour l'honneur d'une Princesse.   Mar 4 Nov - 22:38

La réponse du Duc prit le jeune homme par surprise. En effet, il ne s'attendait pas à en obtenir une, certainement pas aussi facilement et encore moins celle-ci. S'il blanchit dans un premier temps à la pensée des implications qu'un tel aveu pourrait avoir pour Mélissandre et l'ensemble de la Maison Malemort, il se reprit rapidement et se recomposa un visage qui, il l'espérait, était aussi neutre que possible. Il ne dit rien dans un premier temps, soutenant le regard de son vis-à-vis. Seuls ses doigts tambourinant sur le bois dur de la table à laquelle ils étaient attablés montraient son intense réflexion. Il ne savait que penser de l'homme en face de lui : il l'avait fait venir, convaincu de trouver un coupable de mauvaise volonté et il se trouvait face à un adulte semblait-il épris de son insupportable petite soeur, dont la désarmante franchise démolissait une à une les méfiances que le Prince pouvait avoir à son encontre.

Le silence se prolongeant et devenant gênant, l'adolescent prit enfin la parole, hésitant tout d'abord sur ce qu'il souhaitait dire.


Voici un aveu, Votre Grasce, qui me déstabilise grandement. Je ne m'y attendais pas, je vous l'avoue. Nouvelle pause, les doigts continuant à battre la mesure furieusement. Ainsi donc, vous éprouvez quelque chose pour Mélissandre. Je ne m'explique pas un tel attachement mais il ne m'appartient pas de le juger. Je n'y vois malheureusement que des obstacles. D'abord, ma soeur Blanche et sa réaction lorsqu'elle sera au courant. Là-dessus le Prince fit une légère pause et regarda ouvertement le Duc. Je ne lui en toucherai mot, si cela vous inquiète car cela ne m'incombe pas mais il me semble nécessaire, si vous comptez, Mélissandre et vous, continuer sur cette voie, qu'elle l'apprenne de votre bouche. Ce serait une catastrophe si elle venait à le découvrir par des bruits de couloir.

Sur ces mots, Gauthier prit une gorgée d'eau. Il voulait laisser à son interlocuteur le temps de penser à Blanche, sans vouloir se montrer trop intrusif. Il était par ailleurs certain que le Duc avait déjà dû penser à ce sujet et il était inutile de l'approfondir. Durant ces quelques instants, il se rendit également compte que ses derniers mots pouvaient être interprétés comme une validation de la relation de Mélissandre et d'Aeglos. Il n'en était pas encore à ce stade. Aussi reprit-il la parole pour ôter tout doute à son interlocuteur.

Non pas que j'approuve cette situation, bien au contraire. Mélissandre est encore fort jeune, même si les règles pour les jeunes filles de la haute noblesse sont particulières. Elle est également profondément immature, voire instable par certains côtés. J'espère que les sentiments qu'elle éprouve pour vous ne sont qu'une passade et qu'elle s'entichera d'une nouvelle occupation, plus saine et moins risquée, rapidement. Ce ne serait pas la première fois.

Le Prince, par ses mots, était cruel. Il le savait et n'en était pas fier mais puisque le Duc avait décidé de jouer cartes sur table, il était temps qu'il entende certaines vérités. N'ayant jamais connu de tourments amoureux, le jeune homme pensait qu'il avait une vision claire de la relation qu'il cherchait à comprendre pour éviter qu'elle ne finisse en désastre. Il ne pouvait pourtant pas imaginer ce que la violence de telles émotions pouvaient provoquer, en dépit de toute raison ou famille.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
aeglos.

avatar

Nombre de messages : 36
Date d'inscription : 07/04/2012

MessageSujet: Re: (Taverne du Loup blanc) Pour l'honneur d'une Princesse.   Mer 5 Nov - 0:39

Bon, au moins, le jeune homme n'avait pas essayé de lui sauter à la gorge, ce qui, il devait l'avouer, était une bonne chose, cela éviterait que les choses ne dégénèrent et il sentit une certaine tension diminuer quand ce dernier pris la parole. Le duc, malgré toute son expérience en la matière n'arrivait pas à anticiper les réactions du Malemort et n'arrivait pas à déchiffrer ses pensées. Sa voix était calme, son regard non menaçant, mais à coté de ça, ses mains, tout du moins le tambourinement incessant de ses doigts sur la table, révélé une tension et un caractère susceptible de s'emporter rapidement, sans oublié la rapide surprise qu'il avait vu sur son visage. C'était extrêmement frustrant pour lui, car, s'il n'arrivait pas à cerner la personne en fasse de lui, il ne pourrait pas l’amener là ou il voulait et risquait de ne pas réussir à attendre son but. Car, même si ce n'était pas un entretien diplomatique, le sujet était tendu, presque plus car le concerné directement, et l'enjeu extrêmement important. Il était donc primordial qu'il réussisse à faire en sorte que le Malemort ne le voit pas comme un ennemi.

C'est d'ailleurs ce que le discours de ce dernier lui laissa dans un premier temps penser, bien qu'il soulevait un point, si ce n'est le plus important, au moins majeur, rendant la situation plutôt tendue. Il n'aurait pas eu un passif avec Blanche, la situation aurait été bien plus simple. Issu de la haute noblesse, noble lui même, avec un passé dans les institutions royales assez remarquables, il était un bon parti et le problème aurait vite était réglé. Mais dans le cas pressent, ce n'était pas aussi simple et le duc en avait bien conscience, il n'avait d'ailleurs pas besoin que le prince le lui rappel. Cependant, il fut légèrement rassuré de savoir que ce dernier ne dirais rien à Blanche. Non pas qu'il voulait qu'elle soit dans l'ignorance, au contraire, il regrettait profondément ce fait, mais il voulait pouvoir lui annoncer lui quand le moment serait propice. Et pour l'instant, comme le souligna avec les propos suivant le Malemort, cela ne l'était pas.

Il aurait pu ce sentir blessé par les paroles de ce dernier, mais, il se doutait que s'il disait ça, c'était car il le pensait et souhaitait, à son instar, éviter à Melissandre d’être malheureuse et de faire une monumentale erreur. Néanmoins, la pique toucha là ou ça faisait mal, car, même s'il était sur de lui, et avait confiance en la jeune femme, c'était forcément un sujet qui pouvait faire mal. Il sut cependant le garder pour lui et ne pas le montrer, seule une légère et crispation de sa mâchoire aurait pu le trahir auprès d'un œil attentif. Pour ne pas laisser ses pensées dérivées sur ce point, il décida de répondre au prince Malemort.


C'est cette raison qui me pousse à ne rien dire pour l'instant à Blanche. Je vous remercie par ailleurs, Votre Altesse Royale, de ne rien lui dire, comme vous le souligniez, il serait mieux qu'elle l'apprenne de notre bouche, ce que je compte faire si Melissandre et moi même continuons sur cette voie.

Il avait vu qu’être honnête avec le jeune homme était pour l'instant ce qui marchait le mieux, il décida donc de continuer sur cette lancée pour la suite de ses propos. C'était jouer un jeu risqué, mais il en valait la chandelle, et, même s'ils n'étaient pas d'accord, ils avaient tout deux les mêmes buts, cela permettra peut être qu'ils s'accordent, non pas amicalement, mais sur le point évoqué, c'est ce que l'Orkney cherchait en tout cas.

Comme vous le dites, même si j'accorde plus de maturité à votre sœur que vous ne l’énoncez, Melissandre est encore jeune, aussi, j'attend de savoir si elle est sure d'elle pour aller plus loin sur cette voie. Vous comprendrez, je l’espère, que cette volonté ne vient que du fait de vouloir éviter une souffrance peut être inutile à votre aînée dans le cas ou Melissandre changerai d'avis. Si, cependant, comme je l’espère et le pense, les sentiments de Melissandre persistent sur cette voie, alors je prendrais mes responsabilités et ferrait les choses comme elles le doivent. Sachez, par ailleurs, Votre Altesse royale, que je ne cherche que le bonheur de votre sœur et que c'est cela seul qui influencera mes choix et mes actes.

Les choses étaient dites, il savait que le prince était contre, et il venait de lui faire comprendre que cela ne changerait rien à sa décision futur. De meme, il savait ainsi le pourquoi de ses agissements et ses motivations. Le tout dit d'une manière qui pourrait facilité la digestion. Il savait que la pente qu'il emprunté était glissante, mais le sachant, il prenait ses dispositions pour éviter la chute. Car, ce qu'il voulait, au final, c'était rendre Melissandre heureuse, et il savait que pour ça, il faudrait ce faire accepter un minimum par les Malemort. C'était d'ailleurs la raison pour laquelle il expliquait avec autant de clarté et d’honnêteté ses pensées au jeune prince. En tant normal, il l'aurait envoyé baladé, estimant n'avoir rien à lui expliquer, estimant d'ailleurs qu'il n'avait de compte à rendre à personnes si ce n'est ses suzerains, mais là, c'était le bonheur de Melissandre qui était en jeu, et pour ça, le duc remettait une grande partie de son orgueil dans sa poche, elle passait avant tout le reste.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Gauthier de Malemort

avatar

Nombre de messages : 219
Date d'inscription : 14/11/2013

MessageSujet: Re: (Taverne du Loup blanc) Pour l'honneur d'une Princesse.   Sam 8 Nov - 15:09

La discussion se poursuivait sur le même ton, même si le Prince avait fait un effort pour que ses émotions ne l'envahissent pas et lui fassent commettre ou dire l'irréparable. Si on disait de lui dans la famille qu'il avait, comme Blanche, hérité des dons pour la diplomatie de sa mère, il avait aussi pris du côté paternel un orgueil démesuré et une irascibilité à fleur de peau. C'était un combat quotidien que de ne pas se laisser emporter par ses humeurs noires et, à sa grande honte, un combat qu'il perdait souvent. Les domestiques des Malemort auraient pu en fournir moults témoignagnes. Pourtant, attablé dans cette taverne, face à cet adulte qui le dominait de son expérience et de son âge, il faisait appel à toute sa force de volonté pour se montrer sous un jour accessible. L'enjeu était important puisqu'il s'agissait de sa soeur, voire de ses soeurs.

J'entends bien, Votre Grasce que, si changement il doit y avoir dans cette... situation, il viendra de Mélissandre. J'en conclus donc que vos intentions sont honorables, ainsi qu'il sied à un homme de vos naissance et rang. Cela me rassure quelque peu. J'imagine que vous allez donc faire votre cour mais je dois vous faire part de ma perplexité quant à celle-ci : vous ne pourrez la faire au grand jour tant que Blanche n'aura pas été mise au courant et, qui plus est, n'aura pas donné son accord. Un fin sourire étira les lèvres du jeune homme. Je m'imagine sans peine Mélissandre n'en faire qu'à sa tête, ainsi qu'elle en a l'habitude, et passer outre la volonté de Blanche, quitte à rompre avec la famille et s'enfuir à l'autre bout du royaume. À ces mots, une veine se mit à battre sur la tempe princière, signe d'une violente émotion. Je vous le dis sans ambages : je préfèrerais éviter d'en arriver là. C'est l'une des raisons pour lesquelles je voulais avoir cette discussion avec vous. Nous, Malemort, sommes une famille compliquée, ainsi que vous vous en serez rendu compte lorsque Blanche et vous... bref... nous avons tous des caractères difficiles, hérités de notre mère et de nos pères respectifs. Nous nous heurtons souvent mais n'en restons pas moins soudés.

Gauthier fit une pause, le temps de boire une gorgée d'eau et de laisser ses paroles pénétrer l'esprit du Duc. Il reprit rapidement.

Mélissandre est certainement la plus indépendante d'entre nous, du moins en apparence. Il n'en reste pas moins qu'en arriver à une rupture avec le reste de la fratrie, pour quelque raison que ce soit, serait sans nul doute comme une mort à petit feu. Aucun de nous ne peut se passer des autres : c'est notre malédiction, même s'il y a des aspects positifs. Je vous dis ceci, Votre Grasce, pour que vous soyez bien conscient que si vous comptez un jour officialiser votre relation avec Mélissandre, ce sont tous les Malemort qui s'immisceront dans votre relation et dont il vous faudra obtenir l'approbation ou, à défaut, la neutralité. Bien sûr, je laisse Blanche de côté car ce sera à vous de vous en charger et ne peux, ni ne veux, prévoir sa réaction. De plus, si je ne vois pas grand souci avec Foulques, dont la générosité ira dans votre sens, j'ai beaucoup plus de doute sur l'attitude de mes aînés. Arnaud et Elisa ne sont guère portés au pardon et votre passif avec Blanche les portera plutôt contre vous. Personnellement, je suis tiraillé entre le bonheur de Mélissandre et le bien-être de Blanche. Votre franchise depuis le début de cet entretien me pousserait plutôt à vous faire confiance, même si je continue à penser que le lien entre Mélissandre et vous est une monumentale erreur.

Une nouvelle gorgée d'eau vint terminer cette longue tirade. Le Prince avait évoqué un deuxième noeud du problème : la Maison Malemort, ses membres, leurs relations et leur attitude possible à la découverte du secret de Mélissandre. C'était désormais au Duc de dévoiler, si il continuait à se montrer franc, ses pensées quant au reste de la fratrie.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
aeglos.

avatar

Nombre de messages : 36
Date d'inscription : 07/04/2012

MessageSujet: Re: (Taverne du Loup blanc) Pour l'honneur d'une Princesse.   Dim 9 Nov - 19:08

Bon, la discutions se passait plutôt bien et le prince comprenait ses motivations et projets sans pour autant montrer qu'il avait envie de l'ouvrir en deux, ce qui était déjà une très bonne chose. Bon, le coté moins bien, c'est qu'il lui disait des choses qu'il savait déjà. Il n'était peut etre pas Malemort, mais connaissait plutôt bien la famille, avait vécu un moment avec eux et en avait aimé deux. Donc, sur le sujet, il était plutôt calé. Mais il ne montra aucun signe de désintérêt, il se doutait que si le jeune homme lui en parlait, c'est que cela lui tenait à cœur, non pas qu'il soit avec Melissandre, il avait cru comprendre que cela ne le remplissait pas de joie. Mais au moins que cette dernière soit heureuse et que cela ne créé pas une fissure dans leur famille, chose qu'il voulait également éviter. D'ailleurs, il remarqua que le jeune homme avait du mal à garder son calme quand il aborda ce passage. C'était donc quelque chose qui lui tenait vraiment à cœur, et le duc décida qu'il tenterait de le rassurer sur ce point quand le Malemort aurait finit son discours.

La tirage suivante ne fit que lui confirmer ce dont il se doutait, les plus jeunes ne seraient pas contre, et les aînés auront du mal à l'accepter. Dans l'absolu, il n'avait jamais apprécier Arnaut, cela ne le générait donc pas plus que ça, mais pour Elisa, il l'avait bien appréciait quand il était venu pour la première fois à Limoges et faisait partie de celle qui l'avait accueilli. Cela lui ferait donc de la peine si elle était farouchement opposé à ça, mais il ferait son possible pour éviter que cela arrive. Pour Blanche ensuite, c'était bien évidement le nœud le plus épineux et compliqué du problème, mais ça, il devrait faire tout son possible pour le dénouer sans blessures pour les uns comme les autres, et ce ne serait pas facile, mais ce serait l'étape suivante de toutes façons. Par contre, ce qui le surpris furent les propos du Malemort, il savait qu'il était contre, mais apprécia le fait qu'il ne le voyait pas d'un si mauvais œil finalement. A lui de faire en sorte de faire pencher la balance en continuant sur la franchise, pour l'instant cela marchait bien, aucunes raisons de changer une équipe qui gagne.


Si je puis vous rassurer, Votre Altesse Royal, je n'ai aucune envie de séparer Melissandre de sa famille. Je sais que vous êtes tous très lié et je ne souhaite pas faire en sorte que cela change. C'est pour cela que je parlerais à Blanche dès que la situation ce sera éclaircit et c'est aussi la raison de ma présence ici, qui, je l’espère, contribue à vous montrer ma bonne foi dans cette histoire.

Il finit son verre d'hydromel qu'il avait siroté tandis que le prince parlait, puis reprit.

Quand aux restes, je sais que cela impliquerait l'immersion des Malemort dans notre relation, mais si cela rend Melissandre heureuse, je n'ai aucunes raisons d’être contre, bien au contraire. Pour vos estimations, elles sont proches de celles que j'avais imaginé, je vous remercie en tout cas de m'en faire part, cela me sera surement utile par la suite. Il lui adressa un léger sourire et un signe de tête pour appuyer ses propos. Quand à votre réserve, je la comprend tout à fait et je dois avouer que j'aurais surement agit pareil à votre place.

Le deuxième nœud du problème avait été abordé et selon le duc, éclairé, à voir si le prince penserait la même chose et s'il voyait un autre point à aborder.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Gauthier de Malemort

avatar

Nombre de messages : 219
Date d'inscription : 14/11/2013

MessageSujet: Re: (Taverne du Loup blanc) Pour l'honneur d'une Princesse.   Ven 14 Nov - 20:27

Un long regard scrutateur permit au jeune Prince de soupeser l'honnêteté du Duc. Ses paroles étaient-elles vraiment sincères ou bien jouait-il un rôle que l'adolescent, peu au fait des choses de ce monde, n'arrivait pas à discerner ? Après un certain temps, l'adolescent pencha pour la première solution : son interlocuteur n'avait rien à gagner en lui mentant ou en déformant la réalité. Bien au contraire. Ainsi donc, comme il était à prévoir, le Duc avait déjà pensé à l'attitude des divers membres de la fratrie et il avait à peu près anticipé correctement les réactions des uns et des autres. Gauthier continuait à se taire, ne sachant trop comment enchaîner sur le thème suivant, fort délicat. Il se devait de l'aborder mais ne savait trop comment le faire, sans susciter l'ire du Duc ou son mépris. Décidant qu'il n'y avait pas vraiment de solution alternative, il se lança alors : l'homme qu'il avait face à lui paraissait raisonnable et il avait déjà dû en entendre d'autres.

Tout ceci est fort beau, Votre Grasce, mais cela ne règle aucunement le mal qui pourrait être fait à la réputation de ma soeur si cela devait se savoir et cela se saura un jour ou l'autre. Il leva la main pour empêcher le Duc d'objecter. Vous avez toute confiance en vos gens qui, je n'en doute aucunement, sont des personnes de valeur. Il n'empêche que ce genre de secret ne le reste jamais très longtemps. Ma mère avait déjà la réputation d'être... une pause, le temps de trouver les mots adéquats... généreuse dans ses affections et je ne souhaite guère ce genre de propos sur ma soeur puînée. Vous avez dû entendre cette rumeur durant votre temps de service au Louvre et je ne pardonnerais pas si une telle offense venait à toucher Mélissandre. Aussi, je vous le demande, Votre Grasce, que comptez-vous faire dans un futur proche afin d'éviter que cela ne se produise ?

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
aeglos.

avatar

Nombre de messages : 36
Date d'inscription : 07/04/2012

MessageSujet: Re: (Taverne du Loup blanc) Pour l'honneur d'une Princesse.   Mar 18 Nov - 13:49

L'orkney écoutait le silence du prince. Car ce dernier ne semblait pas savoir quoi répondre, ou peut être, comme la suite le montrerait, cherchait ses mots pour savoir quoi répondre. Le duc le laissa faire, essayant de savoir ce qu'il avait en tête, puis, ce disant que ce dernier allait bientôt le lui dire, il jeta un coup d’œil autour de lui. Chacun de ses 6 gardes étaient toujours présents, et à leurs postures, ils étaient à l'écoute. Pas de savoir ce qu'il se disait entre les deux nobles, car ils étaient trop loin. Mais à l"écoute de l’atmosphère afin d’être prêt à intervenir si besoin. Ces derniers n'étaient d'ailleurs pas les plus discrets et un œil aguerri pourrait les reconnaître, mais il doutait que le prince ai souvent été dans ce genre de situation, et de toutes manières, il semblait concentré sur le duc. Duc qui en profita pour essayer de voir si le prince avait des hommes à lui, mais il ne lui sembla pas. Soit ils étaient très discrets, soit dans son dos, soit il n'y en avait bel et bien pas. Apres tout, comme il le disait, il était chez lui, il n'avait que peu de raison de craindre quoi que ce soit. De plus, le duc venait en ami, non pas en ennemi. Mais bon, à sa place, Aeglos serait venu avec une escorte. Enfin, c'était peut être du à son expérience passée.

Cependant, il aurait préféré que le prince reste silencieux, vu ce qu'il lui dit, car, même si répondre à son pseudo interrogatoire allait, il comprenait tout à fait les enjeu de la discussion comme les motivations de Gauthier. Ce dernier commençait à devenir lourd et allait sur un chemin qui ne plaisait pas au duc. Il commençait donc à ce lasser de cette discussion et des répliques du prince. Ou plus particulièrement, la dernière suffit à lui faire en avoir marre. Ses parents lui avaient bien trop peint Nebisa, en très bien, de plus son passé à la Maison Royal n'avait pu que confirmer cela pour qu'il ne puisse l’idolâtrer d'une certaine manière, considérant que ce fut la meilleure reyne de France depuis bien trop longtemps. Alors, même si c'était son fils en face de lui et qu'il ne pouvait réellement en dire du mal, cela finit d'achever la patience d'Aeglos.  Il maîtrisa par la force de l’expérience son visage pour ne pas trop ce trahir, et répondit d'une manière moins douce qu'il avait pu le faire.

Je ne donne aucuns crédits aux rumeurs, ni ne m'y intéresse quand elles proviennent de gens cherchant à noircir l'image d'une personne. D’autant plus quand cette personne fut reyne, et que la vie à fait qu'elle ne puis plus y répondre. Ces.. Affections, comme vous dites, ne regardait qu'elle et les concernés. Et je pense que ceux qui en dise du mal devraient mieux regarder devant leurs propres portes avant de médire.
Ceci pour vous dire, votre Altesse Royale, que ce que peuvent dire les gens, cela m’indiffère et qu'en tant que membres de la Haute Noblesse, nous sommes bien au dessus de cela.


Il marqua une pose, ce rappelant qu'il avait en face de lui le frère de Melissandre et qu'il devrait quand même mettre un peu d'eau dans son vin. Il poursuivit donc.

Ceci dit, j'entend bien qu'il s'agit de votre sœur et que tout comme moi, vous vous inquiétez de son bonheur et son honneur. Aussi, pour finir, je peux vous assurer que je  ferais mon possible pour régler la situation au plus vite afin que rien de cela ne se produise. Pour les détails, cela ne concerne que votre sœur et moi, et ils seront fait selon ses souhaits.

Tout du long, il avait regardé le prince droit dans les yeux, nullement intimidé par le rang de ce dernier. Il lui montrait par là, qu'il n'avait pas l’intention de ce laisser marcher sur les pieds et ne le laisserait pas essayer de l'intimider. Tout comme il n'obtiendrait rien de plus de lui ici. D'ailleurs, il finit la ses propos et par la même la discussion avec une dernière réplique.

Sur ceux, votre Altesse comprendra surement que la route est longue pour retourner à Limoges avant la nuit; Et, comme vous me l'avez signaler, je ne suis pas vraiment le bienvenue pour rester trop longtemps sur les terres de votre sœur. Je vais donc éviter de devoir y rester plus que votre invitation ne l'envisageait.
Je finirais juste en vous disant que les intérêts de votre sœur sont les choses qui me tiennent le plus à cœur. Aussi je vous remercie de cette discussion que nous avons eu et vous encourage à ne pas vous inquiétez outre mesure. Je ferrais le nécessaire, pour Melissandre.


Il esquissa un léger sourire au prince, lui montrant par la qu'il n'était pas un ennemi, mais pouvait devenir un ami et ce leva avant de le saluer comme son rang le nécessitait. Déjà qu'il faisait suffisamment d'entorse en décidant de lui même de partir, il n'allait pas en rajouter. Certes, ce voir dans une taverne faisait qu'il pouvait ce le permettre, mais il préférait quand même ne pas trop en faire, après tout, il voulait que le Malemort, même s'il n'était pas dans son camp, ne soit pas dans celui d'en face.
La discussion était close, de manière un peu plus sèche que ne l'avait été le reste, mais tout avait été dit, et il espérait que le Malemort comprendrait que ses motivations n'étaient pas mesquines. De plus, s'il était resté plus longtemps, les choses se seraient peut être empiré car le Malemort n'aurait rien obtenu de plus du duc, et se dernier commençait à en avoir marre de l’interrogatoire de l'adolescent. Donc, il préférait partir avant que les égaux ne soient de trop froissé et que les efforts fait ne l'aient été en vain. Salut fait, il s'adressa à la salle, et plus précisément, à ses hommes et Leona.


Nous partons!

Et en réponse, les six gardes se levèrent d'un seul homme, et sortirent de la salle, suivit par Leona et Aeglos, après avoir salué une dernière fois le Malemort. S'il était entré relativement discrètement, il savait soigner ses sorties. Un dernier éclat pour montrer au prince que s'il n'était que duc, il n'en était pas moins personne et qu'il avait le rang et le prestige, pour pouvoir demander la main de la princesse sans rougir.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Gauthier de Malemort

avatar

Nombre de messages : 219
Date d'inscription : 14/11/2013

MessageSujet: Re: (Taverne du Loup blanc) Pour l'honneur d'une Princesse.   Jeu 20 Nov - 21:22

La conversation se termina de façon bien plus abrupte que prévue. Le Prince ne sut trop comment réagir à la dernière tirade du Duc mais celui-ci ne lui laissa pas le loisir d'y réfléchir. L'adolescent, peu habitué à ce qu'on lui parle de la sorte, avait dû réprimer une première impulsion de colère, se morigénant. Il avait finalement obtenu la présence du Duc et, plus surprenant encore, des réponses honnêtes à ses questions. Il ne fallait pas non plus tenter le démon. Il ne savait pas si, dans la même situation, il se serait même déplacé. Il n'aurait certainement pas accepté de se faire interroger par un morveux se prenant pour un Homme ! Aussi l'adolescent resta-t-il immobile, observant d'un air amusé la sortie du Duc et de son escorte. Quelque peu théâtrale quand même ! S'il avait bien pensé que son interlocuteur ne se serait pas rendu à ce rendez-vous sans escorte - après tout, il ne savait rien des intentions de celui qui le sommait ainsi -, il ne s'était pas attendu à une telle préparation. Une petite voix au fond de sa conscience se faisait entendre, lui montrant l'imprudence de sa propre conduite : il avait beau être à Ségur, quel bien cela lui faisait-il ? Que pouvaient donc une poignée de gueux contre une petite troupe de soldats aguerris ? Il se promit de ne plus jamais retenter l'expérience. Heureusement que maître Dioclès ne serait jamais au courant d'une telle situation... il entendait déjà les reproches que son maître d'armes ne manquerait pas de lui adresser si jamais l'entrevue devait lui être rapportée !

En attendant, le péril semble lointain, le Prince fit un léger signe au tavernier qui lui apporta immédiatement une part de tarde aux prunes aux pignons. Dessert dont le jeune homme raffolait et dont il entendait bien ne pas perdre une miette. Tout lui laissait croire qu'il pouvait en profiter.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Dioclès Alcari

avatar

Nombre de messages : 119
Date d'inscription : 27/04/2014

MessageSujet: Re: (Taverne du Loup blanc) Pour l'honneur d'une Princesse.   Jeu 20 Nov - 22:45

Enfin l'entretiens se termina. Dioclès retint un ricanement lorsqu'il vit le visage surpris de Gauthier quand les six soldats de Aeglos quittèrent la taverne dans un mouvement synchronisé. A quoi pouvait bien s'attendre le jeune, lui qui avait convoqué comme si il était maître de la situation. Le maître d'armes espérait que son apprenti ai prit un coup à l'orgueil afin qu'il ne reproduise plus la même erreur. Pour l'heure, ils devaient rentrer tous deux au château. N'ayant perdu aucune miette de la conversation, le Mime avait déjà put se faire une idée de l'homme qui avait prit le cœur de sa jeune protégée. Même si le Duc semblait désormais être un homme digne, le spadassin entendait néanmoins mettre son grain de sel dans cette affaire, et cela passait par une petite conversation avec les deux Malemort-Armantia, qui étaient aussi inconscient l'un que l'autre. Il ne contait cependant pas faire un rapport à Blanche, du moins pas si le Duc ne tardait pas à éclaircir la situation.

Sortant de son immobilité totale, le Mime ramassa son épée et se dirigea vers le jeune prince qui semblait déjà savourer le dessert qu'il n'avait pas encore entamé. Désormais, il était un poil énervé contre l'imbécilité de Gauthier d'avoir organisé un tel rendez-vous. A peine quatorze ans, et le garçon se croyait déjà capable de tenir tête aux nobles et de défendre l'honneur de sa sœur. Il l'attrapa par l'épaule et le força à se lever.

-Le moindre commentaire, la moindre protestation, et je vous jure que le Duc n'aura pas à s'ennuyer du déplacement pour que votre sœur aînée soit au courant de cette affaire. Remettez votre cape, nous repartons au château. Et la prochaine fois que vous voulez faire suivre votre sœur, ayez au moins l'intelligence de vous adressez à des hommes compétents et discrets.

Il laissa le prince, sachant bien que celui le rejoindrait dans les secondes suivantes, sous peine de le payer chèrement. Lorsqu'il furent éloignés de la taverne, le Mime se plaça devant Gauthier et le regarda d'un air sévère et impitoyable.

-Je ne sais pas ce qui est le pire Monsieur. Que vous soyez assez prétentieux pour penser pouvoir régler des problèmes d'adultes, ce que vous n'êtes pas malgré votre âge; ou que vous soyez suffisamment stupide pour convoquer un homme mûr, ayant l'expérience de la vie et des armes, sans escorte dans une taverne hors de vos murs. Avant de vouloir jouer les coqs et défendre l'honneur de votre sœur pour une affaire dont Ma Dame aurait dut être informée depuis longtemps, vous devriez au moins être capable de tenir vous même une épée droite. Et je suis bien placé pour savoir que ce n'est pas le cas !

Le Mime soupira.

-Je vous verrai vous et Mademoiselle Melissandre dès qu'elle sera de retour à Ségur. Et j’entends éclaircir cette affaire avec sa version des faits. Et soyez heureux que je fasse suffisamment confiance au Duc pour le moment pour ne pas aller voir votre sœur aînée sur le champ.

Il regarda autour de lui afin de s'assurer qu'on ne les écoutait pas, puis reprit.

-A quoi donc avez-vous pensé en venant seul ici Monsieur ?

_________________

"On ne me dérange pas quand je consomme mon herbe à fumer !" Dioclès Alcari après avoir occis un bandit qui voulait le dépouiller en pleine forêt.


Dernière édition par Dioclès Alcari le Ven 21 Nov - 6:52, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Gauthier de Malemort

avatar

Nombre de messages : 219
Date d'inscription : 14/11/2013

MessageSujet: Re: (Taverne du Loup blanc) Pour l'honneur d'une Princesse.   Jeu 20 Nov - 23:16

Le jeune homme prit une teinte proche de celle d'un cadavre quand la patte de son maître d'armes lui enserra l'épaule comme un étau. Les paroles qui suivirent ne firent qu'y ajouter un ton cendreux. La mercuriale arrivait. Mais d'où donc sortait ce diable d'homme ? Il était censé être à Limoges, veillant sur Blanche, pas à Ségur en train de se mêler des affaires des M-A. A croire qu'il avait des oreilles dans les coins les plus reculés du Comté !
Gauthier, la mort dans l'âme, le suivit donc, non sans un regard consterné à sa part de tarte qui fumait encore et dont l'odeur lui parut d'autant plus délicieuse qu'il savait qu'il n'y toucherait pas. Dioclès le précédait de quelques pas et l'adolescent dut accélérer le pas pour se porter à son niveau, la tête baissée, attendant ce qu'il ne manquerait pas d'arriver. Il laissa donc passer l'orage, connaissant suffisamment le maître d'armes des Malemort pour savoir que cela ne servirait à rien de lui couper la parole. Bien au contraire, cela ne pourrait déboucher que sur un châtiment à côté duquel un hiver en pleine forêt de Chabrières au milieu des trolls dont parlaient les servantes, ne serait qu'une douce promenade. Le teint livide du Prince s'accentua devant les insultes de son mentor, insultes qui, en toute honnêteté, n'étaient que des vérités que le Prince n'avait nullement l'intention d'entendre.
Planté au milieu du chemin, sa cape mise à la va-vite, il se mordit la langue pour ne pas exploser et attendit patiemment la fin de la diatribe de Dioclès avant de lui répondre. Il aurait bien voulu commencer par lui mettre dans le nez que c'était Foulques qui avait 16 ans mais cela n'aurait en rien arrangé ses affaires de faire remarquer que lui-même n'en avait que 14. Autant laisser croire Dioclès à ces 2 années supplémentaires.


Je n'étais pas seul, maître Dioclès, puisque vous étiez là, caché dans l'ombre !
L'adolescent s'empressa de continuer, avant que la pique qu'il venait d'envoyer ne fasse sortir le maître d'armes de ses gonds. Et puis, que pouvait le Duc à Ségur ? Il n'allait quand même pas me faire égorger, moi un Prince du Sang, au milieu des gens de ma soeur ! Réfléchissant rapidement que cela s'était déjà vu et qu'il s'enferrait donc, Gauthier se mit sur la défensive, la mauvaise foi prenant le dessus. Et je sais manier une épée, ne vous en déplaise. Evidemment, je ne suis pas aussi capable que Foulques mais c'est la faute à ma main estropiée, vous le savez aussi bien que moi ! Puis Blanche n'a aucune raison d'apprendre ce qu'il vient de se passer. Cela concerne Mélissandre et le frère aîné que je suis. Blanche a déjà suffisamment à faire avec le Conseil pour ne pas l'ennuyer de détails triviaux dont elle n'a que faire. Rien ne pouvait être plus faux que ces dernières phrases mais le caractère soupe-au-lait de l'adolescent prenait le dessus, à se faire remettre en place de cette façon, et il ne faisait pas réellement attention à la pertinence de ce qu'il disait.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Dioclès Alcari

avatar

Nombre de messages : 119
Date d'inscription : 27/04/2014

MessageSujet: Re: (Taverne du Loup blanc) Pour l'honneur d'une Princesse.   Ven 21 Nov - 13:38

L’impertinence d'un jeune homme était le lot de tout professeur, quelque soit la matière enseignée. Mais lorsqu'elle se transformait en stupidité, cela devenait dangereux. Ainsi le Mime décocha une gifle cinglante au jeune prince, la première depuis qu'il était au service des Malemort. Son visage avait reprit des traits froids et inexpressifs, bien pires que son visage furieux.

-Vous plaindre de votre main estropiée n'est en rien une raison à votre manque de capacité. Je vous ai déjà montré qu'elle n'était pas un obstacle. Et cessez de jouer de l'impertinence et de la mauvaise foi jeune imbécile, ça ne vous va guère.

Le maître d'arme soupira à nouveau et reprit.

-Ce n'est pas à une simple amourette que nous sommes confrontés Gauthier. Cette affaire concerne essentiellement votre sœur aînée. Elle a son mot à dire sur cette histoire. Le seul détails trivial qui puisse l'ennuyer, c'est l'inconséquence de son jeune frère.

Il se tourna alors et prit la direction du château.

-Si vous n'êtes pas capable de maîtriser vos émotions Monsieur, alors vous ne serez jamais prêt à protéger qui que se soit, ni à être prince. Rentrons maintenant.



HRP : J'ai corrigé mon post précédent pour l'âge.

_________________

"On ne me dérange pas quand je consomme mon herbe à fumer !" Dioclès Alcari après avoir occis un bandit qui voulait le dépouiller en pleine forêt.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: (Taverne du Loup blanc) Pour l'honneur d'une Princesse.   

Revenir en haut Aller en bas
 
(Taverne du Loup blanc) Pour l'honneur d'une Princesse.
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» LA TAVERNE DU LOUP MONSTRUEUX
» Pour revenir à notre chère guilde, et sortir de Warhammer
» En l'honneur de mon village
» Les vannes à 2 euros
» Projet Dessin

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Ségur le Château :: Ségur le Village :: Le bourg-
Sauter vers: